PUBLICITÉ

Clinique de parodontie et d’implantologie Lebourgneuf

9 décembre 2014 - Par Frédérick Masson

Pour offrir à votre sourire de solides fondations

À première vue, votre domicile et votre sourire semblent avoir très peu de points en commun, si ce n’est que le fait d’apercevoir le premier risque fort de générer le second. Et pourtant ! S’ils souhaitent conserver leur caractère enjôleur, tous deux ont grand intérêt à reposer sur de solides fondations. Sans quoi, l’un comme l’autre risque fort de perdre de son lustre…

 

C’est cette affection pour les dents saines qui a poussé Andrew Zakrzewski, issu de la cohorte 2001 de la Faculté de médecine dentaire de l’Université Laval, à poursuivre des études supérieures de trois ans en parodontie. Débarqué tout droit de Pologne une douzaine d’années plus tôt, sans même balbutier quelques mots dans la langue de Molière, celui dont le prénom est désormais précédé du titre de « Docteur » a tôt fait de s’attirer les distinctions de sa promotion. Ce n’est pas un hasard s’il est aujourd’hui propriétaire de la Clinique de parodontie et d’implantologie Lebourgneuf.

« Dès le début, j’ai été passionné par la parodontie et la minutie nécessaire lors des actes chirurgicaux qu’elle requiert. Je ressentais le besoin de me spécialiser, alors j’ai simplement suivi ma voie », explique-t-il bien humblement.

Qu’est-ce qu’un parodontiste ?

Le parodontiste est le spécialiste de la parodontie, l’une des dix spécialités reconnues par l’Ordre des dentistes du Québec. Issue des mots paro (autour) et odonto (dent), le parodontiste se consacre à la prévention, au diagnostic et aux traitements des affections atteignant la gencive et l’os adjacent (aussi appelé le parodonte) ; bref, les tissus qui supportent les dents. . Il effectue aussi des chirurgies gingivales esthétiques ainsi que des greffes de gencive et d’os. De plus, par sa solide formation universitaire en implantologie, il procède à la mise en place d’implants dentaires visant à remplacer une ou plusieurs dents manquantes. En résumé, le parodontiste possède l’expertise et les outils nécessaires afin d’aider à préserver la dentition ainsi que sa fondation en bonne santé, et ce, de la façon la plus esthétique possible. Les hygiénistes dentaires, les dentistes généralistes et autres spécialistes dentaires sont des collaborateurs privilégiés des parodontistes, car ils jouent un rôle important dans l’élaboration des traitements visant le maintien d’une condition buccale saine.

 Dès le début, j’ai été passionné par la parodontie et la minutie nécessaire lors des actes chirurgicaux qu’elle requiert. Je ressentais le besoin de me spécialiser, alors j’ai simplement suivi ma voie. »

Les maladies parodontales, aussi appelées les maladies de gencives, touchent environ 50 % de la population et représentent la cause la plus fréquente de la perte des dents chez les adultes. Bien que l’inflammation accompagnant les différentes formes de maladies parodontales résulte essentiellement d’une infection bactérienne, plusieurs facteurs de risques influencent le degré de sévérité des cas observés.

Facteurs de risques influençant le degré de sévérité des maladies parodontales :
  • Tabagisme
  • Mauvaise hygiène buccale
  • Diabète
  • Facteurs génétiques

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le lien entre les maladies parodontales et la santé globale d’un individu n’est pas unidirectionnel. S’il est vrai qu’un mauvais état de santé peut aggraver ou même engendrer l’atteinte parodontale, celle-ci peut également entraîner une dégradation de l’état de santé de la personne affectée, pouvant même aller jusqu’à l’accentuation de problématiques graves telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires et certains cancers.

Il appert que les maladies parodontales peuvent demeurer longtemps sans douleur, mais certains signes avant-coureurs laissent parfois présager le début d’une infection chronique de la gencive, notamment chez l’adulte.

Signes avant-coureurs d’infection chronique de la gencive :
  • Rougeur et gonflement de la gencive
  • Saignement de la gencive lors du brossage des dents ou lors de l’utilisation de la soie dentaire
  • Mauvaise haleine chronique
  • Mobilité et déplacement des dents
  • Récessions gingivales (déchaussements des dents)

Lorsque les maladies parodontales sont décelées au stade préliminaire, le traitement se résume à un nettoyage en profondeur sous anesthésie locale. Si la situation présente une atteinte plus avancée, le parodontiste peut être amené à devoir soulever la gencive pour cureter la racine.

Enfin, si la situation se détériore au point de causer la perte d’une dent, le parodontiste peut conseiller des solutions de remplacement. Bien entendu, il s’avère impératif que la gencive et les tissus adjacents soient en bonne santé avant de pouvoir considérer à placer un ou des implants dentaires, puisque ces derniers sont aussi vulnérables, sinon plus, que les dents aux maladies parodontales. Par conséquent, il est essentiel de savoir que les problèmes parodontaux sont susceptibles de se développer, autant au pourtour des dents que des implants dentaires.

L’Ordre des dentistes du Québec s’efforce de sensibiliser ses membres à l’importance du diagnostic précoce et de la prévention des maladies parodontales Il existe un examen simple applicable lors de chaque visite chez votre dentiste, soit le PSR permettant d’identifier le patient qui pourrait être atteint de maladies parodontales. Le PSR, qui consiste à prendre quelques mesures autour de vos dents, peut être réalisé par l’hygiéniste lors d’une visite de routine chez votre dentiste. Discutez-en avec celui-ci !

 

Quelques mythes concernant la parodontie…

1. Les maladies parodontales sont incurables.

Faux. À l’heure actuelle, des preuves solides démontrent l’efficacité du traitement parodontal dans la prévention des maladies parodontales ainsi que dans la réduction de la perte des dents. Cinq à huit fois plus de dents sont perdues chez les patients atteints de parodontites non traitées en comparaison avec les patients traités et suivis adéquatement. Les dents ayant des tissus qui les soutiennent (le parodonte) en bonne santé peuvent durer toute la vie de l’individu.

2. La récession gingivale (déchaussement des dents) ne peut être corrigée.

FAUX. Dans la plupart des cas, la correction de la récession gingivale est possible par une greffe de gencive.

3. Les traitements de « parodontie douce » sont efficaces.

FAUX. Malheureusement, les maladies parodontales ne peuvent être traitées par des produits antibactériens qui ne seront guère plus efficaces que la pensée magique. Les mesures d’hygiène adéquatement enseignées et appliquées par les patients demeurent la meilleure prévention selon les études scientifiques.

4. Pour consulter un spécialiste en médecine dentaire, il faut d’abord être référé par un dentiste généraliste.

FAUX. Habituelllement, les patients sont référés chez le spécialiste dentaire par leur dentiste généraliste. Par contre, ce processus n’est pas obligatoire. Quiconque peut donc consulter un dentiste spécialiste de son propre gré. Ce dernier sera en mesure de donner un avis, de confirmer ou d’infirmer un diagnostic, de même que de prodiguer les soins recommandés.

5. Il existe des spécialistes en implantologie dentaire

FAUX. L’implantologie n’est pas une spécialité dentaire reconnue par l’Ordre des dentistes du Québec. Le choix de pratique d’un dentiste ne lui octroie pas les compétences d’un spécialiste. Il n’existe aucune norme ni aucune exigence particulière de formation pour avoir le droit de pratiquer ces actes chirurgicaux. Toutefois, seuls les parodontistes et les chirurgiens buccaux et maxillo-faciaux reçoivent une formation universitaire standardisée et complète dans la mise en place des implants endo-osseux. Ces compétences sont confirmées par un examen du Collège royal des chirurgiens dentistes du Canada et reconnu par l’Ordre des dentistes du Québec.

 

Information
Clinique de parodontie et d’implantologie Lebourgneuf
1300, boulevard Lebourgneuf, bureau 230, Québec
Tél. : 418 626-7276 (PARO)
Courriel : [email protected]

 

 

 

 

 

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 27 au 30 juin 2019
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X