PUBLICITÉ

EN PAGE COUVERTURE : L’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec - Université Laval célèbre ses 100 ans

1er mars 2018 - Par Johanne Martin

Sur la photo : Josée Giguère, directrice générale de la Fondation IUCPQ, entourée du Dr Simon Marceau, chef du Département de chirurgie bariatrique ; Dr Denis Richard, directeur du Centre de recherche ; Dr Robert De Larochellière, chef du Département multidisciplinaire de cardiologie ; et Dr Simon Martel, chef du Département multidisciplinaire de pneumologie. © Marjorie Roy

Un siècle de passion et d’innovations

L’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec – Université Laval (Institut) célèbre cette année ses 100 ans. Acteur international de premier plan dans la lutte contre les maladies chroniques sociétales qui sont responsables de 60 % des décès sur la planète selon l’Organisation mondiale de la santé, l’Institut compte, dans la poursuite de sa mission et depuis longtemps, sur l’appui indéfectible de la Fondation IUCPQ.

À PROPOS DE L’INSTITUT

« L’Institut est un centre hospitalier dynamique où l’on innove constamment dans les domaines des maladies cardiovasculaires, respiratoires et reliées à l’obésité. Nous sommes toujours en quête d’améliorations afin d’assurer à notre clientèle l’excellence dans nos soins et dans nos pratiques de pointe. Grâce à une organisation mobilisée et à une collaboration grandissante, notamment avec nos partenaires du réseau, l’Institut assure la qualité de l’accès aux services spécialisés et ultraspécialisés, et ce, dans un souci constant de performance. Nos accomplissements témoignent de l’énergie, du leadership et de la créativité de nos équipes, et nous pouvons nous réjouir d’avoir un tel établissement au Québec », affirme Denis Bouchard, président-directeur général de l’Institut.

// 58 664 usagers annuellement, clientèles hospitalisées et ambulatoires confondues.
// 3 500 employés, médecins, professionnels, chercheurs, gestionnaires et bénévoles au sein de l’établissement affilié à l’Université Laval.
// 2,2 millions d’habitants forment le bassin de desserte, soit environ 30 % de la population du Québec.
// Le seul établissement hospitalier au Canada à offrir sous un même toit des soins et des services spécialisés et ultraspécialisés en cardiologie, en pneumologie et en traitement de l’obésité.


FONDATION IUCPQ : FIÈRE DE SOUTENIR UN INSTITUT DE RENOMMÉE MONDIALE

JPEG - 702.8 ko
Josée Giguère, directrice générale de la Fondation IUCPQ, et Denis Bouchard, président-directeur général de l’Institut. © Marjorie Roy

L’Institut profite d’une notoriété exceptionnelle. Dans l’aventure, la Fondation IUCPQ est de ceux qui assurent le soutien et la promotion de l’oeuvre de l’Institut, une oeuvre marquée par les multiples réalisations qui jalonnent son parcours depuis un siècle.

« Au plus grand bénéfice de la population du centre et de l’est du Québec, la Fondation contribue à l’achat d’équipements spécialisés et participe au financement de la recherche et de l’enseignement. Elle collabore ainsi à l’amélioration constante de la qualité de vie de milliers de personnes, leur donnant même une deuxième vie et un deuxième souffle », indique Jean M. Gagné, président du conseil d’administration de la Fondation IUCPQ, associé principal chez Fasken.

JPEG - 623.3 ko

« La Fondation collabore à l’amélioration constante de la qualité de vie de milliers de personnes, leur donnant même une deuxième vie et un deuxième souffle. » - Jean M. Gagné, président du conseil d’administration de la Fondation IUCPQ, associé principal chez Fasken.

D’ailleurs, la directrice générale de la Fondation, Josée Giguère, se montre particulièrement fière de l’appui que propose l’organisme qu’elle dirige aux chercheurs de l’Institut, lesquels sont parmi les plus influents de la planète dans leur domaine d’expertise. L’an dernier seulement, près de 1 million de dollars ont été versés à 46 d’entre eux dans le cadre du concours annuel de la Fondation. Depuis 2009, l’exercice a permis de remettre près de 10 millions de dollars en subventions aux chercheurs de l’Institut.

« D’autres réalisations sont également dignes de mention, ajoute Mme Giguère. En 2017, 500 000 $ ont été accordés à l’aménagement de la nouvelle unité des soins palliatifs de l’Institut. De plus, la salle hybride, qui sera inaugurée ce printemps, s’est vu attribuer un financement de 6,5 millions de dollars. Hautement technologique, elle possède les caractéristiques des salles d’intervention en électrophysiologie cardiaque et en hémodynamie auxquelles s’ajoutent celles d’une salle de chirurgie cardiaque. »

La directrice générale ne manque pas de souligner l’apport des nombreux donateurs dans la mission de la Fondation, qui représente une importante source de financement pour l’organisme, tout comme la soirée Au coeur de vos passions et le Cyclo-Défi IUCPQ-UL , qui auront respectivement lieu cette année le samedi 2 juin et le dimanche 9 septembre.


LE DÉPARTEMENT MULTIDISCIPLINAIRE DE CARDIOLOGIE

JPEG - 223.3 ko
Dr Robert De Larochellière, chef du Département multidisciplinaire de cardiologie.

À l’Institut, les chirurgiens cardiaques et cardiologues font équipe au sein d’un même département poursuivant les missions d’excellence en soins, enseignement médical et recherche. Le volume d’activité et la productivité académique font de l’Institut l’un des plus grands centres de cardiologie au Canada. Les activités diagnostiques et les différentes interventions sont divisées en plusieurs secteurs d’excellence qui s’unissent dans des approches hybrides. L’Institut accueille annuellement plus d’une trentaine de médecins de l’international qui viennent se spécialiser en chirurgie cardiaque et cardiologie.

« Annuellement, 25 des 50 transplantations cardiaques réalisées dans toute la province de Québec sont faites à l’Institut. » - Dr Robert De Larochellière, chef du Département multidisciplinaire de cardiologie.

« Annuellement, 25 des 50 transplantations cardiaques réalisées dans toute la province de Québec sont faites à l’Institut. Les statistiques de mortalité opératoire de l’Institut sont les meilleures au Canada. Notre rayonnement dans le remplacement de la valve aortique par cathéter, sans arrêt circulatoire et chirurgie majeure, est d’envergure internationale grâce à la synergie des équipes de chirurgiens, cardiologues et chercheurs. Les chirurgiens cardiaques et les cardiologues de l’Institut sont à l’affût et assurent à la population de Québec l’accès aux meilleurs soins possible pour les problèmes de santé cardiovasculaire », révèle fièrement le Dr Robert De Larochellière, chef du Département multidisciplinaire de cardiologie.

COEUR
// La maladie cardiovasculaire est la première cause de décès chez les Canadiens d’âge adulte.
// Le Département multidisciplinaire de cardiologie est le plus grand centre de cardiologie au Québec et l’un des plus gros au Canada.
// Transplantations cardiaques annuelles : 50 % de toutes les transplantations cardiaques au Québec
// Implantations de coeurs mécaniques depuis 2009 : 100
// Équipe : 11 chirurgiens cardiaques / 38 cardiologues


LE DÉPARTEMENT MULTIDISCIPLINAIRE DE PNEUMOLOGIE ET DE CHIRURGIE THORACIQUE

JPEG - 253.3 ko
Dr Simon Martel, chef du Département multidisciplinaire de pneumologie.

Parmi les secteurs de pointe qui distinguent le Département multidisciplinaire de pneumologie et de chirurgie thoracique de l’Institut, on trouve les développements sur la thérapie personnalisée dans le cancer du poumon – qui représente près de 50 % de l’activité du département avec les 700 à 800 nouveaux cas par année – et les nouvelles approches endoscopiques par les voies naturelles dans le traitement de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), de l’asthme et du cancer du poumon.

« À l’Institut, on insiste beaucoup sur l’enseignement et la recherche. » - Dr Simon Martel, chef du Département multidisciplinaire de pneumologie

« À l’Institut, on insiste beaucoup sur l’enseignement et la recherche. Que ce soit en asthme, en MPOC, en hypertension pulmonaire, en apnée du sommeil ou en cancer du poumon, il se fait ici à la fois de la recherche fondamentale et clinique grâce, entre autres, à la contribution de la Fondation IUCPQ, rapporte le chef du département, le Dr Simon Martel. Nous participons donc très activement au développement et à l’évaluation de nouvelles technologies et des nouveaux traitements proposés aux patients. »

POUMONS
// Le cancer du poumon est la principale cause de décès par cancer.
// Leader mondial en médecine cardiorespiratoire et centre de référence en cancer du poumon et en chirurgie thoracique
// Équipe (effectif régulier) : 24 pneumologues / 6 chirurgiens thoraciques / 1 ORL


LE DÉPARTEMENT DE CHIRURGIE GÉNÉRALE ET BARIATRIQUE

JPEG - 220 ko
Dr Simon Marceau, chef du Département de chirurgie bariatrique.

En raison de l’augmentation des cas d’obésité sévère, de l’amélioration des résultats obtenus par les traitements mis au point et de l’absence d’une autre option efficace, la chirurgie bariatrique s’est considérablement développée au cours des 30 dernières années. L’une des techniques aujourd’hui pratiquées à travers le monde, la dérivation biliopancréatique, a d’ailleurs été perfectionnée à l’Institut par les Drs Biron et Marceau (père).

« L’usage de la laparoscopie s’est répandu et à l’Institut, depuis 2013, aucune chirurgie bariatrique avec une incision standard ne s’est faite. » - Dr Simon Marceau, chef du Département de chirurgie bariatrique

« Il faut savoir que l’obésité porte une atteinte sévère à la qualité de vie des personnes et qu’elle agit négativement sur plusieurs systèmes comme le coeur et les poumons, rappelle le Dr Simon Marceau, chef du département. L’usage de la laparoscopie s’est répandu et à l’Institut, depuis 2013, aucune chirurgie bariatrique avec une incision standard ne s’est faite. Moins risquée, elle aide à mieux récupérer et favorise un retour à la maison plus rapide. »

OBÉSITÉ
// Un Québécois sur cinq souffre d’obésité.
// La plus grande équipe au Canada : huit chirurgiens bariatriques, dont deux assignés aux suivis
// Le plus grand volume de chirurgies bariatriques réalisées dans la province : 740 par année
// 600 nouveaux cas bariatriques annuellement


LE CENTRE DE RECHERCHE

JPEG - 231.2 ko
Dr Denis Richard, directeur du Centre de recherche.

Le soutien financier de la Fondation IUCPQ sert de levier à plusieurs chercheurs qui travaillent au Centre de recherche de l’Institut. Année après année, la Fondation s’assure que le Centre puisse demeurer un leader mondial dans la découverte, la prévention et la guérison par la création, la transmission et l’utilisation des connaissances au bénéfice des personnes atteintes de maladies chroniques sociétales.

« Nos chercheurs sont parmi les plus productifs à l’échelle du globe. » - Dr Denis Richard, directeur du Centre de recherche

« L’arrimage parfait des axes de recherche aux spécialisations de l’Institut – la cardiologie, la pneumologie, de même que l’obésité et le diabète de type 2 – est garant d’une synergie entre les cliniciens et les chercheurs, favorisant ainsi un transfert rapide des savoirs vers les soins aux patients. Nos chercheurs sont d’ailleurs parmi les plus productifs à l’échelle du globe », tient à préciser le directeur du Centre de recherche, le Dr Denis Richard.

QUELQUES CHIFFRES :
// 171 chercheurs et médecins chercheurs associés au Centre
// 900 personnes y travaillent en 2018, comparativement à 250 en 2000
// 14 M$ consentis par la Fondation IUCPQ dans les projets d’agrandissement, qui ont eu pour effet de tripler sa superficie


JPEG - 8 ko

Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec – Université Laval
2725, chemin Sainte-Foy, Québec
418 656-8711 / iucpq.qc.ca

Fondation IUCPQ
2700, chemin des Quatre-Bourgeois,
2e étage, bureau Y-2315, Québec
418 656-4999 / [email protected]
fondation-iucpq.org

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 27 juin au 2 septembre 2018
Du 24 juin au 5 octobre 2018
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X