PUBLICITÉ

Deux Québécois autour du monde - Sublime Mongolie

9 septembre 2019 - Par Cendrine Chénel et Claude Trudel

Sur la photo : Une randonnée à cheval dans la Vallée de l’Orkhon, classée Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO et paradis des éleveurs de yaks.

C’est du fin fond de la steppe mongole, à plus de 500 kilomètres d’Oulan-Bator et en sirotant une Golden Gobi, bière blonde mongole, que je « prends la plume », après neuf jours d’expédition. Le coeur un peu triste, nous quittons la Mongolie demain. Une autre destination, complètement différente, nous attend : Séoul, l’une des trois plus grandes métropoles du monde. Là-bas, je n’écouterai pas le vent et le silence de la nuit...

La Mongolie... Déjà, le nom fait rêver !

Après avoir passé quelques jours à Oulan-Bator, après avoir respiré trop de pollution et entendu trop de klaxons, j’étais heureuse de quitter la fourmillante capitale et ses ingérables embouteillages pour savourer mon rêve, celui de découvrir la vraie Mongolie, celle des nomades, loin du bruit et des lumières de la ville.

JPEG - 533.2 ko
Oulan-Bator

Rapidement, la nature s’impose et le calme apparaît. La somptueuse Mongolie, c’est l’immensité des paysages, des steppes verdoyantes, des chevaux galopant crinière au vent et en liberté, des milliers de moutons qui se prélassent sur les pistes, dérangés dans leur quiétude par les rares autos qui traversent la contrée, des yourtes installées là où le pâturage est le meilleur, où les animaux seront repus et heureux, où ils pourront engraisser pour l’hiver.

JPEG - 295.4 ko
Les typiques yourtes de la Mongolie

La Mongolie, c’est aussi le sourire sur les visages, les yeux malicieux des femmes, les regards intenses des hommes qui veillent jour et nuit sur leur terre et leurs troupeaux, le cri des enfants qui s’amusent d’un rien et qui vous offrent le plus beau des rires à la moindre grimace, l’aboiement des chiens qui gardent les loups en respectant la nuit quand l’homme se repose d’une dure journée.

La Mongolie, c’est encore des odeurs de cuisson qui vous titillent les narines, des arômes inconnus qui vous mettent l’eau à la bouche, c’est une aventure culinaire qu’il faut oser, car nos papilles s’en réjouissent et le palais savoure. C’est le mouton sous toute ses formes, le lait de chèvre chaud, le lait de jument (airag), la vodka de yack pour fraterniser et la crème de yack à l’onctuosité céleste pour se lécher les babines.

La Mongolie, c’est apprendre à lâcher prise et ne plus gérer le temps. Les trajets sont longs et la route, mauvaise. Alors la seule chose à faire est d’admirer le paysage changeant au gré des heures.

La Mongolie, c’est également le désert, la montagne, les steppes, la forêt, les dunes, des nuages de poussière, des lacs salés, la neige en hiver et la chaleur en été.

La Mongolie, c’est une générosité, une fraternité, une hospitalité, une chaleur humaine qui réchauffent non seulement en hiver, mais toute l’année.

Si vous venez en Mongolie, vous vous devez absolument de :

JPEG - 803.9 ko
Le Musée national de Mongolie à Oulan-Bator
JPEG - 452.7 ko
Le Musée national de Mongolie à Oulan-Bator
  • Visiter le Musée national de Mongolie à Oulan-Bator pour comprendre l’histoire de ce pays, des ces hommes forts et de ses guerriers redoutables, des moines et nomades meurtris au cours des siècles. Une visite des plus enrichissantes pour comprendre la Mongolie avant de partir à sa découverte. Ce merveilleux musée permet de voyager à travers l’histoire et d’admirer de splendides costumes de cérémonie traditionnels.
JPEG - 443.3 ko
Le monastère Gandan Khiid à Oulan-Bator
JPEG - 1.2 Mo
Les moines du monastère Gandan Khiid à Oulan-Bator
  • Assister aux envoûtantes cérémonies de prières au monastère Gandan Khiid à Oulan-Bator, l’un des plus importants du pays, et dont le nom complet, Gandantegchinlin, signifie le « lieu sacré de la béatitude suprême », et se sentir minuscule devant l’immense statue de Megjid-Janraiseg de 26,5 mètres de haut.
JPEG - 419 ko
La statue de Gengis Khan, héros admiré et vénéré des Mongols, à Tsonjin Bolog.
  • Être époustouflé devant la statue de Gengis Khan, héros admiré et vénéré des Mongols. À deux heures d’Oulan-Bator, à Tsonjin Bolog, se dresse au milieu de nul part la gigantesque statue du héros national assis sur son cheval et veillant sur la Mongolie. Haute de 40 mètres, construite en 2008 en acier inoxydable, Gengis Khan étincelle à travers la plaine. Un ascenseur permet de monter au sommet de la statue et de faire un face à face avec ce héros. La vue sur la plaine y est spectaculaire.
  • Dormir chez l’habitant dans une yourte, vous laisser emporter par le rythme de la vie quotidienne des nomades et découvrir les usages de politesse et d’hospitalité : recevoir et partager la blague à tabac du maître de maison, boire le lait de chèvre ou l’airag offert par l’hôtesse, apprendre à se déplacer dans la yourte en ne passant jamais entre les deux piliers porteurs (représentant le couple) ; vivre comme eux en oubliant un instant nos normes de confort nord-américain, écouter leur sagesse et découvrir leur univers millénaire et, surtout, ne jamais repartir sans avoir offert un présent de la main droite ou des deux mains.
  • Faire une randonnée à cheval dans la Vallée de l’Orkhon, classée Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO et paradis des éleveurs de yaks. Inoubliable et magique !
JPEG - 559.6 ko
Le Monastère Aryapala
  • Monter les 108 marches blanches pour méditer au sommet du monastère d’Aryapala au parc national de Gorkhi-Terelj. Situé à flanc d’une montagne couverte de mélèzes et de roche granitique, il vous faudra, pour atteindre le temple, franchir une petite passerelle en bois sur laquelle un panneau indique : « le pont qui mène au-delà de la sagesse. »
JPEG - 293.1 ko
Les dunes de Khongor
  • Escalader les dunes de Khongor pour admirer ce paysage presque lunaire qui s’étend sur 180 kilomètres et sur 8 à 12 kilomètres de largeur. Arrivé au sommet, le vent décoiffe, mais l’effort de la montée est amplement récompensé par la vue phénoménale qui s’offre à vous.

La Mongolie demeure l’une des dernières destinations encore préservées du monde et du tourisme à outrance. La diversité de ces paysages n’a d’égale que leur majesté : des montagnes escarpées aux forêts denses du nord, en passant par les plaines centrales et les déserts arides du sud...

C’est un pays où la culture, l’histoire et les paysages sont inextricablement liés, où les nomades errent encore dans les steppes comme ils le faisaient autrefois, à l’époque de Gengis Khan, et où la chaleur et l’hospitalité de ses habitants ne sont plus à démontrer.


Pour suivre « Deux Québécois autour du monde » :

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 12 au 21 septembre 2019
Samedi 21 septembre 2019
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X