PUBLICITÉ

Raymond Chabot Grant Thornton - Soutenir l’instinct de la croissance... à l’international

31 octobre 2016 - Par Johanne Martin
SUR LA PHOTO : Mireille Gagnon, première directrice principale ; Mario Morin, vice-président régional ; Gilles Fortin, premier directeur principal ; Jean-François Poulin, associé ; Suzanne Breton, directrice ; et Mylène Tétreault, directrice.

L’instinct de la croissance, Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT) le partage depuis toujours avec ses clients et partenaires. À toutes les étapes d’un projet d’affaires à l’international, l’équipe de RCGT accompagne les entreprises d’ICI afin que celles-ci puissent concentrer leur énergie à assurer leur développement AILLEURS.


Mario Morin
Vice-président et associé

« On le sait, l’économie se porte actuellement très bien dans la capitale. Mais pour qu’une entreprise demeure performante, elle doit continuer à investir… et éviter les pièges. Chez RCGT, grâce à une combinaison d’expertises que nous sommes les seuls à posséder à Québec, nous détenons tous les outils pour accompagner les entreprises à l’international et favoriser leur essor. Notre proximité relationnelle, nos talents et notre connaissance des marchés s’ajoutent à un réseau qui couvre 140 pays, des atouts qui font de nous un incontournable. »


Suzanne Breton
Directrice, stratégie d’affaires et conseils management

« Dès que germe l’idée d’un projet à l’international ou que se présente une occasion favorable, il importe de bien définir la stratégie à adopter. On doit tout mettre en oeuvre pour bien sélectionner son marché, le comprendre et évaluer sa capacité à aller de l’avant. Un diagnostic et une analyse soigneuse des ressources humaines, financières, de la production et de la logistique s’imposent alors d’emblée dans le processus de prise de décision de l’entreprise. Pour relever les défis de l’exportation, on doit se préparer. »


Gilles Fortin
Premier directeur principal aux conseils financiers

« Dans toute démarche de croissance à l’international, les gens ont tendance à sous-estimer les besoins financiers nécessaires. Vient alors un moment où l’argent manque. Bien budgéter son projet revêt donc une importance capitale. Quelles sont les sources de financement possibles ? Laquelle est la plus adaptée à ses besoins ? Quels mécanismes mettre en place pour protéger l’entreprise financièrement ? Toutes ces questions laissent entrevoir les préoccupations qu’un entrepreneur doit avoir. »


Jean-François Poulin
Associé responsable de la fiscalité internationale

« Envisager une croissance à l’extérieur de nos frontières suppose que l’on s’interroge quant à l’organisation de la structure corporative et fiscale à mettre en place. L’objectif est de minimiser le taux d’imposition globale et d’éviter une situation où les activités étrangères accroissent la charge fiscale. Il est impératif de confier la planification fiscale transfrontalière à des spécialistes reconnus pour ce type de questions. RCGT vous proposera un modus operandi transfrontalier qui s’intégrera à vos activités quotidiennes et qui facilitera la croissance de l’entreprise à l’étranger. »


Mireille Gagnon
Avocate, première directrice principale aux taxes indirectes

« À tort, les entrepreneurs croient souvent que parce qu’ils n’ont pas de siège social à l’étranger, ils n’ont pas à se soucier des taxes de vente. Or, la simple présence de représentants (indépendants ou salariés) qui sollicitent la vente de biens aux États-Unis peut obliger une entreprise canadienne à s’inscrire à la taxe de vente américaine. L’expérience nous démontre que les enjeux qui découlent de la taxation peuvent être considérables pour une entreprise. Par exemple, lorsqu’une acquisition est projetée, il s’avère important de procéder à une revue diligente afin de prévenir une transaction qui pourrait s’avérer malheureuse en raison de passifs potentiels en matière de taxes de vente américaines. »


Mylène Tétreault
Directrice en mobilité internationale

« L’aspect humain compte pour beaucoup dans un projet à l’international. Choisit-on d’y envoyer des employés ? Embauche-t-on à l’étranger ? La rémunération, par exemple, doit être juste et équitable pour tous dans l’entreprise. Dans un contexte où les lois sont différentes, comment gère-t-on les charges sociales, le respect des délais dans la production des déclarations de revenus ? Notre rôle, ici, consiste à optimiser le tout, à la fois pour l’employeur et l’employé, tout en tenant compte des ententes qui existent entre les pays. »


Ici comme à l’étranger, l’accompagnement des entreprises fait partie intégrante de la mission de Raymond Chabot Grant Thornton. « Nous appuyons les organisations dans le déploiement de leur plein potentiel stratégique, financier, opérationnel et humain grâce à une équipe multidisciplinaire et à notre approche personnalisée. Chez nous, tout est mis en oeuvre pour que nos gens d’affaires puissent rayonner à l’international », conclut le vice-président et associé, Mario Morin.

POUR TROUVER LE BUREAU LE PLUS PRÈS DE CHEZ VOUS :
877 888-RCGT (7248) | rcgt.com

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Jeudi 27 avril 2017
Du 15 au 30 avril 2017

/ AGENDA

Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X