PUBLICITÉ

Bentley - 100 ans de luxe et de puissance

13 septembre 2019 - Par Luc Gagné

Photos : © Bentley

Walter Owen Bentley, un entrepreneur londonien, se lance en affaires en 1919. Il souhaite construire la meilleure auto combinant luxe et puissance. Rapidement, ses créations acquièrent une réputation enviable émaillée des victoires remportées aux 24 Heures du Mans, de 1924 à 1930. Symbole du nec plus ultra, sa marque perdurera malgré une reprise par Rolls-Royce en 1931, Vickers en 1980, puis Volkswagen en 1998. Et cette année, c’est dans le faste qu’elle a célébré son centenaire.

JPEG - 444.3 ko
JPEG - 347.4 ko
JPEG - 285.2 ko
JPEG - 223.8 ko

EXP 100 GT : la Bentley de demain

JPEG - 914.5 ko
EXP 100 GT
JPEG - 195.4 ko
JPEG - 313.6 ko
JPEG - 326.7 ko

Pour souligner dignement son centenaire, en juillet dernier, Bentley a dévoilé l’EXP 100 GT, une imposante voiture concept incarnant la mobilité durable en 2035. Sa conception mise donc sur des matériaux comme du bois de marais vieux de 5 000 ans, une peinture faite à partir de balles de riz recyclées, un textile similicuir 100 % naturel, des tapis en laine provenant de fermes britanniques et des surfaces intérieures en coton brodé. Quatre moteurs électriques la propulsent de 0 à 100 km/h en 2,5 secondes et lui permettent de parcourir 700 km. Faite en fibre de carbone et en aluminium, sa carrosserie a deux portières longues de 2 m, qui pivotent vers l’extérieur et le haut pour faciliter l’embarquement... et épater la galerie en s’élevant à près de 3 m !

JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 586 ko
JPEG - 302.7 ko
JPEG - 312.5 ko

La Corniche 1939 renaît

JPEG - 801 ko
Corniche 1939
JPEG - 198.2 ko
JPEG - 205.6 ko
JPEG - 498.4 ko

La Corniche est un modèle mythique. Dotée d’un châssis de Mk V allégé et d’une carrosserie au design aérodynamique avant-gardiste, elle devait faire ses débuts aux salons de Paris et de Londres en octobre 1939. Cette année-là, un accident lors d’essais routiers en France changea le programme. Son châssis fut retourné en Angleterre pour être réparé, mais la carrosserie resta coincée à Dieppe lorsque les hostilités opposant l’Allemagne et l’Angleterre débutèrent. Elle fut détruite lors d’un raid aérien. À l’approche du centenaire, Adrian Hallmark, le PDG de Bentley, a demandé qu’elle soit reconstruite. Le projet a été confié à Mulliner, le carrossier maison qui réalise depuis les années 1970 des voitures exclusives pour la famille royale et des collectionneurs. Puis, en septembre 2019, 80 ans plus tard, la Corniche a fait ses débuts londoniens à l’exposition Salon Privé.

JPEG - 356.4 ko
JPEG - 337.2 ko
JPEG - 387.7 ko

The Bentley Centenary Opus  : un investissement littéraire

JPEG - 711.3 ko
The Bentley Centenary Opus
JPEG - 240.9 ko
JPEG - 322.1 ko
JPEG - 328.2 ko

Pour faire durer le souvenir de son centenaire, Bentley a commandé un somptueux livre historique à l’éditeur britannique Opus. Intitulé The Bentley Centenary Opus, cet ouvrage de 780 pages relié à la main mesure 45 x 45 x 15 cm et pèse 30 kilos. Ce serait le plus volumineux ouvrage consacré à une marque jamais produit ! Parmi les trois versions à tirage limité offertes, rien n’égale la 100 Carat. Tirée à sept exemplaires (un par continent), elle coûte 200 000 £ (environ 325 000 $) et se distingue par les 100 carats de diamant décorant sa couverture, sur laquelle repose un écusson ailé de la marque, fait d’or blanc ou de platine, au goût de l’acheteur.

JPEG - 1 Mo
Walter Owen Bentley, créateur de la marque.

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X