PUBLICITÉ

Wilfrid Hamel, maire de Québec de 1953 à 1965

31 janvier 2013 - Par Donald Charette

On connaÎt le boulevard, bien sûr, mais que sait-on de cet ancien maire de Québec ?

Wilfrid Hamel sera élu de justesse en
1953 avec 394 voix de majorité, mais il
dirigera les destinées de la Ville de Québec
pendant 12 ans, soit jusqu’en 1965. Ce
n’est pas d’aujourd’hui que nos premiers
magistrats raflent de solides majorités
puisque, lors de l’élection de 1959, Wilfrid
Hamel l’emporte avec 85 % des voix.

Portrait de Wilfrid Hamel, parlementaire,datant de 1940.
Portrait de Wilfrid Hamel, parlementaire,datant de 1940.

Ce comptable de formation a tâté de la
politique provinciale avant de se lancer
dans l’arène municipale. Député de Saint-
Sauveur, il est d’abord ministre d’État
dans le cabinet d’Adélard Godbout avant
d’être celui des Terres et Forêts, puis du
Travail et des Mines entre 1939 et 1944.

C’est sous l’administration Hamel que
l’on construit l’incinérateur de Québec,
en 1955, et que l’on tient un référendum
sur le détournement de la rivière Saint-
Charles. On doit en déduire que les élus
devaient obtenir l’aval de la population
avant d’entreprendre de grands travaux.

Cérémonie radiodiffusée de la remise, par le maire Hamel (à gauche), d'une plaque commémorative aucommandant Bjerregaard du navire danois Helga Dan,  en février 1959.
Cérémonie radiodiffusée de la remise, par le maire Hamel (à gauche), d’une plaque commémorative aucommandant Bjerregaard du navire danois Helga Dan, en février 1959.

La Ville prend de l’expansion et c’est
l’époque de l’élargissement de la rue
Dorchester, du boulevard Saint-Cyrille
(rebaptisé René-Lévesque) ainsi que des
boulevards Charest et Champlain. Les
livres d’histoire nous enseignent que c’est
le début de la canalisation de la rivière du
Moulin et de la rivière Lairet, alors que la
Saint-Charles est déclarée non navigable.

Le conseil de ville fait construire sa
première fondeuse à neige et instaure
un nouveau système de taxation au pied
linéaire pour l’enlèvement de la neige.

Un grand chantier sera entrepris : le
réaménagement de l’aire numéro 3, mieux
connue maintenant sous le nom de colline
Parlementaire. On discute aussi d’un
projet de tunnel entre Québec et Lévis.

C’est l’émergence du Progrès civique, en
1962, qui mettra fin au règne de Wilfrid
Hamel. Le nouveau parti municipal surfe
sur la vague provoquée par la commission Sylvestre qui met à
jour – devinez quoi ? – la corruption et le favoritisme au sein de
l’administration municipale.

L’ère de Gilles Lamontagne se profile à l’horizon et ce dernier
profitera du pouvoir accordé aux maires pour faire suite à
cette commission et pour faire bouger Québec.

Bain de foule pour le général Charles de Gaulle (à droite) et le maire Wilfrid Hamel (au centre), en juillet 1944.
Bain de foule pour le général Charles de Gaulle (à droite) et le maire Wilfrid Hamel (au centre), en juillet 1944.
PUBLICITÉ
X