PUBLICITÉ

Les vertus de la rêverie éveillée

7 juillet 2011 - Par Marie-Josée Turcotte

L’heure des vacances a sonné pour plusieurs d’entre nous. Grand bien nous fasse à tous ! L’été est si court au Québec, profitons-en pleinement ! Et pourquoi ne pas en profiter aussi pour « débrancher » un peu notre cerveau ?

S’il est un art qui s’est perdu au fil du temps, surtout depuis l’avènement des technologies et celle, encore plus envahissante, des médias sociaux, c’est bien celui de rêvasser. L’espace mental alloué pour s’adonner à cet art devenu rarissime s’est à ce point rétréci que la personne surprise en train de le pratiquer pourrait bien être victime de quelques commentaires négatifs qui ont trait à la paresse, ou pire encore, susciter de l’inquiétude chez ses proches, qui croiront à un problème de santé mentale. Et pourtant…

Saviez-vous que des études scientifiques démontrent que rêvasser est excellent pour le cerveau ? C’est la conclusion à laquelle est arrivée une étude effectuée par l’Université de Colombie-Britannique et dont les résultats ont été publiés en 2009 dans les Actes de l’Académie nationale des sciences (PNAS). Selon des neurologues, experts sur la question, l’activité de nombreuses régions du cerveau augmente lorsque notre esprit vagabonde. Autrement dit, l’errance de l’esprit stimule la matière grise et permet même de trouver des solutions plus facilement à des problèmes complexes. Plutôt encourageant, non ?

Il me reste donc à vous souhaiter de belles vacances… à rêvasser allègrement, puisque c’est bon pour la santé ! Rendez-vous en septembre !

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X