PUBLICITÉ

Un pittoresque coin de notre Vieux-Québec

18 juin 2020 - Par Jean-Marie Lebel, historien

© Photos : Fonds Daniel Abel

On a beau voyager, on ne retrouve point le Vieux-Québec à Saint-Malo en France, ni à Bristol en Angleterre et non plus à Boston aux États-Unis. Et pourtant, on a souvent l’impression qu’il y a un peu de chacun des vieux quartiers de ces villes dans notre Vieux-Québec, qui est fait d’adoptions, d’adaptations, de mutations.

Aux abords de la rue des Remparts s’étirent de vieilles rues de ce que l’on appelait « le Quartier latin », car s’y trouvent le Séminaire et l’Université Laval. Ces rues ont gardé leurs aspects du 19e siècle, souvent même du 18e siècle. C’est d’ailleurs le cas à la fourche des rues Hébert et Monseigneur-De Laval, où une vieille maison s’avance comme une proue de navire.

Ce que nous rappelle la rue Hébert

Cette vieille maison a sa façade principale rue Hébert. Les enfants de la maisonnée ne pouvaient s’amuser dans la cour arrière, car il n’y en a point. C’est sur la rue Monseigneur-De Laval que donne la façade arrière. Et du côté ouest, la maison a un mur mitoyen avec une autre vieille maison. Dans ce Vieux-Québec où chaque parcelle de terrain fut occupée, il y a d’autres maisons qui furent construites dans les angles aigus de la rencontre de certaines rues. On n’a qu’à penser à la vieille pharmacie Livernois. Le nom de la rue Hébert rappelle qu’elle fut tracée sur la terre que Louis Hébert et sa famille habitèrent à compter de 1617, au temps de Champlain.

Ce que nous rappelle la rue Monseigneur-De Laval

C’est Guillemette Hébert, la fille de Louis, qui céda à l’évêque François de Laval une bonne partie de la terre familiale afin qu’il puisse y édifier son séminaire. Il avait fondé cette institution en 1663. Ce n’est qu’un siècle plus tard, au lendemain de la Conquête, que furent lotis, dans ce que l’on appelait « l’enclos du Séminaire », les terrains des rues Saint-Georges et Laval, devenues plus tard nos actuelles rues Hébert et Monseigneur-De Laval. C’était au-delà des beaux jardins à la française du Vieux Séminaire.

Des maisons de ces deux rues, qui remontent aux années 1780, ont été préservées jusqu’à nos jours. Et comme à la lointaine époque du gouverneur Dorchester, on entend encore dans ces rues les sonneries de l’angélus de la cathédrale et les cris des élèves du Petit Séminaire.

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 16 juin au 21 août 2022
Du 10 juin au 5 septembre 2022
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ