PUBLICITÉ

Revoir Paris… Du côté de la rive gauche !

4 avril 2013 - Par Jean Chouzenoux

J’ai eu plusieurs fois l’occasion de visiter Paris. Comme la
plupart des touristes avisés, j’ai pratiqué mon Paris 101 en
visitant la tour Eiffel, l’Arc de Triomphe, le Sacré-Coeur,
le Louvre, Montmartre, Pigalle ou en déambulant sur
les Champs-Élysées. Chacun de ces lieux mériterait une
chronique à lui seul.

Toutefois, c’est une exposition à la Cité de la musique consacrée à Georges
Brassens pour les 30 ans de sa disparition qui fut le point de départ de ma
plus récente expédition parisienne.

Après mes hommages rendus à ce monument de la chanson française, je me
suis engouffré dans le métro, à la Porte de Pantin, et m’en suis éjecté à la
station Hôtel de Ville. J’ai franchi le parvis de la cathédrale Notre-Dame, me
suis signé de la croix au passage, ai emprunté le pont au Double, (l’un des
37 ponts qui enjambent la Seine), et enfin, je fus prêt à musarder sur la rive
gauche !

Photo : Philippe Poivre (poivre.net)
Photo : Philippe Poivre (poivre.net)

Évidemment, comme à chaque fois, je suis d’abord frappé par l’architecture
harmonieuse des bâtiments. En fait, le développement urbanistique de la
Ville lumière a été conçu avec une vision d’ensemble homogène et singulière,
oeuvre du baron Haussmann ; ça tient du génie ! Ensuite, c’est l’ambiance
artistique qui m’étreint avec un premier arrêt au Café de Flore. En face, la
Brasserie Lipp, plus loin les Deux Magots. Cerné de près par ces bistros de
renommée internationale, je m’attable et commande. Topo : un garçon de café
tout de noir vêtu, un long tablier blanc replié et noué à la taille, m’apporte
mon « jambon-beurre », un verre de blanc et… me voilà à imaginer une
atmosphère enfumée où je crois entendre une conversation entre Jean-Paul
Sartre et Simone de Beauvoir, ou encore, voir Picasso esquissant un portrait
sur un napperon qu’il vient de retourner. Bon, cessons les rêvasseries :
« Garçon, l’addition s’il-vous-plaît ! »

Photo : Philippe Poivre (poivre.net)
Photo : Philippe Poivre (poivre.net)

Je remonte maintenant la rue La Valette, arrive au Quartier latin et fais mon
entrée au Panthéon (s’cusez le peu de modestie !). Derrière les colonnes
majestueuses de cet édifice se trouve un lieu consacré à la mémoire des
grands personnages qui ont marqué l’histoire de la France et parmi lesquels je
cite : Voltaire, Victor Hugo, Jean-Jacques Rousseau, Marie Curie. Respect !

Photo : Philippe Poivre
Photo : Philippe Poivre

Je continue mon chemin… remontant
le boulevard Saint-Germain, je croise
le boulevard Saint-Michel (« J’aime me
promener sur les grands boulevards, y’a
tant de choses à voir… » - elle est de qui,
cette citation ?*) et arrive au coeur du
quartier Saint-Germain-des-Prés. Ce seul
nom fait remonter à la surface un riche
passé culturel et artistique construit au fil
des décennies par les passages successifs
dans les cabarets des Brel, Ferré, Trenet,
Aznavour et tutti quanti, sans oublier les
grands du jazz comme Sidney Bechet,Miles Davis ou Duke Ellington. La belle
époque !

Enfin, la fatigue ralentissant le pas
et faisant courber le dos, je réfléchis
à l’endroit où je pourrais un peu me
détendre. Ah ! Voici une affiche : jardin
du Luxembourg. Pourquoi ne pas pousser
jusque-là ? J’y arrive et m’assois afin de
méditer un instant sur cette merveilleuse
escapade parisienne, côté rive gauche.
Eh oui, dans ce parc sublime qui respire
calme et sérénité et où flotte un esprit de romantisme, j’y ai vu « les amoureux qui
s’bécotent sur les bancs publics ! »
(G. Brassens)

* Réponse : Yves Montand

Ce mois-ci…

J’ai eu l’occasion de rencontrer le
délégué général du Québec en France
et représentant officiel de la première
ministre pour la Francophonie,
M. Michel Robitaille. Il était de passage
à l’occasion des préparatifs des Jeux
de la Francophonie qui auront lieu à
Nice en septembre 2013. Il en a profité
pour rencontrer le comité exécutif de
l’Association Côte d’Azur-Québec.

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X