PUBLICITÉ

EN PAGE COUVERTURE : Barakatt Harvey S.E.N.C.R.L.

5 mai 2011 - Par Johanne Martin

À l’avant-garde du droit

La société d’avocats Barakatt Harvey a le vent en poupe et les deux hommes qui la représentent, le cœur sur la main. Engagés, Me Michel Barakatt et Me Stéphane Harvey le sont… en affaires comme dans la communauté.

Du haut du prestigieux espace qu’ils occupent au 18e étage d’un immeuble de la haute-ville de Québec, les deux associés sont à même de prendre la mesure du succès qui est le leur. À l’aube de son cinquième anniversaire, la firme profite déjà d’une réputation enviable, attribuable à l’équipe composée de plus d’une dizaine de professionnels du droit qu’elle a su regrouper.

Droit des affaires et immobilier, droit de la faillite et de l’insolvabilité, droit fiscal, pénal et international, et même une sous-spécialité pour les fraudes financières et économiques : l’éventail des services offerts par Barakatt Harvey S.E.N.C.R.L. est impressionnant. Presque autant, en fait, que l’élan de générosité qui pousse les deux dirigeants à s’investir socialement.

« La vie nous a choyés et nous sommes conscients d’être des gens privilégiés, c’est pourquoi nous avons choisi de redonner à la société, de donner au suivant », confirme Me Barakatt.

Soumis à des épreuves personnelles qui l’ont touché, ce père de quatre enfants est à la fois membre du conseil d’administration du Centre de prévention du suicide de Québec et de sa fondation. L’an dernier, il a d’ailleurs été président d’honneur de l’événement Hommage à la vie au profit de cette fondation.

Toujours sur le plan humanitaire, « le travail qu’effectue l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (I.R.P.D.Q.) m’interpelle également beaucoup et j’ai consacré du temps à la cause il y a quelques années déjà », ajoute Me Barakatt, qui a même été président de la campagne de financement de l’Association des bénévoles de l’I.R.P.D.Q deux années consécutives.

Au départ, rien ne prédestinait les deux hommes à une éventuelle association. Si le parcours du premier l’a d’abord conduit vers l’obtention d’un baccalauréat en administration des affaires, le second était promis à une brillante carrière en tant que pianiste. « J’étudiais au Conservatoire de musique et je me préparais à partir pour l’Europe lorsque mon professeur est décédé subitement », raconte Me Harvey. « Après une période de questionnement, j’ai entrepris ma formation en droit tout en poursuivant un cheminement religieux intensif au scolasticat Saint-Vincent-de-Paul avec Mgr Maurice Couture, l’ancien archevêque de Québec qui était aussi le supérieur de la communauté. »

Peu à peu, Me Harvey en vient à s’impliquer dans Jeunesse de l’avenir je t’écoute, un organisme qui offre du soutien aux jeunes en difficulté, et à se rendre dans les Patros. À la même époque, il commence à développer un intérêt pour l’international, intérêt dont seront par la suite teintés sa pratique professionnelle et ses différents engagements.

Ouverts sur le monde

© Louis Arthur
Un accueil distingué
Quel coup d’oeil offre ce splendide escalier de métal découpé ! Ses marches et ses limons de noyer laqué se prolongent sur un recouvrement de sol de même nature. La bordure contrastante intégrée aux carreaux dans l’entrée correspond au découpage de la retombée de plafond qui accueille le luminaire en mailles de chrome. Afin d’assurer l’entière sécurité, un système de surveillance par caméras couvre tout l’extérieur et l’intérieur de la maison. Grâce à ces caméras distribuées discrètement, dont ici dans le hall, les propriétaires peuvent visualiser sur écran chaque visiteur.
Zoom sur la fenestration en verre teinté. Si la vue à partir de l’intérieur est à s’y
méprendre, le visiteur ne distingue rien de l’extérieur.

« En 1992, j’ai fondé le Regroupement Québec-Russie, ce qui m’a amené à participer à quelques voyages là-bas ; je faisais alors mes premiers pas dans les affaires étrangères », explique celui qui a épousé une Russe avec qui il a eu une fille et qui maîtrise les rudiments de la langue de Tchekhov.

À titre de président du Forum des entrepreneurs du Québec, il fait la rencontre, en 2008, d’une délégation togolaise à l’occasion du Sommet international de la francophonie. Moins d’un an plus tard, il devient officiellement consul honoraire de la République togolaise à Québec, tandis que Me Barakatt se voit confier le poste d’adjoint au consul et chef de contentieux au sein du consulat honoraire. Les deux diplomates n’allaient pas s’arrêter là.

En tant qu’avocats et procureurs, dans des causes qui concernent notamment le droit de l’immigration – en vue, par exemple, d’éviter l’expulsion de familles étrangères –, mais aussi dans d’autres causes, les deux hommes ont pris à leur charge plusieurs dossiers à titre pro bono, c’est-à-dire sans être rémunérés. Une autre façon pour eux d’apporter leur aide à des personnes vulnérables ou sans ressource.

« Dans ce cadre, l’un des mandats que je me suis donnés est d’aider les enfants en Afrique », déclare Me Harvey. « J’ai également pris part à des activités organisées par l’Agence consultative en éthique de la coopération internationale en Afrique, une organisation qui vise à instaurer des règles d’éthique dans les relations commerciales internationales. »

Sur la scène internationale, les connaissances en affaires que possède Me Barakatt s’avèrent évidemment précieuses pour les clients de la firme. Ses connaissances ont d’ailleurs permis à l’homme de loi d’obtenir une licence d’agent de marques de commerce délivrée par le United States Patent and Trademark Office, lui permettant de fournir ses services aux entreprises canadiennes qui font des affaires aux États-Unis.

Depuis plus de 15 ans, Me Barakatt est aussi détenteur d’une licence d’agent de marques de commerce délivrée par l’Office de la propriété intellectuelle du Canada.

Sous le signe de l’excellence

Si la société d’avocats Barakatt Harvey se spécialise plus particulièrement en litige commercial et civil et qu’elle plaide devant la plupart des instances (Cour du Québec, Cour supérieure, Cour d’appel, Cour fédérale et tribunaux administratifs du Québec), ses principaux associés, compte tenu de leur parcours professionnel, l’ont assurément placée sous le signe de l’excellence. La relève est aussi assurée, puisque le fils de Me Barakatt, Jean-Olivier, travaille au cabinet comme étudiant en droit depuis deux ans.

Les deux avocats, qui traitent d’importants dossiers et ont parmi leur clientèle des personnalités connues, dont le célèbre pianiste de réputation internationale Steve Barakatt, ont reçu d’importantes distinctions. Me Barakatt a reçu en 1990 la Médaille du Lieutenant-gouverneur du Québec en guise d’appréciation pour l’excellence de ses résultats scolaires, sa persévérance dans ses études de droit et son engagement dans la vie sociale et communautaire en milieu de formation universitaire et professionnelle. En 1988-89, il a effectué un stage de recherches dirigé par l’honorable Louis LeBel, juge à la Cour d’appel et maintenant juge à la Cour suprême du Canada.

Me Harvey, pour sa part, a été lauréat du prix de la Chambre des notaires pour avoir obtenu les meilleurs résultats en droit civil à l’Université Laval. Il est, en outre, particulièrement fier d’avoir accompli un mandat privé de cinq ans à titre de procureur de la Couronne pour la Ville de Sillery.

Dans le succès que connaissent aujourd’hui les deux associés, Me Barakatt ne saurait par ailleurs passer sous silence son appréciation pour le cabinet qui l’a engagé et formé en début de carrière, soit McCarthy Tétrault, et Me Harvey, pour les deux cabinets pour lesquels il a travaillé avant de se joindre à Me Barakatt en 2006, soit chez Grondin, Poudrier, Bernier et Lavery deBilly.

« La roue tourne, et pour nous, il importe de poursuivre sur la voie de la modernité et d’être à l’avant-garde du droit, termine Me Barakatt. Et la formule nous réussit semble-t-il très bien, puisque nous sommes actuellement en processus d’affiliation pour avoir un pied-à-terre à Montréal. »

La photo de l’équipe d’avocats

La Société d’avocats Barakatt Harvey compte aujourd’hui plus d’une dizaine d’avocats et unimportant personnel de soutien.

  • Me Sophie Régnière LL.B., B.A. , M.A.
  • Me Jean-François Durand LL.B., B.A.A.
  • Me Stéphane Harvey LL.B.
  • Me Vincet Fortin LL.B. médiateur familial
  • Sandy Morin, secrétaire
  • Annie Gauvin, secrétaire,
  • Me Marcel Turgeon LL.L. doyen, barreau 1945
  • Mélissa Dufour, recherchiste
  • Patricia Pelletier, secrétaire
  • Jean-Olivier Barakatt, recherchiste
  • Me Guy Vézina LL.B.,CMA,M-FISC
  • Me Michel Barakatt LL.B., B.A.A.
  • Absents sur la photo
  • Me Line Ouelett LL.B.
  • Me Fernand Moisan LL.B.
  • Me Simon St-Gelais LL.B.
  • Annie-Audrey Fortin, secrétaire

En mars dernier, Me Michel Barakatt a offert en don au Centre de prévention du suicide une oeuvre de Christian Bergeron. L’encan chinois de cette toile a rapporté 21 400$ à la Fondation. Sur la photo : Me Barakatt, Sylvie Nadeau directrice générale du Centre et de la Fondation de prévention du suicide et Jean-Claude Dessailliers, membre du CA.

Information

  • 150, boul. René-Lévesque Est, Québec
  • Tél. : 418 529-1001
PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Jeudi 21 octobre 2021
Du 7 au 30 octobre 2021
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ