PUBLICITÉ

SPÉCIAL LEBOURGNEUF : Métamorphose, croissance et équilibre

7 septembre 2015 - Par Gilles Levasseur

Lorsqu’on jette un regard en arrière pour se souvenir qu’en 1981, le centre commercial Les Galeries de la Capitale a été construit au beau milieu de nulle part, force est d’admettre que la métamorphose du secteur Lebourgneuf a de quoi impressionner. Cette évolution s’est même accélérée depuis que l’autoroute Robert-Bourassa s’est étirée vers le nord en boulevard urbain, véritable colonne vertébrale d’un quartier rempli de promesses.

Avec près de 35 000 habitants, le district Neufchâtel-Lebourgneuf est le plus populeux de Québec. Sa démographie a crû de 3,3 % (0,8 % à Québec) depuis 2001, et d’un peu plus de 5 % depuis 2006 ! Selon des données de 2011, le taux de chômage y est d’environ 3 % et le revenu moyen y est 20 % plus élevé que la moyenne municipale. Secteur en pleine effervescence, Lebourgneuf a été particulièrement planifié autour de l’axe Robert-Bourassa, une stratégie qui a favorisé progressivement une croissance et une mixité entre trois pôles fondamentaux : résidences, bureaux, commerces.

L’artère principale du quartier, le boulevard Lebourgneuf. - Photo : Marjorie Roy, Optique Photo.


L’essentielle mixité

Selon le conseiller de ce district au conseil municipal et vice-président du comité exécutif, Jonatan Julien, nulle part ailleurs à Québec on trouve autant d’équilibre entre ces trois vecteurs qui font qu’une zone urbaine est en voie de se suffire à elle-même. « Par conséquent, explique celui qui habite le quartier depuis une décennie, de plus en plus de gens résident, travaillent et consomment dans Lebourgneuf. » Depuis six ou sept ans, la moitié des nouveaux locaux pour bureaux de l’ensemble du territoire de la ville y ont été érigés, les vastes stationnements gratuits y ayant vraisemblablement joué un rôle. Mais alors qu’il n’y a pas si longtemps, la vie se retirait du quartier le soir venu, bon nombre de restaurants ont ouvert leurs portes depuis, de sorte qu’il y a maintenant une vie après la vie des bureaux. Aux yeux du conseiller, la santé économique d’un milieu repose sur cette mixité. « Mieux encore, plus les gens sont en mesure de pourvoir à leurs besoins dans leur quartier, explique-t-il, plus les commerces doivent aller vers eux, d’où la force d’attraction qu’exerce Lebourgneuf sur les entreprises. Peut-on alors s’étonner que les dernières prévisions fassent état d’un potentiel supplémentaire de 1,5 million de pieds carrés pour des bureaux et d’environ 4 000 nouvelles portes sur un horizon d’une décennie ? »

Le quartier Lebourgneuf propose une mixité intéressante entre les résidences, les bureaux et les commerces.- Photo : Marjorie Roy, Optique Photo.


« De plus en plus de gens résident, travaillent et consomment dans Lebourgneuf. »

– Jonatan Julien, conseiller municipal du district Neufchâtel-Lebourgneuf et vice-président du comité exécutif à la Ville de Québec

Favoriser la vie communautaire

Selon Jonatan Julien, le principal défi de l’arrondissement consiste maintenant à mettre en place une synergie pour que s’installe un nombre accru de commerces de proximité, sur de la Morille par exemple. « Un nettoyeur, une boulangerie ou un café sont de petits établissements qui sont plus près du citoyen dans son quotidien — comme on en retrouve sur la 3e Avenue, dans Limoilou — et qui stimulent la vie communautaire. Il faut qu’on favorise cette vie autour d’un pôle comme Loisirs Lebourgneuf, où il se fait un travail exceptionnel, afin de susciter notamment le bénévolat, ce qui amène les gens à mieux se connaître et s’apprécier. En ce sens, la Ville peut y contribuer en fournissant des ressources et en mettant en place des infrastructures appropriées, notamment pour ce qui est des transports. C’est ce que je suggère également aux gens d’affaires : trouvez des moyens de vous rapprocher de votre communauté. »

Une communauté d’affaires dynamique et unie

C’est justement ce qu’a entrepris de réaliser la communauté d’affaires dans Lebourgneuf en prévoyant pour 2016 des activités qui vont réunir des gens qui travaillent dans le secteur et les résidents afin que ceux-ci connaissent non seulement davantage les commerçants, mais qu’ils se félicitent de bénéficier d’un tissu commercial tricoté serré. « Il faut prendre soin les uns des autres ! », clame Danielle Voyer, présidente de AXE Lebourgneuf, un regroupement de gens d’affaires qui a vu le jour en 2012 grâce à une volonté concertée de gens d’affaires désireux de mieux se connaître et d’unir leurs forces. D’ailleurs, l’aiguillon de départ provenait des cinq promoteurs majeurs du secteur. « Nous comptons près de 100 membres entreprises et pas loin de 200 membres délégués, précise Mme Voyer. Nous avons atteint nos objectifs de réseautage et de notoriété du quartier, dont on parle de plus en plus, et nous sommes le seul regroupement d’affaires à vocation communautaire. En effet, nos membres donnent au suivant, au bénéfice d’organismes caritatifs, notamment la Fondation Le petit Blanchon ainsi que le service d’entraide Amélie et Frédérick. »

Le boulevard des Galeries est plus dynamique que jamais. - Photo : Marjorie Roy, Optique Photo.


La coopération en affaires, c’est possible

Alors que la compétitivité amène souvent les entreprises à se concurrencer, la tendance s’inverse au sein de la communauté d’affaires de AXE Lebourgneuf. Le nouveau directeur général de l’organisme, Mario Bédard, trouve formidable de voir les entrepreneurs se serrer à ce point les coudes et oser la coopération. « Par exemple, lors de notre prochain événement gastronomique Platine Desjardins de Charlesbourg le 14 octobre, sept restaurateurs ont mis la main à la pâte pour créer ensemble un événement, illustre M. Bédard. Le thème du cocktail dînatoire en dit long : La coopération en affaires, c’est possible. Et le plus étonnant, c’est que ça vient des gens d’affaires eux-mêmes et qu’une partie de la business découle justement de cette forme de réseautage. À cet effet, nous organisons des déjeuners et dîners-causeries, des dîners réseautage, des visites d’entreprises, des partys de voisins d’affaires, des formations diverses, etc. »

Alors que la compétitivité amène souvent les entreprises à se concurrencer, la tendance s’inverse au sein de la communauté d’affaires de AXE Lebourgneuf.

Des souhaits pour l’avenir ? « Je mise sur l’équilibre, opine Danielle Voyer. Toujours développer en considérant la mixité affaires et résidences, en plus des espaces verts à préserver et d’un avant-gardisme dans l’utilisation des transports alternatifs. En bref, déterminer des moyens de vivre plus nombreux sans sacrifier notre qualité de vie. » Mario Bédard croit pour sa part que « Lebourgneuf peut déjà prétendre éventuellement au statut de véritable centre-ville de Québec, ce qu’il est déjà géographiquement. Il s’agit d’un axe majeur, incontournable. »

Le secteur Lebourgneuf-Neufchâtel en quelques chiffres
  • Habitants : quelque 35 000
  • Démographie : augmentation de 3,3 % depuis 2001
  • Taux de chômage : 3 %
  • Revenu moyen : 20 % plus élevé que la moyenne municipale

 

Une offre de restauration plus qu’intéressante

Plusieurs nouveaux restaurants ont choisi de s’établir dans le quartier Lebourgneuf au cours des dernières années, plus précisément sur le boulevard des Galeries.

Cosmos

Brasserie asiatique Sésame

Houston

Jaja La Pizz

Photos : Marjorie Roy, Optique Photo.


 

 

AXE Lebourgneuf
Les membres du C.A. de AXE Lebourgneuf : Daniel Giguère, trésorier (AXE), Innergex ; Christine Auger, Impact Gestion Immobilière ; Jonathan Poulin, REGAR Gestion Financière ; Manon Lévesque, Caisse Desjardins de Charlesbourg ; Julie L'Heureux, vice-présidente (AXE), Langelier assurances ; Danielle Voyer, présidente (AXE), Bissonnette Communications Impact ; Mario Bédard, directeur général (AXE) ; et Dominique Paradis, Biolistix. Absente sur la
photo : Julie Auger,

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X