PUBLICITÉ

HOMMES DE VISION - Yvan Ouellet, Joseph Sarrazin et la belle histoire du Quarante 7

3 décembre 2020 - Par Gilles Levasseur

© Marc-Eric Baillargeon

Derrière tout succès, il y a souvent des circonstances particulières sans lesquelles les choses se seraient peut-être passées autrement. C’est ce qui est arrivé lors des premiers balbutiements du restaurant Le 47e Parallèle, dans le Vieux-Québec, aujourd’hui Le Quarante 7, près du Grand Théâtre. Retour sur une complicité commencée de façon inattendue pour le duo formé d’Yvan Ouellet et du chef Joseph Sarrazin, les deux copropriétaires à la barre d’une aventure culinaire qui dure depuis près d’un quart de siècle.

Originaire de Besançon, en France, Joseph Sarrazin ressent à 21 ans le goût de découvrir le Québec. Il pense rester une année. Jamais il ne repartira. Trente ans déjà ! De son côté, Yvan Ouellet, Rimouskois de souche, roulera sa bosse en radio et publicité jusqu’à ce qu’il s’installe à Québec en 1994 dans le cadre de son rôle de publiciste pour les commerces de son frère, dont les magasins Pentagone. Puis, coup de tête, il part pendant un an à la découverte du monde, ouvrant son esprit et ses connaissances, notamment à une foule de saveurs gastronomiques. À son retour, en 1996, il ouvre Le 47e Parallèle dans le Vieux-Québec. Le concept consiste à oser une cuisine du monde entier, éclatée, pleine de saveurs et de mets inconnus à l’époque. Or, un jour, le chef disparaît. On apprendra au bout de 48 heures qu’il est en prison pour contraventions impayées. Que faire ? « Une de nos employées nous a alors informés qu’elle connaissait un cuisinier qui, malgré son talent, n’avait jamais eu la chance d’être chef, raconte Yvan Ouellet. Nous l’avons rencontré, et comme lorsqu’il est arrivé au Québec, il est toujours resté. »

« Nous avons créé une offre permanente en proposant aux gens de Québec la possibilité de varier le menu lorsqu’ils commandent un repas. Cette nouvelle clientèle représente une plus-value pour l’avenir. »

Savoureuse anecdote s’il en est une, Joseph ne tardera pas à faire ses preuves, lorsqu’un groupe du Club Aventure réserve la modeste salle de 45 places pour… 150 personnes ! Ayant déjà de l’expérience chez un traiteur, le chef suggère alors de convertir plusieurs chambres de l’hôtel où se trouvait le resto en salles à manger et de servir les convives en mode traiteur. Bingo ! « Ce fut un party de Noël mémorable, se rappelle Yvan. Quelques semaines plus tard, on a proposé à Joseph que s’il souhaitait devenir associé, c’était le bon moment. Comme nous nous complétons à merveille, ça a cliqué ! »

Oser et s’adapter

La recette a toujours fonctionné pour les deux hommes. Ils n’y ont pas dérogé lorsque les restrictions sanitaires ont frappé, et deux fois plutôt qu’une. « On s’est adaptés grâce à notre service de traiteur, explique Joseph. On prépare nos boîtes gourmandes chaque semaine, pour emporter ou sur livraison, et ça marche vraiment très bien ! Une initiative que nous avons été parmi les premiers à offrir, fidèles à notre habitude. » Yvan Ouellet abonde dans le même sens. « Nous avons créé une offre permanente en proposant aux gens de Québec la possibilité de varier le menu lorsqu’ils commandent un repas. Cette nouvelle clientèle représente une plus-value pour l’avenir. Parallèlement, notre équipe a imaginé, en prévision du temps des Fêtes, une nouvelle formule convenant aux partys de bureau tenus, pandémie oblige, en visioconférence. Il ne faut jamais cesser d’innover, et de se retrousser les manches. »

En prévision de son quart de siècle d’existence en 2021, Le Quarante 7 avait fait peau neuve l’an dernier, un lifting réussi ayant nécessité un investissement d’un demi-million de dollars. « Vingt-cinq années pour un restaurant indépendant, conclut Yvan Ouellet, c’est peu commun ! Il a toujours fallu regarder devant et oser quelque chose de différent… »

Bienvenue à deux jeunes associées de la relève : Véronique Gauthier et Amélie Rhéaume-Parent. Yvan Ouellet et Joseph Sarrazin remercient du fond du cœur leur fidèle partenaire de la première heure, Harold Slater !

Pour en savoir davantage ou pour commander en ligne : LEQUARANTE7.COM

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ