PUBLICITÉ

La Norvège, l’Écosse et l’Islande à bord du Soléal

30 mai 2016 - Par Sylvie Ruel

Il n’y a qu’un mot pour décrire les paysages de la Norvège, du nord de l’Écosse et de l’Islande : spectaculaires ! Une bonne façon de les découvrir est de s’embarquer sur un petit navire qui pourra s’immiscer dans des endroits auxquels n’ont pas accès les gros navires de croisière. C’est donc à bord du Soléal, un navire de 264 passagers de la compagnie française Ponant, que je me suis embarquée pour une croisière de 12 jours, accompagnée du soleil de minuit.

Parti du port de Copenhague, au Danemark, notre petit navire se dirigera d’abord vers la Norvège, plus particulièrement vers la côte sud-est, réputée pour ses nombreux fjords. Ces fjords pénètrent loin dans les terres en se frayant un passage au cœur d’imposantes montagnes. Et certains sont plus spectaculaires que d’autres, tels que le Lysefjord avec ses pentes austères qui semblent taillées à la hache, et le Sognefjord, qui fait 204 kilomètres de long et se ramifie en tous sens au travers de paysages sauvages dominés de pics vertigineux.

Ville de Bergen en Norvège - Source : Wikipédia, Photo : Phuongnhu


La Norvège des fjords se déploie aussi autour de quelques villes importantes, dont Stavanger, la ville de la sardine devenue la capitale du pétrole à la fin des années 1960, à la suite de la découverte du pétrole dans la mer du Nord. Dans le quartier piétonnier, près du port, où s’entassent de vieilles maisons de bois toutes peintes en blanc, nous visitons d’anciennes conserveries ainsi que le musée du pétrole, qui décrit la vie sur une plate-forme de forage en mer. La ville de Bergen nous laissera de mémorables souvenirs même s’il pleuvait à boire debout. Nous avons flâné dans le vieux quartier de Bryggen, sympathique et accueillant avec ses bâtiments de bois colorés et son marché de poissons où les pêcheurs viennent y vendre leurs prises du jour.

Le vieux quartier de Bryggen en Norvège - Photo : Sylvie Ruel

La commune de Vik, en Norvège. - Photo : Sylvie Ruel


Nous prendrons la direction de l’Écosse en reculant nos montres d’une heure. Nous ferons un premier arrêt à Kirkwall, dans l’archipel des Orcades, un ensemble de 70 îles rocheuses, plates et venteuses, dont seulement 16 sont habitées. Les passagers se joindront à des excursions où ils pourront découvrir divers sites archéologiques. On trouve dans les Orcades les plus importants sites archéologiques de la Grande-Bretagne, qui remontent d’aussi loin que 5 000 ans av. J.-C.

Puis, notre navire voguera vers les Hébrides extérieures, lesquelles sont formées d’une centaine d’îles à l’ouest de l’Écosse et qui se déploient dans une nature brute, sauvage et souvent brumeuse. Nous nous arrêterons à Stornoway, ville fondée par les Vikings, dans l’île de Lewis, que l’on appelle « l’île de la fin du monde ». Cette île, où on parle encore le gaélique, est dotée de plages de sable blanc et de grands champs de tourbe qui, pendant des siècles, ont servi de combustible à ses habitants.

Port de Stornoway en Écosse - Source : Wikipédia


Et nous voilà dans la fameuse île de Skye, que l’on dit être l’une des plus belles îles de l’Écosse. Nous la rejoignons par la ville de Portree, qui déploie ses maisons colorées autour d’une anse naturelle. Cette île dénudée et entaillée de nombreux fjords offre un spectacle permanent de paix et de beauté avec ses paysages de mer et de montagne, et ses longues battures remplies de moutons. Un petit musée raconte la vie des insulaires.

Chute et moutons de la fameuse île de Skye, l’une des plus belles de l’Écosse. - Photos : Sylvie Ruel

Puis, nous visiterons l’île de Iona, dans les Hébrides intérieures, un véritable joyau sur la côte est de l’Écosse. Cette île ne compte que 120 habitants. Et pourtant, 48 rois écossais ont été enterrés dans le cimetière de l’endroit. Une abbaye s’élève sur le site où débuta le christianisme en 563.

Nous voguerons pendant plus d’une journée et demie avant de rejoindre l’Islande, que l’on qualifie de terre de glace et terre de feu. En effet, le pays est couvert de glace sur un dixième de sa superficie et il compte plus de 130 volcans en activité (une éruption volcanique a lieu tous les cinq ans). Nous nous arrêterons d’abord dans l’île de Heimaey, seule île habitée des Vestmann du Sud. Si cette île dégage aujourd’hui une belle tranquillité, elle a connu la tourmente lorsque le volcan Helgafell, éteint depuis 6 000 ans, s’est réveillé brutalement dans la nuit du 23 janvier 1973, forçant l’évacuation de plus de 5 000 personnes. Un musée retrace le fil du tragique événement. L’île accueille aussi de nombreuses variétés d’oiseaux, dont une colonie de plus de huit millions de macareux moines.

L’île de Heimaey en Islande - Source : Wikipédia, Photo : Alvaro


L’Islande possède des paysages à couper le souffle. En roulant sur les routes du pays, nous nous émerveillerons devant des champs de lave extra-terrestres, des plages de sable noir, des falaises gigantesques, des chutes bouillonnantes, des pâturages verts remplis de chevaux et de moutons… Les trois sites les plus visités de l’Islande sont regroupés sous le nom de cercle d’or et, comme tous les touristes qui visitent le pays, nous y ferons un arrêt. Nous admirerons l’impressionnante et étourdissante chute Gullfoss, haute de 32 mètres, qui progresse par étapes en changeant de direction. Nous nous arrêterons aussi à Geysir, un champ géothermique à ciel ouvert, où l’on peut voir des volutes de fumée qui s’échappent du sol, des mares de boue bouillonnante et des geysers spectaculaires. Enfin, le parc national Pingvellir nous laissera une forte impression. Ce lieu historique, où a été installé le premier Parlement démocratique, est à cheval sur les plaques tectoniques européenne et américaine. Et le fossé qui marque le mouvement de l’écorce terrestre grandit de 5 mm par année.

Enfin, nous terminerons notre périple à Reykjavik, la capitale et la ville la plus peuplée du pays, à 250 km au sud du cercle polaire arctique.

Le Soléal, compagnie du Ponant, petit navire de 142 mètres :
132 cabines et suites réparties sur quatre ponts
264 passagers et 140 membres d’équipage
Deux restaurants : L’Éclipse au pont 2, un restaurant gastronomique où sont servis le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner, ainsi que le dîner du commandant ; Le Pythéas, au pont 6, offre la formule buffet avec un vaste assortiment de poissons, viandes, pâtes, mets végétariens et spécialités des régions visitées.
Le navire est pourvu d’un théâtre où sont présentés spectacles, concerts et conférences (sur les lieux visités), d’un spa avec hammam, d’une piscine, d’une salle d’exercice et de salons où on peut prendre l’apéro en musique.
Site Web : ponant.com

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X