PUBLICITÉ

Bien s’assurer en affaires… pour être rassuré !

18 juin 2021 - Par Pascale Cantin, Cantin Services Financiers

Assurance vie, invalidité ou maladie grave : les clients en affaires ont tout avantage à être bien protégés. Dans ce contexte particulier, il est primordial de faire régulièrement appel à des conseillers expérimentés et de consulter son fiscaliste ou son comptable quand vient le moment de souscrire ces protections. Pour tout actionnaire d’une entreprise, ce type de geste fait la différence entre la possibilité de s’enrichir et celle de se voir doublement imposé.

La fiscalité joue un rôle déterminant dans les décisions qui sont prises par les entrepreneurs. À la base, chaque situation doit donc être analysée en détail et au cas par cas. L’importance de s’en remettre à un professionnel spécialisé prend ici tout son sens. Pour assurer l’avenir du ou des actionnaires et de l’entreprise, le bon produit doit être choisi, non pas celui offert à moindre coût. Il n’existe pas de formule miracle et il faut examiner l’ensemble des besoins.

Dans le cadre d’une planification fiscale avancée, il est généralement possible de mettre en place des protections d’assurance temporaires qui sont nécessaires pendant une période. Alors que certaines stratégies peuvent nuire à la personne en affaires, par exemple si son assurabilité change en cours de route, un plan bien monté peut être modifié. Et le jour où l’individu possédera davantage de liquidités, il sera en mesure d’en faire un investissement.

Les besoins en assurance, les risques financiers propres à chaque entreprise, de même que les liquidités disponibles doivent impérativement être considérés dans toute démarche.

Quelques sujets importants

Voici quelques-uns des avantages que procure le fait d’être bien assuré et qui constituent des sujets importants à aborder à l’occasion de rencontres avec le conseiller et le fiscaliste :

/ Le rachat des parts de l’actionnaire décédé à ses héritiers sans se soucier du manque de liquidités de l’entreprise, un choix qui pourrait avoir pour effet de mettre fin à son roulement.

/ Le rachat de parts en cas d’invalidité de l’un des actionnaires de l’entreprise après un délai déterminé dans la convention entre actionnaires et selon les clauses du contrat signé.

/ L’achat d’une assurance maladie grave qui permet, dans le cas d’une personne clé, de procéder à une embauche pour que celle-ci puisse être remplacée dans ses tâches si elle venait à souffrir d’une maladie grave. Un stress financier associé aux dépenses courantes peut ainsi être évité durant le délai de rémission de la personne, et l’entreprise, quant à elle, profite de liquidités exemptes d’impôt, les prestations d’assurance n’étant pas imposables.

/ L’achat d’une assurance vie, pour un actionnaire unique, qui offre la possibilité de laisser des sommes à l’intérieur de l’entreprise à l’abri de l’impôt et de capitaliser pour la retraite. La stratégie fiscale, qui s’observe fréquemment dans les compagnies de gestion, consiste à planifier son retrait de la vie active en capitalisant dans une assurance vie plutôt que de se voir imposer régulièrement sur des dividendes, des fonds qui resteront alors dans l’entreprise.

Pour en savoir davantage : cantinservicesfinanciers.com

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 15 juin au 6 septembre 2021
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ