Recherche

[FEMMES D’AUDACE] Impact Gestion immobilière et Drolet Construction – Deux perles pour l’Édifice Rubis

4 mai 2023 | Gilles Levasseur

[FEMMES D’AUDACE] Impact Gestion immobilière et Drolet Construction – Deux perles pour l’Édifice Rubis
Sur la photo : Christine Auger, vice-présidente et associée chez Impact Gestion Immobilière, et Catherine Hamel, coordonnatrice construction et associée chez Drolet Construction. ©Marjorie Roy, Optique Photo

En décembre prochain, un nouvel immeuble fera partie du décor d’affaires de la rue du Blizzard, dans le bouillonnant secteur Lebourgneuf. L’édifice Le Rubis s’ajoutera ainsi aux autres immeubles érigés ces dernières années sous la coordination de l’équipe d’Impact Gestion immobilière. Pour mener à bien ce projet, deux jeunes femmes d’audace qui ne craignent nullement les défis. Portraits de Christine Auger, vice-présidente et associée chez Impact Gestion Immobilière, et Catherine Hamel, coordonnatrice construction et associée chez Drolet Construction.



Tombée toute petite dans la potion entrepreneuriale



Lorsqu’on a grandi dans une famille d’entrepreneurs, il n’est pas surprenant d’en arriver à évoluer à son tour dans le milieu des affaires. Christine Auger a vu le jour en 1986, l’année où son père Jacques fondait l’entreprise de transport qui porte son nom, dont les camions-citernes sillonnent nos routes pour transporter des produits pétroliers et chimiques, et maintenant même du lait. Christine est partenaire depuis un an avec sa sœur et son frère, Andréanne et Marc-Antoine, qui ont pris la relève et la direction de l’entreprise. Elle siège au conseil d’administration sans toutefois être impliquée dans les activités quotidiennes.

Si elle a ressenti assez tôt l’appel entrepreneurial, Christine n’envisageait pas de travailler dans ce secteur d’activité. « En fait, je souhaitais être professeure d’anglais, raconte-t-elle. À 19 ans, je suis donc partie vivre à Calgary pour y apprendre l’anglais et étudier. À cette époque, le marché de l’immobilier connaissait une flambée de la valeur des condos. Après quelques mois là-bas, j’ai souhaité en acquérir un, et mon père a accepté de me consentir un prêt pour la mise de fonds. Un an plus tard, après l’avoir rénové, je l’ai vendu avec profit. C’est à ce moment que j’ai eu ma première piqûre pour l’immobilier. À mon retour d’un voyage solo qui a duré quatre mois en Australie, en Nouvelle-Zélande et aux îles Fidji, je me suis inscrite au bac en administration des affaires, profil gestion urbaine et immobilière, à l’Université Laval. Mon objectif était devenu limpide : être un jour propriétaire d’immeubles. »



« Notre structure laisse beaucoup de liberté à nos employés et leur sentiment d’appartenance est tellement fort que lorsqu’il arrive des événements, ils agissent comme si c’était chez eux. » - Christine Auger, vice-présidente d’Impact depuis 2018.


Pendant ses études, Christine travaille à la Ville de Québec, puis est recrutée à temps partiel par Yves Fiset chez Impact Gestion Immobilière pour y exécuter de la saisie de données, un poste modeste, mais qui la rapproche de son but étant donné que l’entreprise est propriétaire de ses immeubles résidentiels et commerciaux. Quelques mois plus tard, elle accepte le poste de gestionnaire pour les immeubles à bureaux. « C’était le début d’une longue aventure ! » Vice-présidente d’Impact depuis 2018, Christine se dit très fière de son équipe. « Notre structure laisse beaucoup de liberté à nos employés et leur sentiment d’appartenance est tellement fort que lorsqu’il arrive des événements, ils agissent comme si c’était chez eux. »

Mère de deux fillettes de 7 et 9 ans, Christine mord à belles dents dans la vie avec son conjoint. « On est passionnés de voyages, de vélo de montagne, surf, kitesurf, planche à neige, camping, plein air et autres activités, disons qu’on est intenses ! Et mon compagnon de vie m’est d’une aide précieuse pour arriver à tout concilier. »


Une insatiable curiosité pour tout depuis toujours !



Dès son tout jeune âge, Catherine Hamel se demandait pourquoi ses parents avaient recours à des spécialistes pour réparer des choses à la maison au lieu de le faire eux-mêmes. Elle se disait que lorsqu’elle aurait une résidence, celle-ci n’aurait aucun secret pour elle. À l’aube de ses études collégiales, son désir premier était d’être dentiste, mais des problèmes de dos l’en ont dissuadée. Son insatiable curiosité l’a plutôt aiguillée vers la mécanique du bâtiment. « Pendant trois ans, raconte-t-elle, j’ai été la seule fille parmi un groupe de gars à étudier tout ce que les cloisons dissimulent. J’ai adoré ça ! Aucun problème avec l’omniprésence masculine, au contraire je trouvais facilement des coéquipiers pour les travaux de groupe, ajoute-t-elle en souriant. Ma capacité d’organisation complétant bien leur dextérité manuelle, j’ai alors compris qu’hommes et femmes ont leur place sur les chantiers de construction, dont j’apprécie grandement le franc-parler, car j’aime aller droit au but. »



« Aucun problème avec l’omniprésence masculine, au contraire je trouvais facilement des coéquipiers pour les travaux de groupe. Ma capacité d’organisation complétant bien leur dextérité manuelle, j’ai alors compris qu’hommes et femmes ont leur place sur les chantiers de construction, dont j’apprécie grandement le franc-parler, car j’aime aller droit au but. » - Catherine Hamel, coordonnatrice construction et associée chez Drolet Construction.


Sa première expérience de travail en construction remonte à ses 17 ans alors qu’elle effectuait de la conception en ventilation pour SNC Lavalin. La flamme pour l’action des chantiers a été attisée lors d’une visite avec un collègue. On l’a alors orientée vers le génie de la construction pour quatre ans d’études à l’École de technologie supérieure de Montréal. « Je découvrais la structure, l’architecture, l’aménagement extérieur, explique Catherine, bref tout pour apprendre à coordonner les spécialités, comprendre le vocabulaire et les enjeux d’un chantier. J’ai complété par une année d’études à l’Université libre de Bruxelles pendant laquelle mon conjoint et moi avons exploré plus d’une dizaine de pays. »

En 2014, à seulement 22 ans, Catherine est embauchée comme ingénieure chez Drolet Construction, dont elle avait entendu parler de l’excellente réputation. « Avide de connaissances et d’expériences, j’acceptais tous les défis, dit-elle. Depuis trois ans, je suis associée au président Marc Drolet et coordonnatrice construction; à ce titre, je m’assure du démarrage et de la fermeture de tous les projets. » Trois autres membres complètent l’équipe d’associés : Alexis Drolet, fils du fondateur (vice-président), Pierre-Luc Morency (surintendant) et Maxime Gaignard-Parent (directeur financier), dont les forces sont complémentaires. Cette relève a été un moteur d’expansion, nous partageons les mêmes valeurs, c’est génial de travailler avec des gens aussi dévoués et compétents, ainsi qu’avec Christine d’Impact Gestion, avec qui nous collaborons depuis plus de 25 ans. En effet, nos partenariats d’affaires expliquent aussi notre succès. »

Aussi sportive que Christine, Catherine est ambassadrice de l’Ordre des ingénieurs du Québec et anime des activités pédagogiques dans des classes de secondaire 3 dans le but d’intéresser les jeunes femmes au secteur du génie, sous-représenté avec seulement 10 % de présence féminine. Elle est aussi ambassadrice de la YWCA depuis quatre ans, une cause qui lui tient beaucoup à cœur étant donné qu’elle est mère de trois fillettes âgées entre 2 et 6 ans. « L’année dernière, j’ai eu le privilège de réaliser un projet d’autoconstruction alors que mes filles ont multiplié les questions, comme je le faisais à leur âge. J’ai donc pu leur transmettre à mon tour ma passion pour le bâtiment; elles en ont déjà tiré des leçons concrètes qui leur serviront toute leur vie, notamment le fait que les efforts sont récompensés par un beau résultat et une grande fierté. »

________________________________________________________________

L'ÉDIFICE RUBIS



L’art de répondre aux besoins des locataires



Neuvième immeuble commercial d’Impact Gestion immobilière, l’Édifice Rubis sera livré en décembre prochain sur la rue du Blizzard, artère parallèle au boulevard Lebourgneuf. Le bâtiment couvrira une superficie de 40 000 pi2 d’espaces à bureaux répartis sur trois étages. Drolet Construction avait prévu une structure d’acier avec murs préfabriqués, mais l’augmentation des coûts de ce matériau ainsi que des délais d’approvisionnement ont convaincu les ingénieurs de se tourner vers un procédé innovant à base de béton pour une qualité et une rapidité de construction accrues, générant une économie de coûts.

« Il s’agit de blocs d’isolant qui sont remplis de béton qu’il suffit d’empiler et de relier les uns aux autres par des tiges d’acier, explique Catherine Hamel. Insonorisation et efficacité énergétique hors pair, solidité et durabilité, risques d’infiltration nuls. »




Le troisième étage de l’immeuble a été entièrement réservé par la compagnie d’assurances PMT Roy, dont les dirigeants ont été séduits par la possibilité d’obtenir des aménagements personnalisés, notamment la construction d’une terrasse privée et d’un espace lounge avec foyer au gaz.

« Comme nous sommes propriétaires et proches de nos locataires, rappelle Christine Auger, nous nous faisons un point d’honneur de répondre à leurs besoins. Ainsi, quand certains se sont retrouvés dans des espaces trop grands durant la pandémie, nous étions en mesure de les accommoder en ajustant la superficie ou en les relocalisant dans d’autres bureaux. Notre souplesse nous permet en outre de signer le jour même les baux à la suite d’une visite si le client le souhaite. Et comme le recrutement de la main-d’œuvre représente un défi majeur, nous créons des espaces de vie intéressants et pratiques, dotés de commodités telles que des salles de conférence, des espaces lounge pour relaxer, une salle d’entrainement avec douches, des rangements sécurisés pour vélos, des stationnements intérieurs et extérieurs ainsi qu’une garderie. Et que dire du côté stratégique de l’emplacement, à deux pas de tous les services ! Voilà notamment pourquoi, dans Lebourgneuf, tous nos immeubles affichent généralement complet. »




L'Édifice Rubis en bref :
/ Espaces locatifs disponibles : de 700 à 23 000 pi2
/ Livraison : décembre 2023
/ Pour en savoir davantage ou pour louer un local : 418 951-5871
Impact Gestion Immobilière
1255, boul. Lebourgneuf, Québec | impactgestion.com
________________________________________________________________

TJA et Leucan



Depuis 2003, Transport Jacques Auger s’implique auprès de Leucan en organisant l’activité unique « Promenade en camion » avec la collaboration de son équipe ainsi que ses fournisseurs et partenaires. En 20 ans, près de 1 800 000 $ ont été remis à l’organisme. Impact Gestion Immobilière met l’épaule à la roue pour amasser ce qui manque pour atteindre 2 millions $ !

____________________________________________________________________


Drolet Construction - Oser sortir de sa zone de confort



Depuis sa fondation en 1990 par Marc Drolet, l’entreprise en construction ne compte plus les projets d’envergure qu’elle a réalisés dans la grande région de Québec.

Reconnue pour son professionnalisme et la qualité de ses travaux, Drolet Construction excelle dans tous ces secteurs : commercial, multirésidentiel, industriel et institutionnel. Et son portfolio comporte aussi une réalisation étonnante… comme quoi Drolet Construction ne craint pas de sortir de sa zone de confort !

La construction multi-résidentielle
Drolet Construction est un acteur majeur à Québec dans le domaine de la construction multirésidentielle, ayant livré plus de 4 500 unités depuis sa fondation.


Le Bélair dans le secteur de Val-Bélair : 50 logements en béton



Le Nordet dans le quartier D’Estimauville : 239 logements



L’Astral dans le quartier D’Estimauville : 138 logements en cours de réalisation.



La construction institutionnelle
Dans le secteur institutionnel, Drolet Construction a construit plusieurs écoles, des résidences pour ainés ainsi que des complexes sportifs. Des institutions financières figurent aussi parmi ses nombreux clients.


La Caisse Desjardins située à Laurier Québec.



L’école L’Accueil à Scott.



La construction commerciale
Drolet Construction se trouve aussi derrière la construction de plusieurs restaurants de renommée dont les établissements de Restos Plaisirs, un complice de longue date.


Le restaurant Madame Chose situé aux Galeries de la Capitale



Oser se réinventer
Dans le cadre des Mosaïcultures de Québec, Drolet Construction a effectué, et ce, en un temps record, la coordination complète des divers intervenants du projet : la construction de la maison longue, des fontaines et des divers chemins, la préparation des structures hors-normes pour les horticulteurs ainsi que la remise en état des lieux à la fin de l’exposition.




Drolet Construction
5475, rue Rideau, Québec
418 871-9804 | droletconstruction.com













rêver

Gérer le consentement