PUBLICITÉ

Programmes Sport-études à l’école publique : Un tremplin pour la vie

6 septembre 2016 - Par Brigitte Trudel

Pour les élèves du secondaire souhaitant conjuguer la réussite scolaire et la pratique assidue d’un sport qui les passionne, les programmes Sport-études sont un choix tout indiqué.

La récente fièvre olympique aura sans doute motivé de nombreux jeunes sportifs à pratiquer plus que jamais leur discipline. Or, s’adonner avec rigueur à l’entraînement tout en acquérant une solide formation générale est tout à fait possible grâce aux programmes Sport-études reconnus par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

On compte au Québec plus de 450 de ces programmes couvrant 35 disciplines différentes, répartis dans 45 établissements d'enseignement secondaire, dont plusieurs sont publics. Parmi ces derniers, citons dans la région les écoles Cardinal-Roy et Pointe-Lévy.

« L’ultime but de ce programme est de donner la chance aux élèves de développer et de nourrir des passions qui deviendront pour eux des moteurs pour la vie. »

Mentionnons également l’École secondaire de La Seigneurie, dont l’offre ne cesse de gagner en popularité. Mises en place au début des années 1990, ses structures comptent maintenant 19 disciplines – d’autres sont en préparation - réunissant près de 250 élèves. « Pour les critères d’admission, plutôt que des tests standardisés ou des examens d’entrée, nous privilégions une approche sensible et humaine, explique Isabelle Biron, la directrice adjointe responsable du programme Sport-études. Le potentiel athlétique et intellectuel des jeunes est important, mais chaque dossier est évalué au cas par cas. »

Concrètement, les jeunes athlètes passent une demi-journée en classe, l’autre étant consacrée à leur entraînement dans le club sportif propre à leur discipline et partenaire de l’école. Leur horaire chargé débute plus tôt le matin que celui des autres élèves. Ils n’ont guère le choix d’être organisés pour assimiler en 70 % du temps habituel le même contenu académique que leurs compagnons du programme régulier. « Mentorat, récupération, soutien pédagogique… Nous leur offrons beaucoup d’aide, car nous avons à cœur leur réussite, soit obtenir leur diplôme avec brio, rayonner dans leur sport et devenir des citoyens équilibrés », souligne Isabelle Biron. « L’ultime but de ce programme est de donner la chance aux élèves de développer et de nourrir des passions qui deviendront pour eux des moteurs pour la vie », renchérit Robert April, directeur adjoint administratif de l’établissement.


Deux inspirations « seigneuriales » !

Naomy Boudreau-Guertin 

Finissante de la promotion 2015-2016, Naomy Boudreau-Guertin cherchait une formule Sport-études en gymnastique pour son entrée au secondaire. Toutefois, Nicolas Fontaine, entraîneur responsable du programme de ski acrobatique de La Seigneurie, a vu en elle un talent particulier et lui a proposé d’essayer cette discipline. Naomy a eu un coup de foudre : « Dire que sans le programme de La Seigneurie, je n’aurais jamais pratiqué ce sport ! », s’étonne-t-elle.

Photos : Jean-François Dufour

« Sans le programme de La Seigneurie, je n’aurais jamais pratiqué ce sport ! »

Naomy Boudreau-Guertin, diplômée de l’École secondaire de La Seigneurie et championne junior canadienne en ski acrobatique en 2016

Dès les débuts, elle s’est classée parmi les meilleures de la province, joignant l’équipe du Québec de sauts à ski à sa troisième année. Sacrée championne junior canadienne en 2016, elle est aussi championne québécoise (2015 et 2016). La jeune fille souligne comme c’était inspirant de côtoyer, tout au long de son parcours scolaire, d’autres élèves athlètes qui ont en commun une passion pour leur sport. Cet automne, elle fait son entrée au cégep en sciences humaines, persuadée de pouvoir combiner habilement études, entraînement intense et compétitions grâce aux nombreux outils développés au secondaire, car Naomy compte bien continuer de cumuler les podiums sur le circuit nord-américain tout en orientant ses efforts pour prendre part aux Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Pékin.


Julien Frascadore

Futur diplômé 2017, Julien Frascadore a joint La Seigneurie et son programme Sport-études de judo à sa troisième année du secondaire. Tout de suite, il a vu la différence. « Aller en classe est devenu beaucoup plus motivant », relate celui qui pratique la discipline depuis l’âge de quatre ans. En mai dernier, Julien a remporté la première place aux Championnats canadiens à Calgary dans la catégorie 18 ans et moins. Durant le même tournoi, il a poussé l’exploit jusqu’à rafler la deuxième place dans la catégorie senior réservée officiellement aux 21 ans et plus. « C’est grâce au programme Sport-études de mon école que j’ai pu me classer à ce niveau, assure le jeune homme. Quinze heures par semaine avec mon coach du Sport-études, Patrick Roberge, en plus de mes entraînements au Centre Budo Kwai Québec, ça fait vraiment une différence. »

« Aller en classe est devenu beaucoup plus motivant. »

Julien Frascadore, futur diplômé et champion canadien en judo dans la catégorie 18 ans et moins. - Photo : Marc-André Donato

Julien n’a que de bons mots à l’endroit du personnel scolaire et du soutien déployé pour pallier ses nombreux séjours à l’étranger en raison des périodes d’entraînement ou des compétitions. En route vers l’obtention de son diplôme, le judoka espère prendre part aux Championnats du monde 2017 qui auront lieu en Corée du Nord. La suite ? Se préparer à une carrière en droit tout en visant les Jeux olympiques de Tokyo en 2020.


 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Jeudi 27 avril 2017
Du 15 au 30 avril 2017

/ AGENDA

Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X