PUBLICITÉ

La maison de ville de la Cité Verte

8 avril 2014 - Par Frédérick Masson

Pour une résidence urbaine résolument nature

Au cœur de la Cité Verte, un écoquartier unique à Québec alliant à la fois espaces de vie et espaces verts, se cachent de véritables havres de paix. Enveloppée de l’empreinte du développement durable, la maison de ville se transforme au gré des besoins du futur propriétaire à la recherche d’un heureux compromis entre la ville et la nature.

Façade arrière

Complément parfait de l’îlot urbain proposé par le quartier Saint-Sacrement, la maison de ville de la Cité Verte se distingue par son allure contemporaine. L’ajout de volumes et la combinaison de la brique d’argile, du bois et de l’aluminium permettent au caractère linéaire du bâtiment de se métamorphoser. L’harmonie des jeux de couleurs, tout en sobriété, apporte élégance et prestige au bâtiment.

Le souci du détail : Le soufflage surdimensionné des volumes de bois permet à ces derniers d’agir à titre de récupérateur d’air et, ainsi, d’assurer une bonne ventilation du bâtiment. Quant à l’aluminium, ce matériau est récupérable à 100 % à la fin de sa vie utile ; deux aspects non négligeables au sein d’un concept de développement durable, où les technologies de pointe et la protection de l’environnement font, depuis le premier jour, front commun.

  • Construction des maisons de ville : Garoy Construction
  • Coffrage et accessoires de béton : Coffrage LD 

 

Une maison de ville adaptée à vos besoins
D’une superficie totale de 2 580 pieds carrés, la maison de ville du projet la Cité Verte se décline en différentes versions quant à son nombre de chambres, de salles de bains et à l’aménagement de son sous-sol. Le modèle illustré ici compte trois chambres à l’étage ainsi que deux salles de bains. Le rez-de-chaussée dispose pour sa part d’une salle d’eau. Au sous-sol, l’option permettant l’aménagement d’un garage intérieur est choisie par plusieurs, alors que d’autres maximiseront plutôt l’espace habitable en privilégiant l’aspect cosy d’une pièce destinée au cinéma maison ou encore une salle familiale. À terme, 24 maisons de ville s’intégreront à la Cité Verte, là où l’avant-gardisme, la modernité et l’écoresponsabilité vont de pair.
Pour en savoir davantage : citeverte.ca

 

Favorisant une efficacité maximale, la cuisine de type laboratoire joue le rôle de lieu de transition entre le séjour et la salle à manger. Ses deux espaces de travail parallèles, comprenant un îlot surdimensionné avec comptoir de quartz de trois quarts de pouce, en font un endroit de création culinaire inégalé. Les cuistots en devenir trouveront plaisir à y évoluer en raison de l’aménagement visant à minimiser les déplacements et donnant libre accès aux équipements. L’amalgame de couleurs des armoires de merisier ajoute un contraste plus qu’intéressant, alors que l’intégration d’électroménagers en acier inoxydable et le choix des céramiques (au mur et au plancher) viennent adoucir l’habillage de la pièce et en rehausser sa beauté classique.

Le souci du détail : Il suffit parfois d’un petit « je ne sais quoi » pour transformer un lieu de travail en un espace de détente. C’est le cas ici, grâce à l’ajout de quatre tabourets de comptoir, lesquels font de l’immense comptoir l’endroit idéal pour casser la croûte ou prendre l’apéro en bonne compagnie. Que les occupants profitent de la lumière du jour ou encore de l’éclairage tamisé au moyen des suspensions, la chaleur est toujours au rendez-vous.

 

Lieu de discussions animées et de repas entre amis, la salle à manger rime avec luminosité. Généreusement éclairée en raison de l’accès donnant sur la vaste terrasse arrière et du choix de la couleur sur les murs, elle invite à la dolce vita. L’aspect brut de la poutre, amalgamé au plancher de merisier, crée une symétrie intéressante dans la pièce et lui confère une allure à la fois chic et rustique. Le look « chalet urbain » est d’autant plus exploité grâce à la table en bois d’acacia qui trône en reine au centre de la pièce et à la représentation animalière qui fait écho à celle qui habille le salon. La suspension métallisée en forme de sphère, qui s’agence avec les pattes en acier poli de la table, prouve que les styles contemporain et rustique cohabitent très bien.

Le souci du détail : Aménagé à proximité du véritable mur de verre que représentent les immenses portes-fenêtres, le petit bureau, de la même collection que la table à manger, conviendra à de multiples fonctions. Tantôt un appui au service lors des repas, tantôt un lieu de travail, cet espace est aussi pratique qu’esthétique. 

 

Le séjour est synonyme de pureté. Le blanc, jumelé à la luminosité naturelle, bonifie l’impression de grandeur déjà bien maximisée par les plafonds de neuf pieds. La pose d’encastrés au plafond s’inscrit dans cette volonté de dégagement et d’optimisation de l’espace. Très tendance en 2014, la déco « nature » s’exhibe par l’entremise du plancher de merisier, brillamment rehaussé par le sofa d’importation de type sectionnel fait de tissu de couleur foncée, sur lequel repose un coussin de fourrure. Le bois s’exprime de différentes façons, tant par le meuble de coin, très original, que par les pattes de la table de centre. Un tableau animalier aux couleurs agencées vient compléter l’ensemble et rehausse le côté ludique de la pièce.

Le souci du détail : Pour garantir son autonomie en matière de chauffage, la Cité Verte dispose de sa propre chaufferie. Ce réseau de chauffage urbain utilise un sous-produit de l’industrie forestière québécoise, la granule de bois, rationalisant du coup la transformation d’une ressource naturelle tout en ne contribuant pas à l’effet de serre, puisque sa combustion est propre en raison de sa source d’énergie carbone neutre. La présence de grilles au plancher, comme celle que l’on remarque sous la fenêtre principale, permet la transmission de l’air pulsé, assurant le confort de tous lors de la saison froide.

 

La force du bois se transporte à l’étage grâce à un majestueux escalier auquel le fer vient ajouter une touche de robustesse. L’alternance de ces deux matériaux au sein du garde-corps transforme cette voie de passage en pièce maîtresse du décor, tout en éliminant l’effet d’uniformité. Notons aussi la main courante de bois qui, apposée sur le mur blanc, relance l’idée de contraste de façon symétrique.

 

Toutes situées à l’étage, les chambres inspirent la quiétude et le sommeil paisible. Comme les pièces du rez-de-chaussée, la spacieuse chambre principale se distingue par l’effet de contraste entre le plancher de merisier rappelant la terre et les murs blancs créant l’effet d’immensité. Munie d’un grand walk-in et adjacente à la salle de bains principale, la pièce est inondée de lumière grâce à la fenestration abondante.

Le souci du détail : Extrêmement tendance en 2014, le gibier, représenté ici par une sculpture en résine prenant la forme d’une tête de cerf, se veut l’élément de décor central qui, combiné au mobilier et aux accessoires de style rustique chic, personnalise cette élégante pièce.

 

Si deux salles de bains accompagnent les chambres à l’étage, la salle de bains principale fait figure de proue. Sur les carreaux de céramique qui composent le plancher se dresse un meuble avec lavabo intégré, derrière lequel un carrelage ajouté vient créer une dimension supplémentaire. La douche en verre et céramique apporte une légèreté au décor.

Le souci du détail : Superposé au meuble-lavabo et couvrant la majeure partie du mur principal, le très large miroir accroît l’effet de grandeur de la pièce.

 

D'AUTRES PIÈCES DE RÉSISTANCE...

- PHOTOS : Louis Arthur

Une maison de ville dans un environnement des plus écoresponsables :
  • Chauffage urbain permettant une autonomie énergétique ;
  • Milieu de vie convivial favorisant les déplacements piétonniers ;
  • Parc linéaire avec un bassin de rétention au sommet de la falaise ;
  • Site en harmonie avec la nature qui comptera plus de 400 arbres à terme ;
  • Îlot de façade ;
  • Piste multifonctionnelle ;
  • Terminal de matières résiduelles.
  • Accès à une salle d'entraînement et à une piscine intérieure.

 

Un écoquartier bien aménagé

Jardin

Pour la Cité Verte, le groupe IBI/DAA, une firme, qui travaille depuis près de 40 ans dans les domaines de la planification, du développement, ainsi que de l’aménagement urbain et régional, a conçu un jardin ainsi qu’un majestueux bassin, qui sont rapidement devenus des pierres angulaires du secteur. Au printemps s’amorcera, notamment, la réalisation de l’aménagement paysager des façades des maisons de ville, de même que la création d’une bande de transition végétale tenant lieu d’écran visuel et délimitant la portion nord-est de l’écoquartier.

Bassin

« La Cité Verte amène son lot de beaux défis et nous sommes fiers d’y apporter notre expertise », indique Karine Hudon, architecte paysagiste au sein du groupe IBI/DAA. Parmi ses nombreuses réalisations primées et reconnues au fil des ans se trouvent les aménagements de la Fontaine de Tourny, la place de l’Assemblée nationale, les phases 3 à 6 de la naturalisation des berges de la rivière Saint-Charles et le parc Cartier-Brébeuf. Chacune de ces réalisations a remporté un prix d’excellence décerné par l’Association des architectes paysagistes du Canada.

 

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X