PUBLICITÉ

Des vins italiens en importation privée

7 juin 2012 - Par Jean-Sébastien Delisle

L’importation privée permet d’avoir accès à des produits distinctifs : des vins d’appellations ou de cépages méconnus, souvent issus de petites productions qui ne pourraient alimenter le vaste réseau de la SAQ. À ce titre, l’Italie est la championne de la découverte !

Avec un million d’Italiens qui vivent, de près ou de loin, du raisin, et avec plus de 500 cépages autochtones qu’on ne trouve pas ailleurs, aussi bien dire que nous n’avons pas fini d’être étonnés par la diversité viticole italienne. La bonne nouvelle, c’est qu’ici, à Québec, la compagnie Les Importations Olea se spécialise dans l’importation de vins italiens. Son propriétaire, Francesco Colarusso, importe depuis 1986 des produits d’alimentation pour l’Épicerie Européenne, adresse de la rue Saint-Jean bien connue des épicuriens. De fil en aiguille, il a repéré des vignerons qu’il a cherché à faire connaître aux amateurs de vins de la ville de Québec. C’est typiquement italien : la bonne bouffe mène inévitablement au bon vin ! Alors, depuis 2003, cette compagnie a ajouté à son portefeuille de bonnes victuailles des vins de la péninsule italienne, de véritables petits bijoux. Aujourd’hui, près d’une vingtaine de vignerons se retrouvent sur le portefeuille de M. Colarusso.

Deux coups de cœur des Importations Olea

D’abord, une trouvaille : un producteur du Val d’Aoste, Feudi di San Maurizio. Cette région viticole, la plus petite d’Italie, propose des vins issus de cépages originaux, à mi-chemin entre ceux retrouvés en Savoie et ceux du Piémont. La cuvée Saro Djablo, dont le nom fait référence à une légende locale apparentée à notre Chasse-Galerie, est un assemblage unique de plusieurs cépages : barbera, freisa, ciliegiolo, dolcetto, gamay et petit rouge. C’est une cuvée texturée, épicée, pleine de relief, dotée d’une structure souple mais pleine, avec cette digestibilité toujours présente dans les vins rouges des régions fraîches. Sans oublier une incroyable polyvalence à table.

Et puis, il y a l’Azienda Nicola di Sipio, qui cultive le raisin dans les Abruzzes. Le Montepulciano d’Abruzzo de ce producteur revisite complètement les possibilités de ce cépage. S’il est vrai que le montepulciano est surtout connu et reconnu comme le champion des cuvées au bon rapport qualité-prix, il faut faire attention aux idées toutes faites ! En effet, lorsque cultivé à petits rendements par des vignerons consciencieux comme di Sipio, il n’a rien à envier à son célèbre voisin, le sangiovese. Ce vin a une grande profondeur, tant pour sa structure tannique étoffée que pour la complexité de sa palette aromatique. Un vin qui se dévoile comme des poupées russes, nous dévoilant à chaque gorgée un peu plus de sa remarquable personnalité.

Pour plus d’informations, visitez le www.olea.ca.

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X