PUBLICITÉ

Le décanteur

6 décembre 2019 - Par Marie-Josée Turcotte, éditrice

© David Cannon

Les amateurs de bons vins le font souvent : ils versent dans une carafe le nectar des dieux afin que celui-ci puisse s’étoffer au contact de l’air. C’est ce qu’on appelle la décantation. Un acte tout simple qui peut faire toute la différence sur le plan du goût.

J’aimerais parfois être un vin. Un bon, de préférence. Pourquoi ? Tout simplement pour avoir la chance de « décanter », moi aussi, de temps à autre. La fin de l’année approche à grands pas et le bilan que j’en fais peut se résumer en ces quelques mots : course effrénée contre la montre, accumulation de travail, pression constante et exercice intense d’adaptation.

J’aimerais parfois être un vin. Un bon, de préférence. Pourquoi ? Tout simplement pour avoir la chance de « décanter », moi aussi, de temps à autre.

J’ai l’air d’une fille qui se plaint, mais en réalité, je ne crois pas que ma réalité soit si différente de celle des gens que je côtoie au quotidien. Il s’agit d’un phénomène assez courant et standard chez les gens d’affaires. D’ailleurs, un article paru récemment dans La Presse, intitulé « La face cachée de l’entrepreneuriat : seuls au combat ? » résume fort bien l’état d’esprit dans lequel baignent les entrepreneurs à longueur de journée et à longueur d’année. « Tu sais que quelque chose ne va pas, mais tu n’as pas le temps de voir ni de t’en occuper », est-il écrit dans l’article fort pertinent d’Isabelle Massé.

J’ai fait une blague voilà quelques semaines sur ma page Facebook personnelle : « 1111 courriels non ouverts : devrais-je faire un vœu ? » Valait mieux en rire, mais en toute honnêteté, je ressens parfois un certain vertige lorsque je décortique les messages que je reçois dans les quatre boîtes de courriels que je gère. J’ai tellement peu de temps pour en prendre connaissance, encore moins pour tous les analyser. Je n’arrive pas à décanter l’information, si bien qu’au bout de l’exercice, j’ai l’impression d’avoir raté quelque chose d’important. Suis-je la seule ?

« Discerner, mettre en ordre les éléments mentaux qui se présentent à l’esprit de façon confuse » : c’est aussi l’autre définition du verbe « décanter », dans son sens figuré. Un verbe et une action très difficile à mettre en pratique dans la vraie vie, contrairement à l’acte de décanter un vin.

S’il y a une seule résolution à prendre en 2020, en ce qui me concerne, c’est de m’accorder un peu plus de temps pour me « déposer au fond du récipient » et pour laisser mûrir les idées et les projets. Je suis persuadée que si j’y parviens, tout aura un meilleur goût. C’est un beau défi à relever… en attendant que la « journée nationale de la décantation » soit créée et célébrée !

Un très beau temps des Fêtes à vous, chers lecteurs et chères lectrices ! On se retrouve à la fin du mois de février 2020 ! D’ici là, essayez de « décanter » un peu !

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 28 novembre au 24 décembre 2020
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X