PUBLICITÉ

Retour vers soi au temps du corona

16 septembre 2021 - Par Annie Fortin, Focus TDL

Que peut-on trouver lorsqu’on ose aller au fond de soi ? J’ai justement entendu parler récemment d’une jeune trentenaire, ingénieure, qui a profité de la pause forcée de la pandémie pour aller à la rencontre d’elle-même. Transformation extrême ! En effet, elle s’est reconnectée à son âme d’artiste, en total porte-à-faux avec le parcours suivi jusqu’alors, fortement influencé par les rêves parentaux. Exit l’ingénierie, elle s’exprimera dorénavant dans ce qui la fait vibrer. Avec tous les changements de vie que cela impose. Mais elle sera plus heureuse.

Autre exemple, celui d’une figure bien connue du monde de la finance, un homme toujours au service d’autrui. En s’intériorisant, il a réalisé que tous ceux et celles pour qui il s’était dévoué n’étaient plus là maintenant qu’il vivait des difficultés. Pause complète dans sa carrière. Il ignore tout de son prochain défi, mais il sait que rien ne sera plus comme avant, car il a décidé de se choisir avant tout. Quant à cette mère au foyer qui préparait des repas-maison, sa réflexion a eu l’effet inverse, en la poussant à terminer ses études universitaires et se positionner dans le milieu des affaires, dans le domaine qui l’a toujours attirée.

Chacune de ces personnes s’est permis le cadeau de se poser les vraies questions et y répondre. Qui suis-je réellement ? Qu’est-ce que je veux vraiment dans la vie ? Comment, avec mes talents, puis-je apporter ma contribution ? Combien de gens vont jusque-là ? Bien peu, selon ce que j’observe. D’abord, le feu roulant de nos vies trépidantes fait tout pour nous en éloigner, nous empêchant de trouver le temps de prendre le temps… Moi la première, sans pandémie, j’aurais continué mes semaines jusqu’à 90 heures et mes trois soirs de réseautage, et foncer sans me questionner. Tout cela est maintenant définitivement derrière moi. Mon agenda hebdomadaire comporte désormais une précieuse plage de deux heures pour observer ma vie, pour connecter avec mon essence. Je veux travailler à des heures normales et côtoyer des gens — des clients — avec qui je me sens bien, avec qui je partage quelque chose d’agréable et constructif. Quitte à réduire mon revenu.

Qui suis-je réellement ? Qu’est-ce que je veux vraiment dans la vie ? Comment, avec mes talents, puis-je apporter ma contribution ? Combien de gens vont jusque-là ? Bien peu, selon ce que j’observe.

Choisit-on pareil questionnement que nous nous heurtons à la peur de tout ce que nous pourrons découvrir en soi, et surtout, de ce que ça exigera en termes de changements. Et que dire de la réaction des proches, de l’entourage personnel, professionnel ? Que vont penser les gens ? Ce genre d’exercice requiert courage, lucidité, humilité. Constater que nous avons longtemps erré à côté de notre X s’avère une prise de conscience majeure, réservée à une élite de convaincus. Quand on se trouve, la conviction repose essentiellement sur des valeurs intérieures profondes, peu sujettes aux influences externes. Souveraineté.

Bref, ce bouleversement mondial semble avoir ébranlé les colonnes du temple de l’emploi, si l’on en croit quelques études. Celles-ci évaluent à 3-4 personnes sur 10 le nombre de travailleurs qui songent à quitter leur emploi cette année ou à en dénicher un autre. En avril seulement, selon une compilation du Département du Travail des États-Unis, plus de quatre millions de personnes ont laissé leur poste, un record.

J’invite les personnes à s’accorder ce genre de pause pour s’interroger sur la place qu’elles occupent ici et maintenant dans ce monde. Des surprises vous attendent, mais aussi déstabilisantes soient-elles sur le coup, celles-ci sont toujours une promesse d’harmonie.

Pour en savoir davantage : focustdl.com

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 7 au 30 octobre 2021
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ