PUBLICITÉ

L’autre visage de la Tunisie

29 septembre 2011 - Par Sylvie Ruel

Plus de 1 300 kilomètres de côtes bordées de plages magnifiques le long de la Méditerranée. Voilà ce qui, de prime abord, attire le tourisme en Tunisie. Le vacancier s’y retrouve comme dans n’importe quelle station balnéaire moderne, avec ses hôtels de luxe, ses golfs, ses casinos, ses discothèques et ses petits ports de plaisance à l’allure de cartes postales. Mais pour découvrir la véritable Tunisie, il faut sortir des sentiers battus et avaler les kilomètres en remontant vers le nord.

Mosquée de Kairouan
Mosquée de Kairouan

Le pays est de petite dimension, mais il offre une impressionnante mosaïque de paysages : des montagnes et vallées fertiles au nord, jusqu’aux palmeraies et oasis au sud. On peut y voir défiler des panoramas fabuleux, qui ont servi de décors à des films célèbres, une mer de sel, des maisons creusées dans la terre comme il en existait il y a 3 000 ans, des ruines romaines, des paysages lunaires et des étendues de sable plissées comme la peau d’un éléphant.

Tunis

La capitale, Tunis, mérite d’abord un arrêt. Européenne sur l’avenue Habib-Bourghiba, avec ses cafés, ses restaurants et ses grands hôtels, elle dégage une atmosphère plutôt moyenâgeuse dans la vieille médina, avec ses ruelles étroites qui mènent aux nombreux souks.

Carthage

Quelques kilomètres plus loin, il faut aussi voir Carthage, berceau de la Tunisie, qui domine la baie de Tunis. Carthage offre plusieurs sites d’intérêt historique, dont l’ancienne cathédrale Saint-Louis, le musée et les fameux thermes d’Antonin.

Sidi Bou Saïd

La route de Carthage rejoint le petit village mythique Sidi Bou Saïd, village bleu et blanc dessiné de rues étroites et perché au-dessus de la Méditerranée. Autrefois fréquenté par des artistes célèbres, ce village charme toujours les touristes avec ses villas, ses cafés, ses galeries d’art et son festival de musique arabe durant l’été. L’architecture de Sidi Bou Saïd concentre, sur un tout petit territoire, toutes les facettes de l’histoire méditerranéenne. Le village est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, comme le sont d’ailleurs de nombreux sites en Tunisie.

Le petit village mythique Sidi Bou Saïd, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.
Le petit village mythique Sidi Bou Saïd, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La Tunisie verte

En général, les visiteurs éprouvent un véritable coup de cœur pour le sud de la Tunisie. Mais s’ils prennent la route vers le nord, ils découvriront l’autre visage de la Tunisie : celui de la Tunisie verte, qui contraste fortement avec le sud désertique. C’est là que l’on produit l’huile d’olive, les céréales et le vin.

Tabarka

Dans le nord du pays, le tourisme s’est développé autour de la pittoresque Tabarka, la ville du corail rouge, à sept kilomètres de la frontière algérienne. La côte est jalonnée de complexes hôteliers luxueux et de centres de thalassothérapie avec une vue imprenable sur la mer. Tabarka est recherchée par les plaisanciers, les golfeurs et les amateurs de plongée sous-marine, qui viennent y admirer ses jardins de corail rouge. Au cœur de la ville, le vieux café andalou, fréquenté par les hommes tunisiens, nous fait entrer dans un autre siècle.

La Kroumirie

La forêt de la Kroumirie, dont les hauteurs sont couvertes de chênes-lièges, est remplie de sangliers, de renards et de daims. Cette région, qui est une destination prisée pour la chasse au sanglier, est l’endroit le plus froid de la Tunisie. En hiver, la région est souvent enneigée et il arrive, à l’occasion, que les villages soient immobilisés par une tempête de neige.

Bulla Regia

Si le sud de la Tunisie plaît aux amoureux du désert, le nord du pays a de quoi plaire aux amateurs d’histoire et d’archéologie. Le territoire protège plusieurs sites antiques, qui sont de véritables musées à ciel ouvert. Bulla Regia, ou Bulla La Royale, capitale numide au deuxième siècle avant Jésus-Christ, laisse voir des thermes et des basiliques, ainsi que de belles mosaïques souterraines.

Dougga

Dougga, la magnifique, colonie numide également, surplombe à flanc de colline une plaine couverte de céréales et d’oliviers. Son capitole est sûrement le monument le mieux préservé de toute la Tunisie. Le décor est absolument fabuleux.

Ruines de Dougga
Ruines de Dougga

El-Djem

La ville d’El-Djem est dominée par un gigantesque colisée romain, qui a conservé ses trois rangées d’arcades et dont la vue est saisissante. À l’époque, on y venait voir les combats de gladiateurs et de fauves.

Colisée romain d’El-Djem
Colisée romain d’El-Djem

Testour

Le nord de la Tunisie est émaillé de petits villages typiques, comme celui de Testour, fondé par les Andalous et célèbre pour son festival international de malouf, musique hispano-arabe. Ces villages ont tous leurs cafés, où les hommes discutent affaires en buvant un thé à la menthe, leurs échoppes de barbiers, leurs ateliers de confection de djellabas, de babouches, leurs marchés de poissons, leurs vendeurs de kebabs, leurs marchands de dattes et d’oranges qui ponctuent leurs conversations de Inch ! Allah ! (si Dieu le veut).

Découvrir cette authenticité tunisienne constitue le véritable plaisir du voyageur. Un plaisir dont se prive évidemment le voyageur qui demeure confiné à la zone touristique.

À propos de la Tunisie :

  • Le pays comprend plus de 10 millions d’habitants ;
  • L’islam est la religion principale et officielle de la Tunisie dans une proportion de 98 % ;
  • La quasi-totalité de la population parle l’arabe tunisien (darija) et maîtrise l’arabe littéral (la langue officielle du pays) ainsi que le français.
  • Information :
  • Office national du tourisme tunisien : www.tourismtunisia.com
PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 6 au 22 mai 2022
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ