PUBLICITÉ

L’automobile branchée

14 février 2013 - Par Daniel Boudreault

Plus de 30 ans après la crise du pétrole, la course aux énergies de remplacement est bel et bien une réalité.

À l’époque, autant les constructeurs automobiles que les
gouvernements ont pris conscience que la dépendance au pétrole
fossile devait cesser. Ce fut cependant plus facile à dire qu’à
faire. Par la suite, nombre de solutions furent envisagées par les
constructeurs, dont les carburants de remplacement : l’hydrogène
et le gaz naturel, entre autres.

Par contre, une technologie semble vouloir persister au fil
des décennies : l’électricité. Pour la première fois de l’histoire
automobile, nous assistons à la commercialisation à grande
échelle de la voiture électrique. Pour l’industrie automobile,
cette « électrification » semble constituer une solution à court
et à moyen terme afin de diminuer notre dépendance au pétrole.
Voici différentes stratégies que proposent les principaux
constructeurs.

Toyota

La stratégie de Toyota est fort simple : utiliser l’électricité afin d’aider le
moteur à combustion interne à moins consommer de carburant. Toyota,
avec sa division Lexus, est le constructeur qui propose le plus de modèles
hybrides (essence/électricité). Son système sophistiqué « Hybrid Synergy
Drive » est le même dans toutes ses voitures. Il est de type « série-parallèle »,
puisque la voiture peut fonctionner selon trois modes : électrique, essence
ou combinant les deux sources d’énergie, lorsque, dans ce dernier cas, le
conducteur doit recourir à la pleine puissance du véhicule.

L’introduction de la Prius avec branchement
(rechargeable) représente une avancée intéressante de
ce constructeur, car la voiture possède une autonomie
de 25 km en mode électrique pur (avant que son moteur
à essence n’entre en fonction). Cette autonomie peut
permettre de diminuer la consommation de carburant
de façon considérable, du moins pour les conducteurs
qui savent bien l’utiliser.

Toyota Prius
Toyota Prius

Ford

Ford travaille très fort de son côté afin de se positionner comme
le constructeur numéro un en matière de technologies de
réduction de la consommation de carburant.

Sa première stratégie est de proposer des moteurs à petite
cylindrée munis d’un turbocompresseur. Ce sont les moteurs
EcoBoost. Cette façon de faire permet à Ford, par exemple, de
remplacer un moteur 4 cylindres de 2,5 litres par un moteur dont
la cylindrée est aussi petite que 1,6 litre. Ford offrira bientôt
un moteur EcoBoost de 1,0 litre, qui sera particulièrement
performant et peu gourmand.

Ford veut se positionner avantageusement dans chacun des
créneaux de voitures vertes vis-à-vis ses concurrents en offrant
une gamme complète comprenant des voitures électriques,
hybrides et hybrides rechargeables.

Ainsi, par son style et sa technologie modernes, la Fusion hybride
2013 se veut la nouvelle référence de son créneau. Elle dispose
d’un moteur à essence de 2,0 litres et 141 chevaux couplé à un
moteur électrique, ce qui lui procure une puissance nette de
188 chevaux. La Fusion sera bientôt proposée en version
rechargeable (Fusion Energi) avec des batteries de plus grande
capacité, lesquelles devraient lui permettre de parcourir plus
de 20 km en mode électrique pur.

Partageant la même technologie que la Fusion, la nouvelle
fourgonnette C-Max sera, quant à elle, proposée en version
hybride au début, alors qu’une version hybride rechargeable sera
également offerte par la suite.

Ford est aussi présent dans le créneau des voitures 100 %
électriques avec une version de la Focus. Cette dernière, qui a un
style dynamique, a une autonomie de 160 km. Elle s’oppose à la
Nissan Leaf et la Mitsubishi I-MiEV.

Ford Focus EV
Ford Focus EV

GM

Le vrai gagnant de la course à la voiture verte est GM
avec la Chevrolet Volt, une voiture qui propose ce
qui semble être la meilleure formule technologique
à court et moyen terme. Ce véhicule offre le meilleur
des deux mondes : une autonomie de 65 km en mode
électrique, qui s’avère suffisante pour bien des
automobilistes au quotidien, et un moteur à essence
qui permet, en servant de génératrice, d’accroître
l’autonomie de cette voiture au-delà de ce dont est
capable une berline compacte ordinaire. Au final,
la consommation d’une Volt pour le trajet Québec-
Montréal peut atteindre environ 2,5 litres aux 100 km.

À la fin de l’année, GM offrira, en outre, la Cadillac
ELR, un coupé de luxe qui reprend le même principe
que la Volt. Comme elle sera munie de la technologie
de l’heure, cette voiture, qui sera parmi les plus jolies
sur nos routes, devrait obtenir un grand succès.

À noter que GM assurera également sa présence dans
le créneau des voitures électriques avec la Spark EV.

Chevrolet Volt
Chevrolet Volt

Nissan

En commercialisant la Leaf, Nissan s’est bien
positionné en tant que constructeur de haute
technologie. Il est le premier à avoir proposé
une voiture électrique à grande autonomie, soit
160 km. Bien que la Leaf soit la référence dans
son créneau, il se pourrait que son autonomie
ne soit malheureusement pas suffisante pour
lui assurer le succès escompté en Amérique du
Nord. L’avenir nous le dira bien assez tôt.

Nissan Leaf
Nissan Leaf

Honda

Nous avons trop souvent tendance à oublier que
Honda fut le premier constructeur à offrir une
voiture à groupe motopropulseur hybride en
Amérique du Nord, en décembre 1999 : l’Insight.
Efficace et fiable, son système hybride est on ne
peut plus simple. Il consiste à insérer un moteur
électrique entre le moteur à essence et la boîte de
vitesses.

Le problème de Honda, c’est de ne pas avoir poussé
le développement de son système hybride comme
l’a fait Toyota. Aujourd’hui, ce constructeur doit
rattraper le temps perdu. En plus de l’actuelle Civic
hybride (désormais plus performante) et du coupé
sport CR-Z hybride, Honda prépare le lancement
d’une nouvelle Accord hybride rechargeable, mais
aussi celui d’une petite voiture électrique.

Le constructeur travaille fort aussi à chercher une
solution commerciale viable pour sa Civic à moteur
à gaz naturel, un modèle actuellement réservé au
marché des États-Unis qui a même remporté le prix
de « Voiture verte de l’année 2012 » en Californie.

Honda Fit EV
Honda Fit EV

Volkswagen

De son côté, le constructeur allemand Volkswagen croit fermement en ses moteurs
diesel... et avec raison. Ses moteurs, utilisés dans les produits Volkswagen et Audi,
sont fiables, puissants et peu gourmands. Malgré tout, cette année, Volkswagen
proposera une Jetta hybride. Elle sera munie d’un nouveau moteur de 1,4 litre jumelé
à une boîte à double embrayage et alimenté par une batterie au lithium-ion. Ce
faisant, elle deviendra la voiture la plus économique chez Volkswagen, mais aussi
une nouvelle référence dans son créneau.

Que peut nous réserver l’avenir ? D’abord, il est clair que le bon vieux moteur à
combustion interne n’est pas près de disparaître. Mazda en fait la démonstration
avec son ensemble de technologies Skyactiv, qui contribuent à le rendre plus
économique. Et ça fonctionne bien ! Le moteur diesel, par ailleurs, sera aussi offert
à plus grande échelle par plusieurs constructeurs, et ce, pour le plus grand bonheur
des puristes.

Au final, je me rends à l’évidence que la voiture 100 % électrique sera pendant
longtemps considérée comme marginale, question d’autonomie. Actuellement,
la technologie proposée par GM avec la Volt représente le plus grand potentiel
commercial à court terme. Afin de demeurer dans la course, l’ensemble des
constructeurs devra nécessairement regarder dans cette direction.

Volkswagen
Volkswagen
PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X