PUBLICITÉ

L’importation privée de vin au Québec : mythes et réalité

7 avril 2011 - Par Jean-Sébastien Delisle

Je suis bien placé pour vous parler de ce sujet, étant moi-même copropriétaire d’une petite agence, Symbiose Vins et Cies. J’entends toutes sortes de choses sur l’importation privée de vin au Québec, la plupart du temps des propos loufoques et farfelus du style : « C’est plus cher qu’en succursale » ou « Je ne pourrai pas m’en procurer ». Il est grand temps de remettre les pendules à l’heure.

Réglons d’abord un point : la SAQ demeure la seule entité autorisée à importer, à stocker, à distribuer et à vendre des produits alcoolisés au Québec. Les autres entreprises — les restaurants, par exemple — font de la revente. Ainsi, les agences promotionnelles de vin font partie de la grande famille des entreprises de service, et fonctionnent donc sur la base de « frais de service ».

La SAQ verse annuellement près de 200 millions de dollars aux quelque 400 agences en vin. Certains pensent qu’il serait possible d’épargner cet argent en éliminant le recours aux agents accrédités qui représentent les producteurs de vins et d’autres alcools auprès de la SAQ. Pour plusieurs raisons, il s’agit d’un raisonnement qui ne tient pas la route.

Primo, en ce qui a trait au travail, ces compagnies créent plus d’un millier d’emplois stables qui seraient vraisemblablement perdus si on sabrait dans ce secteur d’activités.

Secundo, si notre société d’État se chargeait elle-même de repérer de nouveaux producteurs et d’assurer leur commercialisation, combien cela coûterait-il ?

Il ne faut pas croire que la SAQ n’y trouve pas son compte. En effet, bien que la charge de la vente des produits en importation privée incombe aux agences, c’est encore et toujours la SAQ qui achète les vins… et qui en fixe le prix de vente. Quand on sait que l’importation privée compte pour 2 à 3 % des 2,5 milliards de dollars du chiffre d’affaires de notre monopole…

Quant au prix de ces vins, il n’est pas vraiment supérieur au prix fixé en succursale. Le seul hic, c’est qu’il faut acheter en caisse (6 ou 12 bouteilles). Par contre, on y retrouve des vins hautement qualitatifs, souvent produits en quantités trop petites pour fournir un réseau aussi vaste que celui du Québec.

Enfin, l’importation privée permet à la SAQ de bonifier son offre. La plupart des nouveaux arrivages de la revue Cellier sont, en effet, des vins qui étaient des vedettes de l’importation privée et qui sont ensuite recrutés pour les succursales. C’est nous qui sommes gagnants de voir une meilleure disponibilité de ces vins extraordinaires. On n’a qu’à penser aux vins de Marcel Lapierre sur Morgon, de Gianni Masciarelli sur Montepulciano, de Raveneau sur Chablis, et de combien d’autres.

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 7 au 30 octobre 2021
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ