PUBLICITÉ

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les régimes enregistrés d’épargne-études

1er mars 2018 - Par Paméla Egan

Afin de bien comprendre les rouages des régimes enregistrés d’épargne-études (REEE), nous avons posé cinq questions essentielles à M. Pierre Lafontaine, vice-président de l’exploitation et du service à la clientèle chez Universitas, une organisation spécialisée en épargne-études.

JPEG - 596.5 ko
Pierre Lafontaine, vice-président de l’exploitation et du service à la clientèle chez Universitas.

QUELS SONT LES PRINCIPAUX AVANTAGES DE SOUSCRIRE À UN REEE ?

L’avantage de taille, ce sont les généreuses subventions que le REEE permet de toucher. Les deux paliers gouvernementaux bonifient les cotisations (dépôts) au REEE. Cette bonification peut s’élever jusqu’à 60 % des sommes investies, en fonction du revenu familial. (Revenu familial net rajusté. Certaines conditions s’appliquent.)

Le REEE est aussi attrayant du point de vue fiscal. Au moment du retrait, le souscripteur du plan récupère son capital libre d’impôt. Les paiements d’aide aux études, composés des subventions et des revenus accumulés, sont, quant à eux, imposables pour l’étudiant, qui bénéficie généralement d’un taux d’imposition moindre ou nul.

QUI PEUT SOUSCRIRE À UN REEE ?

Toute personne qui souhaite placer de l’argent pour les études d’un enfant, puisqu’il n’est pas nécessaire de posséder un lien familial avec cet enfant pour ouvrir un REEE.

QUELLE EST LA SOMME IDÉALE À METTRE DE CÔTÉ POUR DES ÉTUDES ?

Il n’y a pas de réponse unique. On peut toutefois affirmer qu’il faut compter de 15 000 $ à 20 000 $ par année pour des études collégiales ou universitaires (Source : Baromètre Universitas, 2017). La meilleure approche est encore de se donner un objectif d’accumulation et de maximiser le potentiel des subventions gouvernementales, tout en gardant en tête notre capacité financière.

QUELS SONT LES PROGRAMMES D’ÉTUDES DONNANT DROIT AUX PAIEMENTS D’AIDE AUX ÉTUDES ?

Chez Universitas, un bénéficiaire peut recevoir un paiement d’aide aux études (PAE) pour toute formation postsecondaire reconnue au sens de la Loi de l’impôt sur le revenu (Canada), que ces études soient à temps complet, à temps partiel, à distance, ici ou à l’étranger.

QU’ARRIVE-T-IL SI L’ENFANT NE POURSUIT PAS D’ÉTUDES POSTSECONDAIRES ?

Le bénéficiaire dispose de 35 années suivant la signature du REEE pour s’inscrire à des études admissibles et retirer des paiements d’aide aux études. Si toutefois il ne poursuit jamais d’études, plusieurs options s’offrent au souscripteur : nommer un nouveau bénéficiaire, encaisser un paiement de revenus accumulés ou transférer les revenus au REER. (Sous certaines conditions. Renseignez-vous auprès de votre fournisseur de REEE. Gestion Universitas inc. est placeur et gestionnaire des plans de bourses d’études promus par la Fondation Universitas du Canada.)

Il ne faut pas oublier que le souscripteur récupère toujours entièrement les sommes investies, que son enfant fasse des études ou non !

Explorez davantage : Universitas

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X