Recherche

Essai routier de la Lexus RZ 450E

11 Décembre 2023 | Jean-Pierre Bouchard

Essai routier de la Lexus RZ 450E

Jusqu’à tout récemment, Lexus n’offrait aucun véhicule entièrement électrique. La division de luxe de Toyota avait surtout misé sur les véhicules hybrides et, plus récemment, hybrides rechargeables. Face à une demande exponentielle pour les véhicules alimentés entièrement à l’électricité, le fabricant a dû réagir. Sa réponse : le RZ 450E.

Un début prometteur

Les concepteurs du constructeur japonais ne sont cependant pas partis d’une feuille complètement blanche. Bien au contraire. Ils ont retenu l’architecture conçue spécifiquement pour leurs véhicules à motorisation électrique, qui devraient prendre de plus en plus d’importance d’ici les prochaines années. Utilisée pour la Toyota bZ4X, cette fondation sérieuse accueille cependant une enveloppe métallique adaptée à la vocation luxueuse de la marque. Les composants utilisés sont sensiblement les mêmes. Lexus rehausse toutefois la barre de plusieurs crans. Car le RZ possède une personnalité qui lui est propre.

Tradition Lexus

En matière de raffinement, Lexus s’est taillé une place enviable dans l’arène des véhicules haut de gamme. Une fois à bord de son RZ, on peut en prendre la pleine mesure. Du côté du modèle d’entrée de gamme, on doit cependant ajouter le groupe Luxe (8 600 $) pour obtenir des caractéristiques telles qu’un toit ouvrant panoramique et des sièges avant ventilés. Il faudra faire son deuil du cuir Nappa, qui habille les sièges du Genesis GV60. En choisissant ce groupe d’options, on obtient des jantes de 20 pouces. L’affaire serait intéressante, mais ce choix influence à la baisse l’autonomie du VUS. L’agencement des matériaux souples et leur assemblage soigné, de même que la cabine filtrant efficacement les agressions sonores, contribuent à la quiétude à bord.

Le VUS électrique profite de sièges avant confortables et procurant un bon soutien. Le dégagement pour les jambes et la tête convient à la plupart des occupants. Le conducteur trouve facilement une bonne position de conduite. Devant lui, l’instrumentation est lisible et les commandes à portée de main. Au centre de la console, Lexus a installé un écran tactile de 14 pouces, y rassemblant notamment les commandes pour le système audio et la climatisation. Son utilisation est somme toute facile, mais cet écran, comme tous les autres, demeure sujet à distraction.

La banquette arrière fournit un bon confort. Certains passagers pourraient toutefois revendiquer un meilleur soutien pour les cuisses et un peu plus d’espace pour glisser leurs pieds sous les sièges avant. De bonne dimension, l’espace utilitaire offre un bon volume de chargement.

Calme et silencieuse

Au volant, ce Lexus transporte les occupants en douceur, signature habituelle de la marque. La division de luxe de Toyota met d’abord en valeur le confort. Faut-il en conclure pour autant que le RZ est ennuyant à conduire ? Non, mais il lui manque cette petite touche de sportivité que certaines personnes apprécient. Bien dosée, la direction ne dégage cependant pas la sensation d’être connecté à la route. Dans les virages, le véhicule se montre néanmoins compétent. D’entrée de jeu, le RZ 450e est équipé du rouage intégral DIRECT4. Ce système peut acheminer jusqu’à 100 % du couple à l’avant ou à l’arrière.

En quête d'autonomie

Le RZ tire agréablement bien son épingle du jeu en matière de performances. Les accélérations sont vives et les reprises, énergiques. La batterie de 71,4 kWh fournit une puissance totale de 308 chevaux. Le bât blesse surtout au chapitre de l’autonomie. Chaussé de pneus de 20 pouces (dans la livrée de base avec le groupe Luxe et la livrée Executif), le RZ peut parcourir jusqu’à 315 kilomètres, alors que le modèle doté d’une monte de 18 pouces atteint 354 kilomètres. Autrement dit, si on choisit un modèle mieux équipé, on devra sacrifier quelque 40 kilomètres d’autonomie. La grande majorité des concurrents font mieux : Tesla Model Y (449 km), Audi Q4 50 e-tron quattro (380 km), Genesis GV60 (378 km) et GV70 Electrified (383 km), ainsi que Jaguar I-Pace (381 km).

Toyota a tardé avant d’ajouter à sa gamme Lexus un véhicule entièrement électrique. Plusieurs le lui ont reproché. Mais il est arrivé à en proposer un premier dont les nombreuses qualités sont toutefois assombries par une autonomie un peu moins étendue que la concurrence. Faut-il pour autant le bouder ? Assurément pas.

voiture Lexus sur la route

Prix de départ :

67 872 $ (Signature)

Prix du modèle essayé :

83 872,50 $ (Executif) Le véhicule est admissible à un rabais de seulement 7 000 $ à l’achat du gouvernement du Québec.

Concurrence :

Audi Q4 50 e-tron quattro, BMW iX, Genesis GV60 et GV70 Electrified, Jaguar I-Pace, Mercedes-Benz EQE VUS.

rêver

Gérer le consentement