Recherche

[40e SALON INTERNATIONAL DE L’AUTO DE QUÉBEC] Les 100 ans de la Corporation Mobilis : que d’évolution !

24 février 2023 | Gilles Levasseur

[40e SALON INTERNATIONAL DE L’AUTO DE QUÉBEC] Les 100 ans de la Corporation Mobilis : que d’évolution !
Sur la photo : Secteur des concessionnaires automobiles, boulevard Charest.
Source : Ville de Québec.

L’histoire de l’automobile à Québec est passionnante ! Et que dire de celle de tous ces artisans qui y ont contribué depuis l’Association des marchands d’automobiles de Québec fondée en 1923 jusqu’à l’actuelle Corporation Mobilis. Brève rétrospective des grandes étapes qui ont marqué son évolution.




À Québec, le tout premier véhicule automobile est acquis en 1897 par le Dr Henri Casgrain. Trois roues, un moteur de deux chevaux, et une vitesse maximale de 30 km/h ! Fabuleuse invention qui suscite l’indifférence au début, voire méfiance et crainte, car le bruit des moteurs effraie notamment les chevaux. Néanmoins, le nombre d’utilisateurs s’accroîtra par la suite, mais les chemins de terre battue font obstacle; il faudra entretenir les voies carrossables. Le concept du marchand spécialisé dans l’automobile apparaît vers 1910. Les commerçants vendent alors plusieurs marques, et l’absence de parcs de stationnement les oblige à garer les véhicules dans les rues et à les immatriculer.


Le tout premier véhicule automobile à Québec, acquis en 1897 par le Dr Henri Casgrain.
Source : Guy Thibault



Le bruit des moteurs effrayait les chevaux.
Source : Guy Thibault



En raison de la proximité du chemin de fer, les concessions se concentrent dans le Vieux-Québec et la Basse-Ville. Le 2 février 1923, l’Association des marchands d’automobiles de Québec voit le jour à l’initiative de messieurs Joseph De Varennes, Alfred Wade, Léo Légaré et Maurice Lavigueur. Le krach boursier de 1929 stoppe net la croissance de l’automobile; l’industrie réduit sa production. Plusieurs concessionnaires de la ville ferment boutique. L’industrie repart toutefois de plus belle en 1940 : près d’un citoyen sur 10 possède une voiture. En 1953, un comité de recrutement est mis sur pied au sein de l’association; des concessionnaires de plusieurs régions répondent à l’appel, triplant ainsi le nombre de membres, une augmentation qui se poursuivra par la suite. Puis on assistera aux bouleversements dus à la crise du pétrole au début de la décennie suivante ainsi que l’entrée en scène de fabricants japonais et coréens. En 1981, l’association change de nom et devient la Corporation des concessionnaires automobiles de la régionale de Québec (CCARQ). Celle-ci s’implique notamment dans la formation des apprentis pour assurer une relève de qualité dans l’industrie.

À la suite d’une pause due au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le Salon de l’auto renaît en 1982 et connaît un franc succès. Cet événement privé aura lieu à deux reprises avant que la Corporation ne le rapatrie trois ans plus tard, attirant un nombre record de visiteurs. En partie grâce à cette annuelle, la crédibilité de la Corporation ne cessera de grandir. Début 1990, les concessionnaires de camions lourds se joignent à la Corporation tandis que les membres continueront de développer un esprit d’appartenance au groupe. Une première campagne publicitaire est lancée en 1996 pour mettre le secteur automobile en valeur. Puis le Salon de l’auto emménage en 1998 dans le nouveau Centre de foires, bénéficiant de beaucoup plus d’espace qu’au PEPS.


Le Salon de l’Auto de Québec en 1989.



C’est en 2009 que la Corporation crée la Fondation Mobilis afin de venir en aide aux personnes, familles et associations ayant des besoins liés à la mobilité. En 2013, la CCARQ modifie son image et devient la Corporation Mobilis. Un tout nouveau site Internet voit le jour dans la foulée, et le nouveau directeur général met en priorité les relations avec les partenaires de l’industrie. De nouveaux services sont organisés, dont un dédié aux ressources humaines en 2016 afin de répondre aux besoins de l’industrie en matière de main-d’œuvre. Par la suite, le Salon international de l’auto de Québec s’affirmera comme étant l’événement familial de la Relâche, le plus couru des salons de l’auto au pays au prorata de sa population. Annulé à deux reprises durant la pandémie, l’événement s’est virtualisé en devenant le Mois du Salon de l’auto.


La Corporation Mobilis est désormais le promoteur unique du Salon du véhicule électrique de Québec.



Dans la dernière décennie, la Corporation Mobilis n’a cessé de se renouveler, en ajoutant notamment à ses initiatives l’organisation des salons du camion lourd et du véhicule électrique. Elle est également gestionnaire de l’Association des commerçants de VR du Québec, organisant les salons de véhicules récréatifs de Québec et de Montréal.

« L'industrie automobile, forte d’un chiffre d’affaires de plus de 5 milliards de dollars et de près de 6 500 employés, représente un apport économique indéniable. Les concessionnaires de la grande région de Québec contribuent à la collectivité en retournant près de 330 000 millions de dollars via les différents paliers gouvernementaux. De plus, conclut le chef de la direction de la Corporation Mobilis, Charles Drouin, être présent alors que notre organisation atteint un siècle d’existence est pour moi un réel privilège. »


Pour en savoir davantage sur la Corporation Mobilis






rêver

Gérer le consentement