PUBLICITÉ

L’univers précieux d’Ima

6 mai 2011 - Par Marie-Josée Turcotte

Belle et rafraîchissante à souhait, la chanteuse Ima dévoile un côté plus affirmé à travers son sixième album, Precious, qui se veut une porte d’entrée vers le marché international. À l’instar du titre de ce premier opus en anglais, l’artiste a accepté de se prêter à une entrevue portant sur les gens et les choses les plus précieux dans sa vie.

Ima, quelle est la qualité la plus précieuse, selon vous, pour faire le métier que vous faites ?

  • La patience est primordiale et celle-ci englobe la persévérance et la constance.

Quelle est la rencontre la plus précieuse que vous ayez faite sur le plan professionnel ?

  • Mon gérant, Alessandro Cerundolo. Il a été un ami avant de devenir un amoureux, puis un grand complice. Je ressens un amour inconditionnel pour lui.

Et sur le plan personnel, quelle rencontre s’est avérée la plus précieuse ?

  • Ma rencontre avec Ernie Nelson, en 1999. Il a été mon mentor et mon père spirituel, avant de nous quitter en septembre 2007. Je dis toujours que c’est lui qui m’a appris à chanter, même si j’ai eu d’autres professeurs avant lui. C’était un jazzman ; il a joué avec les grands comme Miles Davis. C’est aussi lui qui m’a initiée au yoga et guidée dans le monde de la musique. Quand j’ai débuté dans ce métier, j’entretenais bien des illusions. J’ai réalisé à quel point cet univers est une jungle féroce et à quel point il est important d’être armé et extrêmement bien entouré pour arriver à y faire son chemin sans perdre la tête. Ernie m’a donc appris à rester connectée avec mes émotions. C’est l’être le plus humble que j’ai eu la chance de côtoyer et l’une des plus belles et grandes rencontres que j’ai eu la chance de faire.

À part Ernie, avez-vous déjà perdu quelqu’un de très précieux ?

  • Mon meilleur ami, Sébastien, qui est décédé en mai 1999, à l’âge de 28 ans. J’ai aussi perdu plusieurs êtres que j’aimais énormément, dont ma grand-mère.

Et un objet précieux que vous auriez perdu ?

  • Des bijoux offerts par deux amis italiens lors de leur mariage, alors que j’étais leur demoiselle d’honneur. Je les avais mis dans ma valise pour prendre l’avion et on a perdu mes bagages. D’ailleurs, cela m’est arrivé à trois reprises ! Ce n’est que du matériel, mais ces bijoux, en particulier, avaient une grande valeur sentimentale. Les perdre m’a fait mal.

La beauté, est-ce précieux dans votre métier ?

  • Oui, ça l’est. Le corps est le temple de notre âme. Il est donc important d’en prendre soin. C’est ce que je fais ; je prends soin de ce que la vie m’a prêté.

Si vous deviez ne conserver qu’une seule chose, la plus précieuse, quelle serait-elle ?

  • Je pense que ce serait mon téléphone. Je suis vraiment devenue addict. Mon iPhone représente la connexion que j’ai avec tous les gens importants dans ma vie.

Et les médias sociaux comme Facebook, c’est précieux pour vous ?

  • À vrai dire, je ne suis pas très « médias sociaux », même si j’ai un compte Facebook privé et un autre public. J’entretiens une relation amour-haine avec cet outil. Autant suis-je en faveur des nouvelles technologies, autant ai-je un côté Old School qui privilégie les relations humaines en face à face.

Enfin, de quoi êtes-vous le plus fière parmi vos réalisations jusqu’à maintenant ?

  • D’avoir la chance de pouvoir vivre de mon métier, d’être autonome, de payer mon loyer et mes factures. C’est un bel accomplissement pour moi, dans un monde où jamais rien n’est garanti.

Coup de cœur pour…

Plusieurs choses à Québec ! J’ai une fascination envers les vieux endroits comme envers les vieilles chansons. Je « trippe » sur le Capitole. J’aime dormir à cet hôtel où Édith Piaf est venue chanter. J’aime aussi le Château Frontenac, qui possède une vieille âme également. Côté restaurant, j’aime le Il Teatro, le Parmesan, un bon italien, et j’ai vécu une véritable expérience gastronomique au laurie raphaël.

Ima sera en spectacle le 30 novembre à la Salle Albert-Rousseau. En attendant, laissez-vous porter par Precious, l’album numéro un des ventes anglophones au Québec, une semaine seulement après sa sortie.

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X