PUBLICITÉ

Acte de foi

18 juin 2020 - Par Marie-Josée Turcotte, éditrice

© David Cannon

Le mois dernier, votre magazine Prestige entrait de plain-pied dans sa 25e année d’existence… et se faisait rappeler, du même coup, à quel point le métier d’éditeur de magazine requiert une bonne dose de courage.

Au lendemain de l’annonce de la fermeture de tous les commerces dits « non essentiels », devinez un peu dans quelle position le magazine s’est retrouvé, alors que la grande majorité de ses annonceurs ont dû, eux aussi, fermé leurs portes. L’édition d’avril n’a pas vu le jour. Et celle que vous tenez présentement entre vos mains a bien failli connaître le même sort. C’était une première pour Prestige qui, en 24 ans bien sonnés, n’avait jamais manqué à ses engagements envers ses lecteurs et lectrices. Fallait-il que la situation soit sérieuse !

Comme bien des entrepreneurs et gestionnaires, j’ai tout remis en question avec l’arrivée inopportune de cette menace pourtant invisible. Tout en sachant que je me trouvais dans le même bateau que tout le monde, j’avais souvent l’impression de ramer toute seule. Je « naviguais » entre le lâcher-prise et l’urgence de me réinventer. Entre les deux, une petite voix me répétait sans arrêt : « Cette situation ne durera pas toujours. Un jour, tout va rentrer dans l’ordre. » Mais dans combien de temps ? Et quand ce temps viendrait, serait-il trop tard pour se « refaire » ? Et le monde aurait-il changé au point où la mission du magazine Prestige serait devenue obsolète ?

Et c’est là que l’acte de foi est entré en jeu. Pourquoi, tout à coup, la mise en valeur de nos entreprises, de nos institutions et de nos gens d’affaires de Québec ne serait-elle plus utile ni même nécessaire ? À plus forte raison au lendemain d’une crise sans précédent qui aura ébranlé les fondements mêmes de notre économie. Bien sûr, la crise ne fait pas encore partie du passé. Loin de là. Plusieurs épreuves restent à franchir. Malheureusement, certains n’y survivront pas pour de multiples raisons. Se réinventer n’est pas toujours une option. Il faut donc continuer de faire preuve de détermination et ajuster le tir sans arrêt.

Pourquoi, tout à coup, la mise en valeur de nos entreprises, de nos institutions et de nos gens d’affaires de Québec ne serait-elle plus utile ni même nécessaire ? À plus forte raison au lendemain d’une crise sans précédent qui aura ébranlé les fondements mêmes de notre économie.

Je vous annonce donc que Prestige poursuivra sa mission, l’important étant le message, qu’il soit diffusé sur le Web ou dans l’imprimé. J’en profite pour remercier de tout cœur ceux et celles qui continuent de croire en nous. Un merci sincère à nos annonceurs qui ont effectué un « achat local » d’une très grande importance à nos yeux. Et un merci empreint de reconnaissance à mes collaborateurs qui ont fait acte de foi avec moi. L’avenir s’annonce prometteur grâce à vous aussi, chers lecteurs et chères lectrices, qui continuez de feuilleter votre magazine Prestige avec intérêt ! En vérité, je vous le dis : on l’aura, notre « party » du 25e anniversaire de Prestige en mai 2021 !

Bonne lecture et un très bel été à tous et toutes !

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X