PUBLICITÉ

[EN PAGE COUVERTURE] Bain Génial - De courtier à émailleur : un parcours peu commun

9 décembre 2022 - Par Gilles Levasseur

Sur la photo : Jonathan Morel, propriétaire de Bain Génial.
©Marjorie Roy, Optique Photo

En déménageant à Québec à 19 ans, Jonathan Morel voit le cours de sa vie changer radicalement lorsqu’il rencontre une personne qui deviendra son mentor dans le monde de l’immobilier. À partir de là jaillit en lui une passion pour tout ce qui concerne l’investissement et le développement des affaires.

Début 2018, il troque donc le complet-cravate pour les bottes à caps en devenant propriétaire de Bain Génial, une petite entreprise riche d’un savoir-faire de près de trois décennies dans le réémaillage de bains, un domaine dont il ignore tout. Cinq ans plus tard, l’atelier de Beauport s’affiche comme chef de file dans son secteur d’activité.

« Les gestionnaires immobiliers représentent la grande majorité des clients de Bain Génial. Baignoires ou lavabos endommagés au moment de l’installation, ou salles de bain à rénover, les avantages sont évidents et les coûts intéressants. » - Jonathan Morel, propriétaire.

Comment passe-t-on du courtage immobilier au rajeunissement de baignoires ? En réalité, Jonathan Morel aimait beaucoup vendre des propriétés, mais son puissant désir de bâtir demeurait inassouvi. Tout jeune, il faisait sourire ses parents en leur déclarant qu’il serait un jour indépendant de fortune, comme quoi le germe de l’entrepreneuriat l’habitait déjà. Or, un de ses amis possédait un modeste commerce de réémaillage de bains, une technique qu’il avait apprise en travaillant avec son père, qui œuvrait dans ce domaine depuis le début des années 1990. « Comme j’étais un courtier spécialisé dans la vente d’immeubles, j’en avais vu de toutes les sortes et couleurs dans les salles de bain d’appartements, raconte Jonathan. Le potentiel de ce procédé m’est alors apparu évident, plus particulièrement pour les gestionnaires immobiliers. J’ai donc cherché des façons de faire progresser son entreprise, lui proposant même une association, ce qu’il a d’abord refusé, avant d’accepter finalement de me vendre sa compagnie. Il m’a enseigné tous les trucs du métier durant six mois et est demeuré à mes côtés pendant un an pour assurer la transition. J’ai aussi profité des conseils du fondateur pour parfaire mes connaissances. »

Une progression rapide

À ses débuts comme nouveau propriétaire, Jonathan ne réémaillait qu’un ou deux bains par jour. « J’ai travaillé seul une centaine d’heures par semaine pendant une année, sans bureau ni atelier, je faisais mes mélanges dans mon sous-sol, se souvient-il. Quelques entrepreneurs concurrents sont alors partis à la retraite, ce qui m’a permis de leur racheter de l’équipement et de progresser plus rapidement. Puis la pandémie a accentué le rythme avec l’engouement pour la rénovation et les restrictions budgétaires favorisant les solutions moins coûteuses. Aujourd’hui, je suis entouré d’une équipe qui réalise une dizaine de contrats chaque jour. Notre gamme de services s’est diversifiée par l’ajout des lavabos et des contours de bain, ainsi que des articles spéciaux comme les antiquités, auxquelles nous redonnons une seconde vie. »

Le réémaillage d’un bain, d’un lavabo, de la céramique murale ou d’une surface en acrylique représente une solution à la fois économique et écologique.

Réémailler : la solution la plus économique et écologique

Le réémaillage représente aujourd’hui la solution offrant le meilleur rapport qualité/prix entre le remplacement d’un bain et son recouvrement par une coquille de plastique thermo moulée. L’évolution de la technologie a beaucoup accru la résistance et l’adhérence du polyuréthane, de sorte que pour moins de 500 $, votre baignoire s’offrira un lifting qui durera une quinzaine d’années. « Ce résultat s’explique par l’utilisation relativement récente d’un acide appliqué sur la surface et qui crée des millions de micropores permettant de mieux faire adhérer l’apprêt à base d’époxy et le polyuréthane, explique Jonathan Morel. Le produit final que nous pulvérisons requiert des habiletés particulières en raison de sa texture très liquide. Mais les résultats sont vraiment au rendez-vous. Bien sûr, la longévité de la nouvelle surface dépend du soin qu’on y apporte au fil des ans. Je dis souvent aux clients que l’émail d’une baignoire doit être traité comme on le fait normalement pour la carrosserie d’un véhicule. Par exemple, nettoieriez-vous la grille de votre barbecue sur le capot de votre auto ? »

L’extérieur du bain a été peint en noir. L’effet est saisissant !

Lorsque la salle de bain devient chambre de peinture

Mis à part les objets particuliers apportés par les clients à l’atelier de la rue Adanac, dans le parc industriel de Beauport, le travail s’effectue sur place. La salle de bain se mue alors en chambre de peinture, en prenant soin de tout protéger sauf les surfaces à réémailler… incluant les techniciens, qui revêtent des combinaisons spéciales. « Il faut gérer la poussière, la lumière et la température, précise M. Morel. Je dis souvent que notre travail est un art ! » Lorsque l’acide est appliqué et qu’il a rempli son rôle, la surface est alors poncée et les imperfections corrigées avant la pulvérisation. Sur les murs, le coulis séparant les tuiles de céramique est réparé puis entièrement recouvert par le polyuréthane. Il faut habituellement 48 heures avant une utilisation normale. Toutefois, si les occupants disposent d’une seconde salle de bain, une attente d’une semaine est souhaitable, car le fini atteint alors sa résistance maximale. Une demi-journée est nécessaire pour une baignoire, et une journée entière si on y ajoute le contour de céramique. Les techniciens retournent sur place le lendemain pour retirer les protections et procéder à la finition, qui comporte notamment un léger polissage.

Le procédé de réémaillage permet de personnaliser les accessoires de salle de bain. Toutes les teintes sont possibles.

Des avantages pour toutes les clientèles

Les gestionnaires immobiliers représentent depuis le début la grande majorité des clients de Bain Génial. Baignoires ou lavabos endommagés au moment de l’installation ou salles de bain à rénover, les avantages sont évidents et les coûts intéressants. Cela dit, de plus en plus de particuliers sont séduits par ce procédé, qui permet notamment de personnaliser les accessoires de salle de bain. « Par exemple, une cliente nous a fait peindre en noir l’extérieur de son bain immaculé, raconte l’homme d’affaires. L’effet est saisissant ! Toutes les teintes sont possibles. Nous réparons aussi les surfaces en acrylique fissurées pour les émailler, et nous offrons un service de chromage d’objets divers effectué par un sous-traitant. Étant donné que nous sommes le seul émailleur avec atelier dans l’Est du Québec, des clients viennent d’assez loin pour nous apporter des articles. Je suis même allé pendant deux semaines au Nunavut l’année dernière pour réparer dans des HLM des bains endommagés lors de leur transbordement au quai. Bref, nous sommes très polyvalents ! »

Jonathan Morel n’entend pas s’arrêter là. « Mon rêve de devenir entrepreneur, de bâtir une équipe et de faire progresser une organisation étant maintenant réalisé depuis le début de la trentaine, j’envisage maintenant, après avoir complété la phase de stabilisation de Bain Génial, de me porter acquéreur d’une autre entreprise. À moyen terme, mon objectif est d’être propriétaire de plusieurs commerces évoluant dans des domaines différents. » Comme l’écrivait à juste titre l’auteur brésilien Paolo Coelho, « Il n’y a qu’une chose qui puisse rendre un rêve impossible, c’est la peur d’échouer ».

Information

617, rue Adanac, Québec
418 476-3710
[email protected]

baingenial.com

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 3 au 4 février 2023
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ