PUBLICITÉ

Été chaud et vins frais

28 juin 2012 - Par Jean-Sébastien Delisle

Avez-vous noté, tout comme moi, combien nos habitudes de consommation changent au fil des saisons ? L’hiver appelle les vins riches et pleins sur des plats braisés, tandis que la belle saison nous invite à boire plus léger et à manger plus frugalement. Pour cette dernière chronique avant le repos estival, je vous livre mes vins préférés pour étancher cette soif de vins frais.

Commençons avec un petit plaisir quotidien, à l’apéro surtout. Je ne m’en cache pas, je suis un fan inconditionnel du riesling. Sa fluidité en bouche, sa délicatesse et sa structure fine donnent immédiatement le sourire. Voici un incontournable de tous les jours : la cuvée Riesling Qba 2011 de Dr. Loosen, un magnifique produit allemand à moins de 14 $. Oh, bien sûr, c’est vinifié à la germanique, avec une touche de sucre résiduel. Mais il ne faut pas s’en faire ; ce volume est tenu en bride par une acidité formidable, qui donne le goût d’y retourner. Des arômes de citronnelle, de pêche blanche, une finale légèrement saline… Servez plus frais, autour de 10 degrés maximum, afin d’en profiter pleinement.

Ensuite, un type de vin dont les ventes sont en progression depuis quelques années au Québec : le rosé. Les consommateurs ont enfin compris que ces vins sont extrêmement intéressants et bien ficelés. Plus personne ne pense qu’il s’agit là de produits sucrés et lourds, comme à l’époque des marques portugaises Lancers et Mattheus, qui ont grandement contribué à ternir l’image de ces vins. Mais qu’à cela ne tienne ! Il existe aujourd’hui quantité de rosés fort bons, comme ce vin de la maison Masciarelli des Abruzzes, en appellation Colline Teatine. Un nez de fruits rouges mûrs (framboise, cerise) et de rose, sur une bouche détendue, mais néanmoins persistante. À moins de 15 $, on serait fous de s’en passer.

Le lobby

Pour le barbecue, il vous faut un vin texturé et polyvalent, corsé et tannique, sans toutefois être trop astringent. La Californie s’impose d’elle-même comme destination de choix. Je vous propose un vin phare, l’archétype du cabernet sauvignon de la Napa, sans boisé excessif ni lourdeur ni sucrosité. Il s’agit du cabernet sauvignon de St. Supéry. Un vin racé, d’une grande classe, à boire après une petite heure de carafe. Des arômes solaires de fruits noirs (surtout cassis et mûre), une touche cédrée, une colonne vertébrale tannique longue et feutrée, un élevage présent et riche, qui apporte un brin d’épices et d’exotisme. Corsé et velouté à la fois : la grande classe.

Pour terminer, il y aura, durant votre été, des occasions de déboucher des flacons plus prestigieux, plus spéciaux pour ces événements. J’ai trouvé ce qu’il vous faut ! La cuvée Tolérance en Champagne Brut rosé de Franck Pascal. Au lieu de produire un champagne rosé puissant, ce vigneron nous offre un nectar magnifique, tout en dentelle, avec des parfums enivrants de fleurs fanées, de pâtisserie et de cerises sauvages. Il est doté de bulles extra-fines, et sa bouche a l’élégance d’un grand ballet. Santé et bon été !

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X