PUBLICITÉ

Essai routier de l’Acura MDX

1er septembre 2011 - Par Frédéric Masse

Fontaine de jouvence

Il y a de ces véhicules qui, à l’image de certaines femmes magnifiques, ne semblent pas vieillir. C’est un peu comme si ceux-ci avaient trouvé la fontaine de jouvence. L’Acura MDX est l’un de ces oiseaux rares. Malgré le fait que sa dernière refonte remonte à 2006 (une éternité dans le monde automobile), elle connaît encore des succès de vente impressionnants et se veut l’un des véhicules les plus populaires du constructeur japonais. Mais qu’est-ce qui explique ce succès et une telle longévité ? Simple : le meilleur rapport qualité-prix-luxe-fiabilité dans sa catégorie.

Depuis 2006, la MDX a été bien peu modifiée. Oui, elle a été remise au goût du jour quant à sa présentation intérieure et, en 2009, elle est passée sous le bistouri afin d’effacer quelques rides, mais somme toute, sa ligne est toujours aussi attirante et son habitacle — excluant l’interface du système de navigation qui commence à montrer des signes de vieillissement, quoiqu’en matière d’efficacité, il soit exemplaire — semble encore tout frais sorti de la boîte. Bref, Acura a visé dans le mille en créant la MDX. Une telle longévité en est le reflet.

Lorsque poussée dans les courbes, l’Acura semble avoir les quatre roues agrippées à la route avec de la super colle.
Lorsque poussée dans les courbes, l’Acura semble avoir les quatre roues agrippées à la route avec de la super colle.

Un habitacle princier

Si on décortique l’habitacle de la MDX, on y découvre des sièges, des matériaux, une finition et une présentation de grande qualité. Le tableau de bord, notamment, fait encore rougir certains compétiteurs nouvellement revampés. Les sièges, surtout avant, sont d’un confort absolument princier. J’ai aimé la position assise très haute qui permet d’avoir une bonne vue sur la route et sous la plupart des angles. Les gros piliers avant agaceront toutefois certains conducteurs. À l’arrière, la banquette accueillera trois enfants très confortablement ou trois adultes serrés. Une troisième rangée de siège, qui se rabat facilement à plat, sera prête à accueillir, pour un court trajet, deux autres passagers ou des enfants.

J’ai également adoré la qualité de l’insonorisation, qui est tout à fait à la hauteur, voire supérieure à la compétition. Je souligne, en passant, l’excellente sonorité du système stéréo de 410 W dont était équipé mon véhicule d’essai, ce dernier disposant de toutes les options possibles avec l’ensemble Élite (caméra de recul, sièges ventilés, système de divertissement à l’arrière, roues de 19 pouces). Pour le prix demandé, c’est très impressionnant. Par contre, il vous faudra peut-être quelques journées avant de vous habituer à la planche de bord surchargée, mais on finit par s’adapter et tout devient naturel.

L’habitacle de la MDX offre des sièges, des matériaux, une finition et une présentation de grande qualité.
L’habitacle de la MDX offre des sièges, des matériaux, une finition et une présentation de grande qualité.

Et la mécanique ?

Oui, l’Acura MDX offre un seul moteur, soit un V6 de 3,7 litres de 300 chevaux. Et puis ? Il s’agit d’une mécanique amplement puissante pour déplacer le gros VUS. Oui, il peut parfois sembler hésitant au départ, mais il accélère rapidement par la suite et offre des reprises tout à fait satisfaisantes. Sa transmission automatique à six rapports travaille avec une douceur tout à fait remarquable. On en vient même parfois à oublier sa présence, signe d’une efficacité redoutable. La consommation d’essence n’est toutefois pas la meilleure avec, dans mon cas, 13,5 litres par 100 km. Elle fonctionne au Super ; c’est son plus grand défaut (il faut bien lui en trouver !).

Côté conduite ?

La MDX impressionne. Sa traction intégrale est magistrale. Lorsque poussée dans les courbes, l’Acura semble avoir les quatre roues agrippées à la route avec de la super colle. Par ailleurs, vous pourrez aussi choisir entre les réglages de suspension sport ou confort compris avec l’ensemble Elite. Ceci dit, la japonaise n’est pas conçue pour brasser, mais bien pour dorloter et, entre vous et moi, la suspension de base fait parfaitement le travail et offre le parfait compromis. Autrement dit, elle ne vous laissera jamais tomber sur un chemin en mauvais état… ou sur la 20 !

En résumé, la MDX vieillit très bien. Il faut, de même, souligner son bilan tout à fait impeccable en matière de fiabilité. Et contrairement à bien d’autres compétiteurs directs, souvent chers à l’entretien et moins fiables, sa valeur de revente est fort intéressante.

Fiche technique

  • Modèle d’essai : Acura MDX
  • Prix de base : 52 690 $ pour la LS
  • Prix du modèle essayé : 62 690 $
  • Moteur : V6 de 3,7 litres/300 chevaux à 6 300 tr/min/270 lb-pi à 3 700 tr/min
  • Transmission : six rapports
PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 16 novembre au 24 décembre 2019
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X