PUBLICITÉ

CLASSE AFFAIRES FÉVRIER 2019

Emploi en sol québécois : Un portrait qui pousse à la réflexion… et à l’action

22 février 2019 - Par Johanne Martin

Sur la photo : Jean-Pierre Lessard, associé et fondateur d’Aviseo Conseil.


Rattrapée par un quart de siècle de croissance économique, Québec compte plus de 12 000 postes vacants. Le vieillissement de la population n’est évidemment pas sans générer une vague de remplacements. Les possibilités devant le défi de l’heure : garder les forces en présence, optimiser et augmenter le bassin de main-d’œuvre.

« Dans les organisations, il faut miser sur le personnel déjà en place, travailler à retenir les gens plus longtemps, développer sa marque employeur, augmenter la productivité et penser aux conditions globales, résume Jean-Pierre Lessard, associé et fondateur d’Aviseo Conseil. Celles-ci sont importantes pour favoriser l’attraction, en particulier auprès des Montréalais, qu’on devrait cibler davantage dans nos migrations interrégionales. »

« Dans les organisations, il faut miser sur le personnel déjà en place, travailler à retenir les gens plus longtemps, développer sa marque employeur, augmenter la productivité et penser aux conditions globales. » - Jean-Pierre Lessard, associé et fondateur d’Aviseo Conseil.

Si Québec continue à afficher un taux de chômage sous la barre des 4 %, elle est aussi aux prises avec un solde migratoire en décroissance – ceux qui s’installent dans la région sont plus nombreux que ceux qui la quittent , mais ils diminuent. « Outre Montréal, les migrations régionales constituent un apport limité et, au mieux, les migrations internationales stagnent à 3 000 nouveaux arrivants par année », énonce le consultant.

Un emploi en sol québécois

Principal vecteur d’intégration sociale pour les personnes immigrantes, l’emploi représente un argument d’attractivité majeur pour les régions du Québec. Dans les faits, 80 % des nouveaux arrivants résident en territoire montréalais, alors que 55 % des emplois disponibles se trouvent à l’extérieur de la métropole. Qui plus est, le taux de chômage est presque deux fois plus élevé chez les immigrants que chez les individus nés à Montréal.

JPEG - 755.1 ko
Lancé par la Fédération des chambres de commerce du Québec et financé par le gouvernement du Québec, le projet Un emploi en sol québécois vise précisément à soutenir l’intégration en emploi de personnes qualifiées dans les différentes régions de la province.

Lancé par la Fédération des chambres de commerce du Québec et financé par le gouvernement du Québec, le projet Un emploi en sol québécois vise précisément à soutenir l’intégration en emploi de personnes qualifiées dans les différentes régions de la province. Les missions de recrutement, qui s’articulent autour d’activités de maillage entre candidats présélectionnés et employeurs, impliquent les milieux communautaires locaux.

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Mercredi 23 octobre 2019
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X