PUBLICITÉ

Deux Québécois autour du monde : Cap sur Key West

11 février 2019 - Par Cendrine Chénel et Claude Trudel

Sur la photo : le sublime lever de soleil à Key West.


Cette série de chroniques régulières raconte le périple en caravaning autour du monde de deux Québécois : Cendrine Chénel et Claude Trudelle. Voici le troisième volet.

Nous venons de quitter Savannah. Bien que cette magnifique petite ville de Géorgie vaille incontestablement un article et deux jours de visite, nous vous jaserons plutôt de Key West, la ville située le plus au sud des États-Unis.

Nous n’aimons pas les villes très touristiques, mais le Old Town de Key West, au-delà du côté mercantile de ses boutiques souvenirs à gogo et du Mallory Square, est vraiment charmant. La beauté et la variété des maisons d’inspiration victorienne, perdues au milieu de la végétation, sont joliment colorées et raffinées. On s’installerait à l’ombre des palmiers ou des banyans pendant des heures pour y lire quelques lignes d’Hemingway, illustre écrivain qui fut résident de la ville et qui, encore aujourd’hui, fait tourner l’économie au même titre que le "Southernmost Point".

JPEG - 401.6 ko
Maison d’Ernest Hemingway

Se balader sur la Duval Street - the Street ! - permet d’admirer la richesse de l’architecture caractéristique de la ville, en autant que l’on soit capable de détourner les yeux des vitrines. L’église Saint Paul, d’une blancheur éblouissante, se doit d’être visitée pour un peu de repos ou pour de pieuses pensées. Les vitraux sont splendides !

JPEG - 998.9 ko

À Key West, tous nos sens sont à l’affût : la musique joue dans la rue et dans les bars, créant une joyeuse cacophonie que l’on aime tant.

Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt… leur permettant surtout d’admirer le sublime lever de soleil, là où, parait-il, il est le plus beau au monde !

Poursuivant notre promenade aux aurores, nous en avons profité pour faire la tournée des bars... À cette heure matinale, nous avons ainsi éviter l’affluence et les verres de trop de certains.

Une institution à Key West : le Sloppy Joe’s Bar, lieu reconnu pour avoir été fréquenté par Hemingway. Très sympa pour ceux et celles qui veulent boire un verre en écoutant de la musique, au comptoir ou à une table. Le Sloppy Joe’s est l’un de ces bars où la cloche résonne en fonction du pourboire laissé.

JPEG - 563 ko
Le Sloppy Joe’s Bar

Un autre incontournable : le Captain Tony’s Saloon. La décoration des lieux est peu commune. Du sol au plafond, le visiteur n’y voit que des billets d’un dollar, des soutien-gorge, un vélo, une guitare... Un vrai musée ! Là aussi, les célébrités y ont défilé : Ernest Hemingway, bien sûr, mais aussi Truman Capote, Duane Cahill, Jimmy Buffett, John F. Kennedy, Harry Truman, pour ne nommer que ceux-là. Quelle que soit l’heure de la journée, une belle ambiance y règne. Pour les gourmets, la Key Lime Pie et le conch frit ou en ceviche sont à déguster. Un pur délice !

Anecdote du jour : Cocorico !

Cocorico ne fait pas ici référence aux coqs en liberté qui sont présents partout dans la ville et qui chantent dès l’aurore. Nous parlons plutôt ici du beau "Toc, toc, toc, Police de Key West !" qui nous a réveillé et sur lequel nous avons terminé notre séjour à Key West.

JPEG - 811.3 ko
À Key West, les coqs en liberté sont présents partout.

Petit conseil d’ami : ne dormez pas dans votre véhicule à Key West, que ce soit une Mazda 3 ou une Licorne noire – notre Sprinter ! Vous risquez, comme nous, de vous faire réveiller par un policier à 23 h 30 qui vous demandera gentiment de dégager les lieux. En effet, il est interdit de faire du "boondocking" à Key West, même si l’application que nous utilisons (IOverlander) nous suggérait ce lieu comme étant non interdit.

La raison de cette réglementation est compréhensible : dans ce coin de pays, trop de personnes viennent se réchauffer et squatter les plages de la petite ville ensoleillée. Le non respect des lieux de certaines personnes a entraîné cette solution radicale. De "vieilles minounes" restaient parfois des jours et des mois dans des stationnements, transformées en appartements pour bohèmes. Ne voulant aucunement jouer au jeu du chat et de la souris - certains "vanneux" changeant de place nuit après nuit dans le but d’éviter de se faire attraper - nous avons décidé de quitter Key West. Nous avons terminé notre nuit dans un parc refuge de chevreuils, à plusieurs kilomètres de là, dans une autre municipalité.

Bye bye Key West ! Nous t’avons aimée, mais ainsi va la vie !

« Qui a l’habitude de voyager… sait qu’il arrive toujours un moment où il faut partir. » - Paulo Coelho

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Mercredi 23 octobre 2019
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X