PUBLICITÉ

Charlie Clermont - Le bonheur contagieux de créer

3 mars 2022 - Par Marie-Josée Turcotte

Sur la photo, l’artiste-peintre Charlie Clermont.

À 26 ans, déjà, on sent chez elle l’étoffe d’une artiste-peintre qui s’affirme, adore surprendre par son style et prend plaisir à en mettre plein la vue. Pari remporté pour Charlie Clermont, puisqu’il est impossible de rester de marbre devant ces toiles de grand format qui semblent nous aspirer dans un univers euphorique où la grisaille et l’ennui n’ont pas leur place.

Le sourire qu’affiche Charlie sur sa photo est à l’image de son style : il est énergique, il respire le bonheur de créer. Un sourire tout ce qu’il y a de plus concret pour créer des œuvres de style abstrait. « Ce qui me passionne dans ce style, c’est le sentiment de liberté que je ressens dans cet espace où je peux m’exprimer à cent pourcent, confie la jeune femme. Les possibilités sont infinies ; c’est pour moi de la création pure. »

Enigma, acrylique sur toile, 48 x 72", 2021.

Les origines d’une passion

Originaire de Neuville, Charlie Clermont a grandi au sein d’une famille aux multiples talents et intérêts artistiques. « Ma mère, mon père et mon frère sont de bons dessinateurs, et mon arrière-grand-mère était artiste-peintre. Plusieurs membres de ma famille élargie sont aussi des musiciens. Toute ma jeunesse, j’ai baigné dans la littérature, les fables de La Fontaine et la poésie. »

Son amour pour l’art pictural s’est pour sa part éveillé au cours de visites ponctuelles au Musée National des Beaux-Arts du Québec (MNBAQ) en compagnie de celle qui l’a initiée à l’ambiance grandiose et enveloppante des musées dès son plus jeune âge, sa grand-mère. « Un jour, elle m’a offert une affiche de l’œuvre Jardin d’Olivia d’Alfred Pellan. Cette affiche a orné ma chambre pendant toute mon enfance et mon adolescence ». Si sa passion pour l’art était évidente, ce n’est toutefois que bien des années plus tard, après la visite de l’exposition Mitchell/Riopelle au MNBAQ, que s’est enclenché un tournant important dans sa vie et que son art a trouvé sa voie.

Mais entre-temps, la jeune femme indépendante a cumulé quelques expériences pour se rendre là où elle est aujourd’hui. À 16 ans, elle quitte sa belle région pour aller étudier au Cégep de Jonquière dans le programme Art et technologie des médias. Elle déménage par la suite dans la métropole afin de compléter un baccalauréat en design graphique à l’Université du Québec à Montréal. En parallèle, elle travaille dans le domaine du design et de la mode. C’est à son retour à Québec, il y a deux ans, qu’elle commence à peindre des créations personnelles de manière plus significative, encouragée par l’intérêt qu’on porte à son travail. Depuis, elle s’y consacre pleinement.

Eternal Dance, acrylique sur toile, 40 x 60", 2021.

Conjuguer ses forces pour trouver son style

On le devine en admirant les œuvres de Charlie : sa formation en design et son expérience en mode teintent son art. « Rien n’est vraiment laissé au hasard dans mes créations, reconnaît-elle. Je suis toujours à la recherche de l’équilibre dans le déséquilibre, de l’ordre subtil dans un certain chaos. Mon côté perfectionniste et pointilleux se révèle aussi dans certains détails soignés, comme l’ajout d’ombrages qui créent un effet tridimensionnel. » Au-delà des toiles, Charlie aime bien exprimer son art sur les vêtements. Sur son site Web, elle vend d’ailleurs de magnifiques pièces de collections de « wearable art ».

Charlie Clermont exprime aussi son art en mode.

« Rien n’est vraiment laissé au hasard dans mes créations, reconnaît-elle. Je suis toujours à la recherche de l’équilibre dans le déséquilibre, de l’ordre subtil dans un certain chaos. »

Kintsugi, acrylique sur toile, 72 x 48", 2021.

Une galerie d’art à la maison

Déterminée à faire sa place dans le milieu de l’art, Charlie Clermont a compris qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Son galeriste (James Baird) étant à Terre-Neuve et n’ayant pas encore trouvé de représentation à Québec (la pandémie ayant ralenti le processus), elle décide d’utiliser une pièce inoccupée dans sa nouvelle demeure à Cap-Rouge pour y installer un atelier de création et une galerie. Depuis, elle invite les amoureux d’art à venir admirer ses œuvres « en vrai » sur rendez-vous, en sirotant un verre de vin.

« L’art offre une pause dans notre monde occupé, fait-elle valoir. Regarder une œuvre d’art peut surprendre, inspirer des rêves, susciter des réflexions et ainsi donner le sentiment qu’il y a plus dans la vie. Cela résume ma mission : étonner. »

Les œuvres de Charlie Clermont ont été exposées le 26 juin 2021 à la James Baird Gallery, à Pouch Cove, Terre-Neuve, dans une exposition solo intitulée Spontaneous. ©Jackson Long

Des rêves plein la tête

L’avenir étant définitivement devant elle, Charlie voit grand et voit loin. En 2022, elle aimerait réaliser des projets commerciaux et orner de ses œuvres les murs de grands bâtiments. Comme tout le monde, elle a hâte de pouvoir voyager à nouveau, rencontrer des artistes de partout pour créer de nouveaux liens et réaliser de nouveaux projets. Être appréciée au-delà des frontières canadiennes et se tailler une place sur la scène internationale font bien sûr partis de ses rêves.

Midsummer Night’s Dream, acrylique sur toile, 55 x 82", 2021.

À court terme, en avril prochain, elle retournera, pour une seconde fois, à la résidence Pouch Cove Fondation située à Terre-Neuve, en tant qu’artiste, mais aussi, comme commissaire d’exposition. À cette occasion, elle peindra pendant un mois aux côtés d’artistes-peintres abstraits qu’elle a elle-même sélectionnés à travers le globe. Au terme de la résidence,l’exposition Abstract Now sera présentée à la Galerie James Baird.

Charlie Clermont, une artiste à surveiller !


Visite sur rendez-vous : [email protected] ǀ 514 661-4541

Site Web : charlieclermont.com

James Baird Gallery : jamesbaird.com/artist/clermont-charlie/

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 24 novembre au 23 décembre 2022
Du 1er au 23 décembre 2022
Du 8 septembre au 29 décembre 2022
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ