Recherche

Au royaume de la fantaisie

18 juin 2024 | Marie-Josée Turcotte

Au royaume de la fantaisie

Le moins que l’on puisse dire de cet hôtel situé au cœur du Vieux-Québec, c’est qu’il est « particulier » à tous les égards. À l’opposé des grandes chaînes hôtelières standardisées se trouve cet établissement au design absolument unique en son genre, né de l’imagination foisonnante de son hôte. Bienvenue dans l’univers fantaisiste de Monsieur Jean.

MONSIEUR JEAN – HÔTEL PARTICULIER

« Je voulais proposer un hôtel qui soit différent, un lieu qui possède une aura », explique d’entrée de jeu Jean Campeau, copropriétaire de l’hôtel avec son épouse, Geneviève Marcon, et leurs deux enfants, Benjamin et Joséphine. Même pour l’entrée de l’hôtel, il fallait se distinguer en créant ce grand mur bleu à l’effet miroitant au sein duquel se trouve le discret accès vers le lobby. Déjà, l’originalité de cette proposition séduit, mais c’est en s’aventurant au-delà de cette porte que débute le voyage au pays des merveilles.

CRÉER LA MAGIE ET LE SOUVENIR INDÉLÉBILE

Il faut un certain temps, tellement les moindres détails ont leur importance, pour bien assimiler tous les éléments qui composent l’accueil et les espaces communs de l’hôtel Monsieur Jean regroupés au rez-de-chaussée. Le but avoué du cofondateur : attirer l’attention de multiples façons en proposant un design à la fois moderne, feutré et éclaté, dynamisé par une profusion de textures et de couleurs vivifiantes, et accentué par des éléments décoratifs pour le moins étonnants. « L’une de mes idoles est l’Américain Ian Schrager, le cofondateur du Studio 54 à New York, devenu un grand concepteur d’hôtels- boutiques qui ont laissé leur marque, confie Jean Campeau. Il aimait ajouter de la fantaisie dans ses projets (en collaboration avec le réputé designer français Philippe Starck); j’y ai trouvé une source d’inspiration. »

À titre d’exemple, le mur de miroirs avec des projections, les aires publiques plafonnées d’un ciel étoilé, les œuvres d’art audacieuses et l’ameublement dessiné sur mesure par Jean Campeau lui-même, qui fut d’abord designer avant de devenir promoteur immobilier pour GM Développement et hôtelier. Impossible, par ailleurs, de ne pas remarquer cette causeuse multicolore qui « grimpe » sur le mur. Autre détail distinctif : cette machine distributrice d’anecdotes « qui invite à imprégner un souvenir heureux de votre passage chez Monsieur Jean », précise Benjamin Campeau, copropriétaire de l’hôtel avec sa famille.

CRÉER LES LIENS

Les aires communes de l’hôtel comptent également un espace bibliothèque à la fois enveloppant, sophistiqué et ludique; le lieu par excellence pour s’amuser autour d’un jeu de société ou s’offrir un moment de lecture apaisante.

Depuis peu, l’hôtel particulier a aussi bonifié le plaisir en ajoutant à son offre le nouveau salon à cocktails Le Bijou, un espace tout aussi dépaysant par sa déco que par son menu, tous deux éclectiques. De l’espace lounge digne d’un hôtel d’époque aux banquettes conviviales en passant par les tables hautes offrant une vue imprenable sur la vie trépidante du Vieux-Québec : il n’y a pas meilleur endroit pour savourer un cocktail raffiné accompagné de bouchées inspirées de la cuisine du monde. « Et ce lieu est ouvert à tous les gens de Québec », précise M. Campeau, qui aime recevoir avec panache.

SANS OUBLIER LE CONFORT

Le cachet unique de l’hôtel se décline également dans le design des chambres, suites et studios regroupés sur six étages. Ici, on joue sur les contrastes. Autant les éléments du décor sont-ils colorés et, encore une fois, d’une audace sans conteste (comme ces miroirs de forme inédite dans les salles de bain où l’on trouvera également un petit canard pour le bain), autant les espaces sont-ils aérés et lumineux grâce à la grande fenestration. Parmi les facteurs qui rendent cet endroit triplement attrayant : toutes les chambres sont dotées d’un très grand lit, d’une cuisinette et d’une douche italienne, certaines proposent même une terrasse avec foyer au gaz naturel; une denrée rare dans le Vieux-Québec. Afin d’exploiter cette formidable vue extérieure, les propriétaires caressent le rêve d’installer une terrasse sur le toit de l’hôtel; un rêve qui, espérons-le, deviendra vite réalité !

Pour vous laisser transporter au royaume de la fantaisie, rendez-vous au 2, rue Olivier-Pierre-Chauveau, à l’intersection de la rue Saint-Jean.

rêver

Gérer le consentement