PUBLICITÉ

Prototypes de 1996 : des machines de rêve

6 mai 2021 - Par Luc Gagné

Sur la photo : Alfa Romeo Nuvola

« La mode est une laideur intolérable qu’il faut changer tous les six mois », disait Oscar Wilde. Les constructeurs d’automobiles pensent sans doute de même, puisqu’ils s’évertuent à renouveler leurs produits régulièrement. Mais pour susciter plus d’intérêt et annoncer des tendances en devenir, ils créent des prototypes.

Sur ce chapitre, l’année 1996 fut fertile avec une dizaine de ces véhicules qui préfiguraient de futurs modèles de série ou des technologies nouvelles, souvent sur fond de fantaisie et d’excentricité. C’est que, dans les années 1990, l’automobile était encore reine de la route. Quant à l’absence de créations japonaises, elle tient au fait que, jusqu’au début des années 2000, les constructeurs nippons les réservaient généralement au Salon de Tokyo, une biennale présentée les années impaires.

Alfa Romeo Nuvola

Pour ce concept, Alfa a développé une plateforme modulaire adaptable à différents types de carrosseries. Il a aussi créé le bleu « Nuvola » (nuage en italien) : une peinture multicouche à effet mica donnant à la voiture des reflets irisés et changeants selon la lumière.

Chrysler LHX

Chrysler LHX

Par ses formes fluides et son puissant V6 de 3,5 L et 250 ch, la LHX annonçait la Chrysler LHS 1999, la deuxième génération de cette berline de luxe au style Cab Forward.

Dodge ESX

Dodge ESX

Fruit d’un défi lancé par le président Bill Clinton aux constructeurs pour créer une auto consommant 2,9 L/100 km, l’ESX hybride était dotée d’un tricylindres turbodiesel de 1,8 L logé dans une carrosserie annonçant la Dodge Intrepid 1998.

Ford Indigo

Ford Indigo

Inspirée des bolides d’Indianapolis, l’Indigo avait une carrosserie en fibre de carbone et des portières en élytre. Son V12 central de 6,0 L et 435 ch devait la propulser de 0 à 100 km/h en 4 s et autoriser une vitesse de pointe d’environ 290 km/h. On la faisait démarrer en appuyant sur un bouton, une nouveauté !

Ford Synergy 2010

Ford Synergy 2010

Avec sa carrosserie « New Edge » à 6 places, au Cx de 0,20, et sa motorisation hybride utilisant un turbodiesel de 1,0 L en guise de génératrice pour alimenter des moteurs-roues électriques, la Synergy 2010 annonçait l’auto de 2010, selon Ford.

Mercedes-Benz F200 Imagination

Mercedes-Benz F200 Imagination

Préfigurant à la fois la Classe S de 4e génération et le premier coupé CL, ce concept avait une servodirection électronique, des phares bixénon, un toit vitré électrochromique et des portières en élytre. Ces technologies sont rapidement passées au stade de la production, contrairement à ses rétroviseurs à caméra et au « joystick » qui remplaçait le volant.

Mercedes-Benz AAVision

Mercedes-Benz AAVision

Précurseur de l’utilitaire Classe M, l’AAV Vision annonçait l’entrée de Mercedes-Benz dans l’arène des véhicules utilitaires sport de luxe, créneau aujourd’hui vaste que domine la marque.

Peugeot Touareg

Peugeot Touareg

Ce petit tout-terrain biplace était animé par un moteur électrique logé à l’arrière. Alimenté par une batterie au nickel-métal-hydrure, il entraînait les quatre roues.

Peugeot Asphalte

Peugeot Asphalte

Muni d’un saute-vent et de roues arrière rapprochées, l’Asphalte était un roadster sportif monoplace ou biplace, au choix du conducteur. Fort de 90 ch, son 4-cylindres de 1,6 L autorisait néanmoins une vitesse de pointe de 200 km/h.

Renault Fiftie

Renault Fiftie

Avec son allure rétro, la Renault Fiftie célébrait le 50e anniversaire du lancement de la 4 CV. Premier modèle populaire d’après-guerre lancé par le constructeur français, cette petite voiture était surnommée affectueusement « motte de beurre » !

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 21 septembre au 12 octobre 2021
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ