PUBLICITÉ

[FINANCE] Investissement durable : ce que vous devez savoir

17 juin 2022 - Par Olivier B. Ampleman, Financière Banque Nationale

Bien que l’investissement durable occupe de plus en plus d’espace dans les médias et dans l’offre de produits d’investissement au Canada, il demeure méconnu des professionnels de la finance et des investisseurs. Pourtant, que ce soit dans une perspective d’amélioration des rendements ajustés pour le risque ou d’impacts positifs pour la société, tous auraient avantage à mieux comprendre cette forme d’investissement qui gagne en popularité.

Les termes d’investissement « durable », « responsable », ou encore « ESG » – qui signifie environnemental, social et de gouvernance – désignent la pratique d’inclure ces derniers critères dans la sélection de placements et la construction de portefeuilles. Il s’agit d’une évolution parfaitement cohérente de l’investissement dit traditionnel puisque le travail d’un gestionnaire de portefeuille consiste à la fois à maximiser les rendements et à gérer les risques.

Après tout, il paraît clair qu’un investissement dans une entreprise ayant des mauvaises pratiques ESG comporte de nombreux risques : poursuites de parties prenantes, sanctions gouvernementales, pertes de parts de marché en raison de consommateurs plus avertis, entre autres. Les changements climatiques engendrent aussi leurs propres risques pour les différents secteurs industriels.

DES OCCASIONS DE RENDEMENT À LONG TERME

Par ailleurs, il est logique de croire que la transition énergétique en cours offre des occasions de rendements supérieurs à long terme. À mesure que les gouvernements forceront les entreprises à absorber les coûts de leur pollution, par exemple au moyen d’une tarification carbone, celles qui adoptent de meilleures pratiques ou qui offrent des solutions aux problèmes environnementaux verront leurs marges bénéficiaires et/ou leurs ventes progresser par rapport aux autres.

Les investisseurs doivent cependant modérer leurs attentes. Si les études démontrent que les entreprises intégrant la notion de développement durable à leur modèle d’affaires génèrent des rendements financiers supérieurs à long terme, les fonds d’investissement durable connaissent des périodes de sous-performance, comme toutes les stratégies qui divergent des indices classiques. Mais en investissement, qu’il soit durable ou traditionnel, il faut éviter de se laisser distraire par les mouvements des marchés à court terme, positifs et négatifs.

En investissement, qu’il soit durable ou traditionnel, il faut éviter de se laisser distraire par les mouvements des marchés à court terme, positifs et négatifs.

L’IMPACT DU DÉSINVESTISSEMENT

Un enjeu souvent mis de l’avant est celui du désinvestissement, notamment dans le secteur des énergies fossiles, plusieurs investisseurs ne souhaitant pas être associés à ce secteur polluant. Bien que légitime, cette approche par exclusion peut cependant être contreproductive puisqu’une fois qu’un investisseur cesse d’être actionnaire ou créancier d’une compagnie, son influence disparaît. Rien n’empêche alors un autre, moins scrupuleux, de le remplacer.

Si le rationnel derrière ce désinvestissement est la croyance que ce secteur aura ultimement une valeur résiduelle nulle, et que cela n’est pas bien reflété dans les évaluations actuelles, alors cette sous-pondération à des fins de gestion des risques est logique. Toutefois, si le but est d’avoir un impact bénéfique sur l’environnement, alors il est préférable de ne pas quitter la table de discussion et d’engager les compagnies dans un dialogue afin de les inciter à améliorer leurs pratiques ESG.

C’est également pour cette raison que la focalisation grandissante des investisseurs sur l’empreinte carbone de leur portefeuille – une mesure des émissions des gaz à effet de serre (GES) – est problématique. Même si elle est intéressante, et nécessaire pour mesurer la performance et le progrès des entreprises individuellement, elle peut conduire à prioriser la décarbonisation du portefeuille plutôt que celle de l’économie.

Plusieurs investisseurs vont même jusqu’à chercher à créer des portefeuilles carboneutres, ce qui n’est ni pragmatique du point de vue de la construction de portefeuille (puisque cela mène à un manque de diversification), ni souhaitable lorsqu’on réalise que beaucoup d’entreprises offrant des « solutions carbone » produisent d’importantes émissions malgré leur impact global positif.

L’IMPORTANCE DE L’ÉDUCATION

À mesure que l’investissement durable continuera de gagner en popularité, ses impacts s’accroîtront également. En effet, plus les gestionnaires de portefeuille et les propriétaires d’actifs seront nombreux à se préoccuper des facteurs ESG, plus la pression sur la direction des compagnies s’intensifiera pour qu’elles améliorent leur divulgation ESG, puis leur performance, en reliant la rémunération des dirigeants à celle-ci.

Il doit donc devenir la norme, ce qui passe en bonne partie par l’éducation afin d’augmenter rapidement le nombre de professionnels du secteur possédant cette expertise. La plus grande association mondiale de professionnels de la finance, le CFA Institute, vient d’ailleurs de lancer un certificat en investissement ESG à cet effet, qui représente la formation offerte à grande échelle la plus sérieuse pour les professionnels internationaux.

QUE FAIRE COMME INVESTISSEUR INDIVIDUEL ?

Bien sûr, l’investissement durable à lui seul ne sera pas suffisant pour résoudre la crise écologique, mais c’est un pas de plus dans la bonne direction. Si cela vous interpelle, il est important que vous en discutiez avec votre conseiller afin de savoir ce qu’il en pense, s’il s’est éduqué sur le sujet, et comment il l’intègre à la gestion de votre portefeuille. Gardez à l’esprit que comme client, vous avez une influence sur lui, qui à son tour en a une sur les gestionnaires de fonds. À vous de l’exercer pour les inciter à inclure les bonnes pratiques d’investissement durable dans leur processus.

Olivier B. Ampleman détient un certificat en investissement ESG du CFA Institute.

Pour en savoir davantage : fbngp.ca | equipeampleman.ca

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 24 juin au 10 octobre 2022
Du 16 juin 2022 au 16 juin 2023
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ