PUBLICITÉ

Élections municipales - Les candidats dans le ring

1er octobre 2013 - Par Donald Charette

Le 3 novembre 2013 laisse présager des luttes intéressantes lors des élections municipales à Québec.

 

Si la réélection du maire Régis Labeaume laisse peu de doute – à moins, bien sûr, d'un revirement de l'opinion publique –, beaucoup de postes de conseillers sont ouverts. L'Équipe Labeaume a subi une transformation extrême. En 2009, le parti du maire avait raflé 25 des 27 postes au conseil municipal, mais plusieurs sont partis ou ont décidé de faire autre chose, quand ils n'ont pas été invités à réfléchir sur leur avenir. Le conseil municipal de Québec a subi une cure minceur, passant de 37 conseillers à 27. Ils seront 21 élus le 4 novembre : une première.

Sur ce nombre, l'Équipe Labeaume mise sur une douzaine de nouveaux visages et n'oublions pas que les deux bras droits du maire, François Picard et Richard Côté, ont mis fin à leur engagement en politique municipale.

L'opposition s'est aussi restructurée et a créé un parti, Démocratie Québec, dirigé par un jeune chef, David Lemelin, qui a réussi à regrouper les indépendants Anne Guérette et Yvon Bussières.

Un district à surveiller sera celui de Saint-Louis-Sillery, qui opposera Paul Shoiry et Robert Dinan. L'ex-maire Shoiry (durant 11 ans) affronte un avocat très impliqué localement. S'il est élu, Paul Shoiry fera rapidement ombrage à son chef, qui compte sur un colistier pour entrer à l'hôtel de ville.

Frédéric Poitras, un jeune homme d'affaires, devrait faire la vie dure à Anne Guérette dans le district de Capaux- Diamants. Fait rarissime, des gens d'affaires ont dénoncé publiquement leur représentante, à qui ils reprochent de s'opposer à tout développement.

L' « indélogeable » Yvon Bussières dans Montcalm-Saint-Sacrement a comme adversaire Sébastien Chamberland, restaurateur et président de l'Association des gens d'affaires du quartier.

Nul doute que beaucoup d'observateurs au Québec auront l’oeil sur Laurent Proulx, qui s'est illustré en tenant tête aux carrés rouges lors d'un printemps célèbre. Le candidat du maire affronte Jean Guilbault, qui a claqué la porte du parti et qui se représente dans Cap- Rouge-Laurentien. Le candidat de Démocratie-Québec est Conrad Verret, qui a déjà siégé au conseil municipal.

L'Équipe Labeaume a encaissé un dur coup avec le retrait de François Paulhus, un ingénieur présenté comme une grosse prise et capable de succéder à François Picard. Son remplaçant dans le district du Plateau à Sainte-Foy, Rémy Normand, est un fonctionnaire de carrière qui a mené la réorganisation des services policiers au Québec. Il est vu comme le nouveau Richard Côté.

Le comptable Jonathan Julien (Neufchâtel-Lebourgneuf), secrétaire général de la SIQ (Société immobilière du Québec), a un CV qui en ferait un proche conseiller du maire.

Cette liste n'est pas exhaustive (il faudrait mentionner Natasha Saint- Jean et Anne Corriveau, entre autres), mais elle démontre que les gens de Québec ont devant eux des candidats relativement jeunes, avec un profil marqué du sceau de l'entrepreneuriat.

L’année 2013 aura été une année charnière pour le monde municipal. On a mis au jour ses pires travers. Les électeurs ont une belle occasion de récompenser ceux qui font un bon travail au conseil municipal, tout en y injectant du sang neuf. À vous de vous exprimer !

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 16 novembre au 24 décembre 2019
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X