PUBLICITÉ

Essai routier de l’Infiniti JX - Coup de circuit

4 juillet 2013 - Par Frédéric Masse

Infiniti a frappé un coup de circuit avec sa JX, qui portera d’ailleurs le nom QX60 dans le prochain millésime.

La marque haut de gamme de Nissan est
parvenue à créer un véhicule extrêmement
pratique, qui répond aux besoins des
familles (car, ne vous trompez pas, la
clientèle cible de la JX est la famille)
recherchant le luxe et la fonctionnalité,
tout en plaçant le confort en tête de liste.
Si l’on considère le rapport qualité-prix de
la voiture japonaise, on peut difficilement
concevoir que les choses aient été laissées
au hasard.

LA CONCURRENCE ?

La seule véritable concurrente de la JX est,
selon moi, la Buick Enclave. Toutes deux
se caractérisent en effet par leur confort,
leur présentation vraiment intéressante
et leur habitacle très spacieux. Toutefois,
j’entends souvent, de la part des plus
jeunes familles qui sont à la recherche
d’un véhicule plus prestigieux et pratique,
qu’elles ne souhaitent pas rouler en
Buick. À tort ou à raison, elles n’aiment
pas l’image que propose la marque
américaine. La JX était donc une réponse
à leurs demandes, combinée à un prix de
départ de 44 900 $, donc très raisonnable
dans cette catégorie.

UNE, DEUX, TROIS RANGÉES…

Les sièges avant du véhicule
multisegment sont une réussite en tous
points. À l’arrière, la deuxième rangée
est pratiquement aussi accueillante ;
elle s’abaisse et glisse pour laisser les
occupants de la troisième rangée y
prendre place sans effectuer trop de
contorsions, et ce, tout en permettant
au siège de bébé (s’il y a lieu) de rester
en place. Mentionnons que cette
dernière rangée ne sert pas uniquement
de dépannage... ou de lieu de punition
pour les enfants trop tannants, comme
c’est le cas dans bien des voitures « sept
passagers ».

ET LE CÔTÉ PRATIQUE ?

L’Infiniti JX propose également au menu
une multitude d’options d’aide à la
conduite que plusieurs apprécieront au
plus haut point et qui s’avèrent souvent
coûteuses chez les concurrents. À titre
d’exemple, le système de mise en marche
automatique des freins s’actionne
dès qu’il détecte un obstacle en mode
reculons. Les autres options de sécurité
comprennent notamment le détecteur
de sortie de voie ou l’alerte de véhicule
dans l’angle mort. Et contrairement à
certains anciens véhicules de la marque,
ces options peuvent être désactivées
aisément si l’on juge ne pas en avoir
besoin.

Pour le côté pratique, l’Infiniti se
démarque grâce à ses boutons de
commande simples et accessibles dans
l’habitacle. Bref, la marque pourrait
carrément donner des leçons à certains
concurrents sur ce plan. Et que dire de
l’espace de rangement… Vous en avez
besoin ? En voilà en quantité industrielle.

CE QU’IL FAUT FAIRE POUR PLAIRE AUX
MAMANS…

Assise sur la plateforme à traction de
Nissan qu’elle partage avec le nouveau
Pathfinder, la JX, tel que je l’ai mentionné
précédemment, place le confort en tête
de liste. La transmission à variation
continue (ou CVT), même si elle simule
les rapports, renforce encore plus ce
point. Bien que le moteur V6 de 3,5 litres
développe 265 chevaux, vous ne serez
jamais décoiffé par une forte accélération.
C’est, en fait, parfaitement adapté à la
bête : juste assez doux, avec la bonne
dose de puissance (certains la trouveront
un peu faible ; je crois, au contraire, qu’elle
est parfaite pour le type d’acheteurs)
et juste assez de couple pour que le
conducteur puisse la sentir capable de
bonnes choses.

Et même si j’ai mentionné le fait que ce
véhicule s’adresse surtout aux familles,
je crois que la JX convient tout autant
aux personnes qui ont simplement
besoin d’espace et de confort. En effet, la
suspension rebondie de la JX, sa direction
un peu déconnectée, sa consommation
d’essence fort raisonnable et ses sièges
de haut niveau plairont à quiconque
parcourt de nombreux kilomètres
par année ou aime rouler longtemps.

Je recommanderais d’ailleurs à ces
mêmes personnes (et à toutes celles qui
privilégient le confort avant l’allure) de
conserver les roues de 18 pouces de base
plutôt que d’opter pour les 20 pouces
optionnelles. Ces dernières sont fort
jolies, mais elles amputent légèrement le
confort de roulement.

En plus d’être fort jolie, la QX60 (oups,
pardon, la JX !) offre un rapport qualitéprix
vraiment intéressant. La voiture
japonaise me fait d’ailleurs penser à
l’Acura MDX tellement on a l’impression
d’en avoir beaucoup pour son argent
(dans le monde de l’automobile de luxe,
évidemment). Prestigieuse, avec un
historique de fiabilité intéressant chez
Infiniti, la JX devrait séduire de nombreux
acheteurs de tous acabits. Il est rare qu’un
véhicule si pratique me séduise autant. Si
j’étais acheteur d’une voiture de ce type,
elle trônerait carrément au sommet de ma
liste d’achats. Il s’agit donc d’un produit
dominant ayant trouvé son créneau sans
tenter d’imiter la concurrence. J’aime
vraiment.

FICHE TECHNIQUE

Prix de base : 44 900 $

Moteur : V6 de 3,5 litres de 265 chevaux
à 6 400 tr/min et 248 lb-pi à 4 400 tr/min

Transmission : À variation continue

Consommation annoncée : 11,5 l/100 km
en ville et 8,5 l/100 km sur la route

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 15 au 23 novembre 2019
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X