PUBLICITÉ

Six conseils pour bien préparer votre retraite

3 décembre 2020 - Par - Magazine PRESTIGE -

Sur la photo : Sandra Larouche, MBA, planificatrice financière et représentante de courtier en épargne collective chez Banque Scotia.

La retraite : nous savons tous qu’elle se pointera un jour le nez, mais y sommes-nous tous bien préparés sur le plan financier ? Pour vous permettre de profiter pleinement de cette période de la vie sans soucis, voici les conseils avisés d’une experte en planification financière de la Banque Scotia, Sandra Larouche.

1. Abordez ouvertement le sujet

« Les Canadiens n’ont jamais vécu si longtemps ; leur retraite peut durer entre 20 et 30 ans, voire plus », mentionne d’entrée de jeu Mme Larouche. Discuter de vos projets avec vos proches et élaborer un plan pour les soins et le soutien que vous recevrez un jour atténuera l’incertitude quant à l’avenir.

« Les Canadiens n’ont jamais vécu si longtemps ; leur retraite peut durer entre 20 et 30 ans, voire plus. »

2. Mettez de l’ordre dans vos affaires financières

Déterminez quel sera votre revenu annuel (provenant de l’épargne-retraite, des placements, des revenus de propriété, des prestations des régimes d’État et du régime de retraite d’un employeur) et le rythme auquel ces sources s’épuiseront au fil des ans. « Pour ce faire, j’effectue une analyse des flux de trésorerie et des revenus de retraite, explique la planificatrice financière. Les résultats permettent ensuite, au besoin, d’apporter les modifications au mode de vie ou aux stratégies de revenu. »

3. Déterminez votre revenu de retraite

« Si vous prévoyez recevoir un revenu d’un régime de retraite, déterminez à quel moment vous commencerez à toucher des prestations ainsi que le montant auquel vous avez droit, poursuit Sandra Larouche. Confirmez le montant que vous prévoyez recevoir du Régime de rentes du Québec (RRQ), ainsi que de la Sécurité de la vieillesse (SV). Vous serez alors en mesure de prendre une décision éclairée quant au moment où vous commencerez à toucher vos prestations gouvernementales. » En effet, reporter le versement de la RRQ ou de la SV pourrait être avantageux et accroître le montant des prestations.

4. Fractionnez votre revenu avec votre conjoint

Si l’un des deux conjoints est imposé à un taux marginal moins élevé que l’autre, le fractionnement du revenu de retraite admissible pourrait réduire le fardeau fiscal du ménage et estomper la réduction des prestations de la Sécurité de la vieillesse.

5. Continuez de cotiser à votre REER

Si vous gagnez toujours un revenu à la fin de l’année où vous célébrez votre 71e anniversaire de naissance, vous pourriez cotiser à votre REER. « Le REER doit être converti en un FERR ou en une rente avant la fin de l’année au cours de laquelle vous atteignez 71 ans, précise l’experte. Le retrait minimal du FERR augmente chaque année en fonction de l’âge, mais il est possible d’en calculer le montant en utilisant l’âge du conjoint. Si votre conjoint est plus jeune que vous, le retrait minimal du FERR pourrait être réduit. »

6. N’oubliez pas le CELI

« Les sommes que vous versez à votre CELI proviennent de votre revenu après impôts et ne sont pas considérées comme un revenu imposable lorsque vous les retirez. Les retraits d’un CELI n’ont aucune incidence sur l’admissibilité à des prestations ou à des crédits du gouvernement fédéral qui dépendent du revenu, comme le crédit de TPS, la Sécurité de la vieillesse ou le supplément de revenu garanti », conclut Sandra Larouche.

Pour en savoir davantage : [email protected] | 418 717-9770

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ