PUBLICITÉ

Que le spectacle commence !

24 février 2015 - Par Frédéric Masse

Mon introduction sera courte. Je souhaite laisser la place aux vedettes du Salon : Lamborghini, Ferrari, Maserati, Bentley, Aston Martin, Rolls-Royce, sans oublier la fantastique 918 Spyder de Porsche, la voiture la plus chère jamais présentée au Salon International de l’Auto de Québec. Passionnés de voitures, soyez prêts !

 

PORSCHE 918 SPYDER

La grande vedette du Salon sera certainement la nouvelle 918 Spyder, un modèle hybride produit par Porsche à 918 exemplaires pour le monde entier. La voiture exhibée au Salon vaudrait, selon son propriétaire, pas moins de deux millions de dollars, ce qui en fera la voiture la plus chère jamais exposée à Québec. En fait, même à son prix de base de 845 000 $ US, elle battait tout ce qui a été montré au Salon ! Tout dans ce modèle mène à l’excentricité. Imaginez : la puissance totale combinée du moteur à essence et de deux moteurs électriques est de 887 chevaux. Ça aussi, ça en fait la voiture la plus puissante jamais présentée au Salon de Québec. Et un autre record, celui de l’accélération, avec un 0-100 km/h en 2,6 secondes. C’est fou. C’est démentiel. Je vais vous avouer bien humblement que je n’ai moi-même pas encore approché cette bête nouveau genre. J’ai donc probablement aussi hâte que vous de l’entendre ronronner lorsqu’elle arrivera à Québec. Parce qu’il faut aussi le dire, cette voiture appartient à un propriétaire privé venant de New York nommé Andrew Zalasin, qui nous fait le plaisir de nous prêter sa voiture pour le plus grand bonheur des amateurs de Québec. Passionné d’autos, ce dernier possède déjà une collection enviable et montre, par pur plaisir, sa voiture lors d’expositions diverses.

Une page Facebook a même été créée spécialement pour sa voiture : facebook.com/itswhitenoise918. Ouch.

* Un merci tout spécial à Gabriel Sévigny, de Supreme Customs, et à Jean-Samuel Guay, chroniqueur automobile que vous pouvez lire dans ce guide, pour cette trouvaille. C’est grâce à ces derniers si nous pouvons voir ce véritable bijou. Notez également que j’ai réalisé une entrevue avec le propriétaire de la voiture, M. Zalasin, un véritable passionné de voitures. Vous pourrez la lire sur magazineprestige.com. 

 

LAMBORGHINI AVENTADOR LP 700-4 / ROADSTER

S’il y a une voiture qui pourrait détourner mon regard de la Porsche 918 Spyder au Salon, c’est l’Aventador LP 700-4. Ce qui est encore plus impressionnant, c’est que nous aurons droit non pas à une, mais à deux de ces bêtes italiennes. À près d’un demi-million pièce, et un peu plus pour la version roadster, disons que nous ne sommes pas dans la voiture bon marché, mais plutôt parmi les modèles d’exception. Dotés d’un V12 de 6,5 litres démentiel développant le chiffre magique de 700 chevaux, ces monstres au couple gras de 507 livres-pieds à 5 500 tr/min sont capables d’une vitesse de pointe de 350 km/h et d’une accélération de 2,9 pour le 0-100 km/h (un dixième de plus pour la roadster). Tout dans cette voiture est voué à l’extrême : le moteur ne pesant que 235 kilos, le châssis monocoque en carbone, son rapport poids/puissance de 2,25 kilos par cheval/vapeur, même sa production totale prévue à seulement 2 500 exemplaires. 

LAMBORGHINI HURACAN LP 610-4

La Huracan fera le saut à Québec pour la toute première fois, elle aussi. Plus accessible que l’Aventador, elle est l’entrée de gamme (bien oui…) de la firme de Sant’Agata. À 274 985 $ pièce, disons qu’on a déjà vu plus accessible. Traction intégrale, V10 de 5,2 litres et 610 chevaux, transmission à sept rapports à double embrayage et 0-100 km/h en à peine plus de trois secondes, elle est l’anti-Ferrari 458 Italia par excellence. Belle à en crever, sculpture athlétique, elle succède à la Gallardo. Elle a, en fait, tous les atouts nécessaires pour reprendre le flambeau de ce best-seller italien qui s’est écoulé à plus de 14 000 exemplaires en 10 ans. 

 

ASTON MARTIN VANTAGE / V12

Ceux qui me lisent souvent dans PRESTIGE savent à quel point j’adore les Aston Martin. Leur aura, leurs lignes classiques tout en étant dynamiques, leur prestance toute british en font des voitures excessivement désirables. À Québec, nous aurons la chance d’admirer deux Vantage. Le coupé Vantage (124 798 $, comme celui montré au Salon) avec son V8 de 420 chevaux est la première de ces deux voitures. La seconde est un coupé à moteur V12 (231 922 $, comme celui montré au Salon), une véritable bête dans laquelle on a greffé un moteur de six litres (le même que dans la Vanquish, en fait) qui produit 565 chevaux.

 

BENTLEY CONTINENTAL GT V8 S / GTC SPEED

J’ai eu la chance d’aller visiter Bentley à Crewe, en Angleterre, cet été et, du même coup, d’essayer divers modèles de la marque, dont la Continental GT. Ces voitures grand tourisme ont un charme et un charisme ahurissants. Nous aurons deux de ces beautés sur le plancher du Salon. La première, la GT V8 S, est dotée d’un V8 (500 chevaux), alors que la seconde, un cabriolet ultrapuissant, est équipé d’un W12 (oui, oui, un « W12 » de 567 chevaux). Qu’on prenne le V8 ou le W12, on a droit à la traction intégrale et à une attention à chaque détail qui dépasse l’entendement, du choix des cuirs à celui des boiseries. Offertes à un prix variant de 254 035 $ à 317 224 $ pour les modèles exposés, ces belles bêtes anglaises vous séduiront par leur aplomb et leurs performances. 

 

FERRARI CALIFORNIA T

La T est la seconde itération de la California. Dans son évolution, elle est désormais dotée de turbo (une première depuis la F40, soit dit en passant), d’où l’appellation « T ». Dotée d’un V8 de 3,9 litres biturbo, elle développe la bagatelle cavalerie de 560 chevaux et génère un couple de 557 livres-pieds, un « léger » bond de 70 chevaux et 185 livres-pieds par rapport à l’ancien V8 de 4,3 litres. Offerte à un prix de base de 259 900 $, cette décapotable 2+2 (je ne sais pas où Ferrari voit un +2, mais bon…), qui se veut le produit le plus accessible de la marque italienne, est vouée à une utilisation quotidienne et se veut nettement moins extrême qu’une… hum… certaine Ferrari 458 Italia. Imaginez, elle a même un porte-gobelet ! Le vrai luxe.

 

ROLLS-ROYCE GHOST SERIES II / WRAITH

Qu’on les prenne avec quatre ou deux portes, les Rolls demeurent des Rolls. Soit des voitures immensément aristocrates. Impossible, mais impossible de passer inaperçu derrière leur volant. La Ghost, c’est la petite Rolls. Celle qui, malgré sa taille réduite, demeure plus longue que bien des VUS. La Wraith, c’est la version coupé construite sur la même plateforme et qui, elle aussi, propose des portes qui ouvrent à contresens… des portes avant, cela dit. Vous remarquerez au Salon. C’est toujours un peu étrange de voir une poignée sous le rétroviseur avant. À l’intérieur des deux superbes Rolls, vous trouverez un luxe royal, fidèle à la tradition anglaise, avec, entre autres options, un ciel étoilé de 1 340 fibres optiques censées recréer la Voie lactée. Sous le capot de ces imposantes merveilles, vous trouverez un V12 biturbo de 6,6 litres (ouch !) de 563 chevaux pour la Ghost et 624 pour la Wraith. Leur prix ? 346 009 $ pour la Ghost Series II et 356 760 $ pour la Wraith. Du menu fretin

Je manque d’espace pour vous parler des autres vedettes de cette exposition, mais vous verrez notamment une Maserati Ghibli S Q4, une Lotus Evora S, ainsi qu’une Tesla S. Mais vous aurez amplement de temps pour les admirer lors de votre visite au Salon.

 

 

 

 

 

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X