PUBLICITÉ

Soleil, montre tes rayons !

3 avril 2017 - Par Marie-Ève Garon

Le vieillissement prématuré et le cancer de la peau sont bien réels et personne n’est à l’abri. Heureusement, nous en sommes de plus en plus conscients. La prévention demeure notre meilleur allié et de simples gestes peuvent faire toute la différence. Mais le soleil apporte aussi des bienfaits essentiels à l’équilibre de notre système. Tout est dans l’art de trouver le juste dosage…

LA CRÈME SOLAIRE
Elle est bien sûr essentielle. Le facteur de protection solaire (FPS) renvoie au degré de protection que nous offre un écran solaire. Le nombre qui l’accompagne nous renseigne sur la période durant laquelle notre peau sera protégée du soleil. Un FPS 30 signifie, théoriquement, qu’on est en mesure de s’exposer 30 fois plus longtemps sans avoir de rougeur sur la peau. Le FPS nous donne aussi la proportion des rayons UVB qui seront bloqués par le produit. Par exemple, un FPS 30 en bloquera 96,7 % [adq.org]. Pour une protection contre les rayons UVA aussi, il est primordial de choisir un écran à large spectre.

Quel est le FPS idéal ?
L’Association canadienne de dermatologie recommande un écran d’au moins 30 à large spectre couvrant les rayons UVA. Il est aussi préférable que le produit ne soit pas parfumé ou très peu. Le nombre influence le temps de protection que nous avons, mais ce n’est pas infaillible. L’humidité, la chaleur et la baignade en altèrent assurément les effets. Il est donc important d’en remettre toutes les deux heures et après la baignade. Certains facteurs peuvent aussi influencer le niveau de vulnérabilité. Les femmes enceintes, les personnes au teint clair et les gens prenant des médicaments photosensibilisants doivent redoubler de prudence en ce qui concerne la durée d’efficacité de leur FPS. Pour les crèmes solaires de longue durée, le logo de l’Association canadienne de dermatologie est un gage de garantie.

Le FPS 100 ou 110 : vraiment plus efficace ?
Les études ne sont pas parvenues à démontrer qu’un FPS supérieur à 50, qui protège déjà à 98 %, apporte une protection supplémentaire. En fait, au-delà de ce nombre, le pourcentage de protection en plus sera infime. Plusieurs compagnies profitent de ce faux sentiment de sécurité et, trop souvent, le consommateur limitera les applications de crème au cours de la journée alors que finalement, il sera moins bien protégé contre les rayons néfastes du soleil.

JPEG - 299 ko

LA TROUSSE PARFAITE
Lors des sorties prolongées à l’extérieur, le port d’un chapeau à larges bords et de lunettes de soleil polarisées, qui réduiront l’éblouissement occasionné par la réflexion, est recommandé. Santé Canada suggère de vous procurer des lunettes qui soient suffisamment foncées pour vous protéger d’une lumière intense, sans gêner la vision. Il est important de bien lire l’étiquette pour connaître le niveau de protection UV et de faire le bon choix selon vos besoins. Le prix ne doit pas représenter le seul critère, car l’important demeure de choisir une paire qui bloquera à la fois les rayons UVA et UVB.

  • Les lunettes de soleil esthétiques ont des lentilles légèrement teintées et sont recommandées pour les endroits où le soleil n’est pas très fort. Elles bloquent jusqu’à 60 % de la lumière visible et des UVA, et entre 87,5 % et 95 % des UVB. Elles ne sont pas recommandées pour conduire au soleil.
  • Les lunettes de soleil tout usage bloquent entre 60 % et 92 % de la lumière visible et des UVA, et entre 95 % et 99 % des UVB. Elles conviennent à la conduite automobile et sont recommandées les jours où la lumière du soleil est suffisamment forte pour vous faire plisser des yeux.
  • Les lunettes de soleil à usage particulier bloquent jusqu’à 97 % de la lumière visible, jusqu’à 98,5 % des UVA et au moins 99 % des UVB. Elles conviennent à une exposition prolongée en plein soleil et ne sont pas recommandées pour la conduite automobile. [source : Canada.ca]

On trouve aussi une grande sélection de vêtements anti-UV dans les magasins spécialisés en activités de plein air [MEC, La vie sportive]. Selon vos activités, le facteur de protection (FP) sera important afin de bien vous protéger du soleil. Il suffit de lire les étiquettes pour choisir celui qui convient à la durée et à l’intensité de votre exposition. Un chandail ou un short qui offre un FP UV 50 signifie qu’un rayon UV sur 50 se rendra à votre peau ; le vêtement bloque l’équivalent de 98 % des rayons émis par le soleil [source : viesportive.com]. Pour leur efficacité, le polyester, le nylon et l’élasthanne sont des matières fréquemment utilisées dans la confection des vêtements UV. De plus, les couleurs foncées sont à privilégier.

BRONZER… SANS SOLEIL !
Si on désire avoir une peau hâlée sans s’exposer au soleil, l’autobronzant est une belle solution de rechange au salon de bronzage. Par contre, ce genre de produit ne protège en rien du soleil. Dans la majorité des cas, le DHA est l’agent qui procure un changement de teint, sans danger pour la santé. Par contre, certaines compagnies vont opter pour l’érythrulose, un ingrédient à base de plante. Il est préférable de choisir un soin qui offrira un hâle progressif afin d’éviter l’effet orange.

Prescription de soleil
Le soleil, même s’il faut s’en méfier, offre plusieurs bienfaits essentiels à l’équilibre de votre système. Il fournit une bonne dose de vitamine D qui régularise l’humeur, renforcit le système immunitaire et prévient certains cancers et le diabète. On suggère des périodes d’exposition, sans protection solaire, des mains, des avant-bras et du visage de 10 à 15 minutes, deux ou trois fois au cours de la semaine, pour bénéficier de tous les bienfaits du soleil. Ces recommandations sont valables pour les mois d’avril à octobre. Selon des chercheurs australiens, cette exposition modérée aiderait même à ralentir le développement d’un surpoids. Combinés à une saine alimentation, ces petits bains de soleil peuvent être vraiment bénéfiques. Alors, pourquoi s’en priver ?

PUBLICITÉ

/ AGENDA

Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X