PUBLICITÉ

EN PAGE COUVERTURE : Place aux condos de Constructions Première Classe

31 janvier 2013 - Par Gilles Levasseur

Après deux décennies à peaufiner sa signature
de marque dans la maison unifam iliale,
Constructions Première Classe décide
d’ajouter une corde à son arc en créant une
division spécialisée dans les condominiums.

Ce virage stratégique permettra à
l’entreprise de Lac-Beauport, non
seulement de contribuer à l’effort de
densification de la Ville de Québec,
mais aussi de rendre ses produits de
haute qualité accessibles à une clientèle
plus variée, notamment le créneau des
premiers acheteurs.

Perspective extérieure des Jardins du Parc à Montagne des Roches, Charlesbourg.
Perspective extérieure des Jardins du Parc à Montagne des Roches, Charlesbourg.
Perspective aérienne
Perspective aérienne

La réalisation de deux premiers projets a
été lancée dans les secteurs de Beauport
et de Charlesbourg. Le plus consistant
ajoutera, d’ici un an et demi, quelque
128 condominiums sur un terrain
situé près du cinéma Odéon. Les plans
prévoient la construction de 6 immeubles
de 16 unités chacun, sans compter une
option sur 2 autres bâtiments. « Dans
ce secteur, il n’y a presque pas de
condos avec espaces de stationnement
souterrain intégrés, explique le président
de Constructions Première Classe,
Stephen Taylor. Il s’agit d’un concept
beaucoup plus urbain, qui a l’immense
avantage de se trouver à proximité d’une
multitude de services, dont un centre
commercial et un power centre qui
s’étendent de Bourg-Royal à Seigneuriale,
le long de l’autoroute de la Capitale. »

Des condos plus abordables

Perspectives intérieures des Jardins du Parc à Montagne des Roches, Charlesbourg.
Perspectives intérieures des Jardins du Parc à Montagne des Roches, Charlesbourg.

À Charlesbourg, un second projet
comporte la réalisation de 32 condominiums
dans le très beau secteur de la
Montagne des Roches.

Tout comme à
Beauport, le constructeur y érigera des
unités allant de trois pièces et demie à six
et demie, certaines sur deux étages, sans oublier des lofts. « Nous voulons
proposer des espaces d’habitation un
peu plus abordables, tout en conservant
la grande qualité qui a fait notre
notoriété, ajoute M. Taylor. Ainsi, les prix
varieront de 173 000 $ à 300 000 $ dans
le but de démocratiser notre produit,
car la majorité de nos maisons, surtout
ces dernières années, s’adressaient
davantage à un marché plus restreint, à
preuve, notre développement unifamilial
de Beauport, près de la rue Seigneuriale,
où les plus cossues de ce quartier
comprenant 35 maisons dépassent
en valeur le million de dollars. Voilà
une expertise que notre équipe est
fière d’avoir développée au fil des ans.
Mais aujourd’hui, nous avons le goût
d’explorer d’autres avenues en termes
d’offre d’habitation. À moyen terme, nous
visons des immeubles plus en hauteur,
et également des condos plus haut de
gamme. Quant à la facture visuelle, elle continuera d’épouser les plus récentes
tendances architecturales, soit des
lignes épurées très contemporaines et
modernes. Selon notre perception, ce
style ultra-contemporain va au-delà du
moderne en offrant un résultat très
poussé, tant en ce qui a trait au style,
à l’utilisation des matériaux et à la très
généreuse fenestration, qu’à l’harmonie
des espaces et à la géométrie de la
maison. Ce défi à haute valeur artistique,
nous pouvons le relever dans le cadre
de projets plus abordables malgré leur
grande qualité. »

Perspective extérieure des condominiums du secteur Beauport
Perspective extérieure des condominiums du secteur Beauport
Perspective aérienne des condominiums du secteur Beauport
Perspective aérienne des condominiums du secteur Beauport

Le projet Latitude 46 suit son cours

Pendant ce temps, à Lac-Beauport, le projet Latitude 46 suit
son cours dans un pittoresque secteur boisé de la municipalité.
« La première phase est en marche, précise Stephen Taylor, la
construction est commencée, la rue est sur le point d’être cédée
à la Ville et la station de traitement des eaux est fin prête.
Bref, le projet est pleinement opérationnel. » Rappelons que ce
prestigieux projet domiciliaire se distinguera particulièrement
par l’omniprésence de la nature et la vaste superficie des terrains
— environ 60 000 pieds carrés — permettant aux concepteurs
de donner leur pleine mesure en termes de créativité et
d’originalité. En résumé, cet ensemble écoresponsable totalise
des investissements de 160 millions de dollars et couvre une
superficie de 181 hectares.

Le projet Latitude 46 à Lac-Beauport
Le projet Latitude 46 à Lac-Beauport

Un contrôle serré de la qualité et des échéanciers

Pour relever ces défis de plus en plus nombreux, Constructions
Première Classe continue d’investir dans l’embauche et la
formation du personnel. « Nous avons nos propres équipes
d’ouvriers et nous sommes très heureux de leur implication et
du sentiment d’appartenance qu’ils entretiennent à l’égard de
l’entreprise, indique Stephen Taylor. Par ailleurs, nous disposons
du logiciel Autodesk® Revit® Architecture, un outil aussi efficace
qu’avant-gardiste servant à modéliser des bâtiments en trois
dimensions et permettant une qualité et une précision accrues.
Puisque toutes les données relatives à un projet sont contenues
dans un seul fichier, le moindre élément modifié est mis à jour
dans toutes les vues du modèle. L’objectif est d’offrir à nos
clients le meilleur service qui soit en utilisant les outils les plus
performants sur le marché, ce qui nous permet de respecter, à
chaque phase de réalisation, les standards élevés de qualité que
nous nous sommes fixés. Lorsque de tels investissements sont
en jeu en matière d’habitation, conclut M. Taylor, rien ne doit être
laissé au hasard ou à l’improvisation. Voilà comment nous avons
bâti et maintenu notre réputation. »

Architectes : Emilio Romero de ERom et André Roy Architecte

Information

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 24 novembre au 23 décembre 2022
Du 8 septembre au 29 décembre 2022
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ