PUBLICITÉ

Mes coups de cœur de l’Italie

28 février 2012 - Par Jean-Sébastien Delisle

Cela fait maintenant longtemps que je ne vous ai pas parlé de fioles dignes de mention offertes dans les succursales de notre société d’État. Alors, sans plus tarder, et à la demande générale, voici quelques vins à ne pas manquer.

De Sicile, le Cerasuolo di Vittora 2009, du producteur Planeta, est élaboré avec la gloire locale nero d’avola et le méconnu frappato, lequel sert le plus souvent à faire du rosé. Un nez intense, bouquet de violettes, puis cerises confites et fraises. Une bouche mûre sans lourdeur, tapissante, qui s’étend sur une finale poivrée et mentholée. J’ai lu dans un guide du vin italien que la Sicile était en voie de devenir la Californie de l’Italie ; je comprends mieux pourquoi. De la maturité comme à Sonoma et une certaine finesse, boisé en moins. Un vin digeste avec de la personnalité.

Si vous aimez ce vin, les autres produits de la maison Planeta vous séduiront également – particulièrement leur suave Passito di Noto 2009. Du muscat en passerillage, c’est-à-dire partiellement séché, sans mutage à l’alcool. Ce produit me fait drôlement penser au célèbre Vin de Constance d’Afrique du Sud. Du grand jus sucré ! C’est miellé, aérien, langoureux, parfumé, rond… une cuvée très sexy !

Poursuivons sur l’Italie, avec une bombe piémontaise. La nouvelle vedette des cépages rouges est très certainement la barbera, qui profite pleinement de la tendance des vins ultra-mûrs et concentrés. Tout cela à cause de son acidité naturelle, qui permet cette grande maturité sans que le vin ne s’alourdisse. Le Barbera d’Alba de Silvio Grasso joue sur un fruit juteux, parfaitement charnu, ce qui met en relief les qualités du cépage. Ici, on ne verse pas dans la complexité, mais dans le plaisir, dans l’immédiat. J’adore ce vin texturé, gorgé de matière, avec beaucoup de soif. Soyez avisés : la bouteille descend –presque – trop vite !

Du même producteur, le Barolo « Pi Vigne » 2006 est une autre valeur sûre. Et à un prix plus que sage pour une appellation si prestigieuse, élaborée avec le capricieux mais ô combien aristocrate nebbiolo. Ne vous laissez pas dérouter par sa couleur quasi orangée : ce vin a du corps et de la matière, avec des tannins serrés, à petits grains. La comparaison avec la Bourgogne semble évidente : produit dans une région plus adaptée aux cépages blancs, de couleur modérée, avec des parfums envoûtants au possible, comme pour les vins de pinot noir bourguignons. On hume la rose, voire la truffe, la boîte à cigare, le bois de santal, avec une touche goudronnée. La bouche est étonnamment ample, à cause du taux d’alcool relativement élevé mais faisant partie du corps du vin. Du très bon vin à très bon prix.

Vous aurez remarqué deux choix de vin par producteur. C’est un truc fort simple pour se laisser tenter par des vins que l’on connaît moins. Si l’on a aimé le travail d’un producteur en particulier, ses autres cuvées risquent fort de nous plaire également, ce qui nous fait découvrir d’autres styles de produits.

  • Cerasuolo di Vittora 2009 - Planeta
  • 10553362 - 23,90 $
  • Passito di Noto 2009 - Planeta
  • 10540406 - 39,50 $
  • Barbera d’Alba - Silvio Grasso
  • 11580080 - 22,40 $
  • Barolo « Pi Vigne » 2006 - Silvio Grasso
  • 11195801 - 47,25 $
PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X